Ecosse : une nouvelle espèce de ptérosaure découverte

Image générée par ordinateur du ptérosaure Pteranodon, une espèce de ptérosaure différente de celle découverte à Skye.
Image générée par ordinateur du ptérosaure Pteranodon, une espèce de ptérosaure différente de celle découverte à Skye. Tous droits réservés Canva
Par Lottie Limb
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Cette découverte donne aux paléontologues un aperçu précieux de la vie animale au Jurassique moyen.

PUBLICITÉ

Des chercheurs du Musée d'histoire naturelle du Royaume-Uni ont remarqué pour la première fois quelques ossements dépassant d'un bloc rocheux lors d'une excursion sur l'île de Skye en 2006. Ce fossile s'est révélé être une nouvelle espèce de ptérosaure, baptisée "Ceoptera evansae".

Ces reptiles volants - ptérosaure se traduit littéralement par "lézard à ailes" - ont existé du Trias supérieur jusqu'à l'extinction des dinosaures, il y a environ 66 millions d'années. Mais les traces fossiles fragmentaires qu'ils ont laissées au cours du Jurassique moyen nous ont laissé dans l'ignorance quant à leur évolution.

"Cette nouvelle espèce est la première de son groupe particulier à avoir été découverte en Écosse, et c'est seulement le deuxième reptile volant à être nommé dans le pays", affirme le professeur Paul Barrett du NHM(Musée d'histoire naturelle), qui a dirigé l'expédition de découverte et a co-écrit le nouvel article décrivant l'espèce. "Il révèle que ces animaux étaient beaucoup plus répandus qu'on ne l'aurait cru", confie-t-il. 

D'une envergure estimée à 1,6 mètre, "Ceoptera evansae" a pris son envol au-dessus d'une riche faune au cours du Jurassique moyen écossais, il y a environ 165 millions d'années. Les experts connaissent déjà une ancienne tortue aquatique, des dinosaures, des mammifères fossiles, des salamandres et un autre ptérosaure.

" Dearc sgiathanach", comme il a été décrit en 2022, a été le premier reptile volant à être nommé en Écosse, après que ses restes remarquablement bien conservés ont été découverts à Skye en 2017. Derarc et Ceoptera témoignent d'une diversité de ptérosaures au Jurassique beaucoup plus riche qu'on ne le pensait jusqu'à présent.

Pourquoi l'évolution des ptérosaures est-elle entourée de mystère ?

Bien avant que les oiseaux ne volent, les ptérosaures étaient les premiers vertébrés à avoir développé un vol motorisé - sur des ailes faites d'une membrane de peau et de muscles.

Leurs os étant très fragiles, les fossiles de ptérosaures sont peu nombreux. Ils ne passaient pas non plus beaucoup de temps au sol, près des rivières et des lacs, où se forment généralement les fossiles de dinosaures.

"La plupart de nos connaissances sur les ptérosaures, en particulier au Jurassique inférieur et moyen, proviennent d'une poignée de sites connus sous le nom de Lagerstätten [du mot allemand pour dépôts] où la préservation des fossiles est exceptionnelle", explique Paul Barrett.

"Presque tout ce que nous savons sur la biologie et l'évolution des ptérosaures provient de seulement huit ou neuf de ces zones clés à travers le monde".

Après avoir comparé Ceoptera à d'autres ptérosaures, les paléontologues pensent qu'il appartient à un groupe connu sous le nom de darwinoptères, qui chevauche la transition entre les premiers ptérosaures et les derniers ptérodactyloïdes.

Leur découverte osseuse - avec son petit orteil caractéristique, par exemple - fournit des indications précieuses sur la manière, le moment et le lieu de cette évolution.

"La nouvelle espèce s'inscrit parfaitement dans le cadre des darwinoptères et permet d'étendre l'aire de répartition géographique du groupe à partir de matériel bien préservé en Chine jusqu'au Royaume-Uni et à l'Argentine", ajoute Paul Barrett. "Elle révèle également que ces reptiles sont apparus au Jurassique inférieur, ce qui est beaucoup plus tôt que ce que l'on savait jusqu'à présent".

Les experts pensent désormais que les darwinoptères ont persisté pendant environ 25 millions d'années aux côtés d'une grande diversité d'autres ptérosaures, dont le Dearc. La Chine et le Royaume-Uni sont actuellement les seuls endroits où l'on a trouvé ce rare chevauchement dans les archives fossiles.

Comment Ceoptera evansae a-t-il été mis au jour ?

L'écart de 18 ans entre la découverte des ossements à Skye et leur description publiée cette semaine dans le "Journal of Vertebrate Paleontology" témoigne du travail minutieux de l'étude des fossiles.

La plage près d'Elgol, sur la côte sud-ouest de l'île, où le fossile a été trouvé, est un site d'intérêt scientifique particulier, ce qui signifie que l'équipe n'a pu collecter que des spécimens provenant de rochers tombés naturellement.

"En rampant sur ces rochers pour les examiner à la recherche de fossiles, nous avons remarqué quelques os qui dépassaient", se souvient Paul Barrett. Le sommet de ce rocher a été collecté et ramené au Musée d'histoire naturelle de Londres, où un conservateur a passé plus d'un an à exposer les os au moyen d'une préparation à l'acide et d'autres techniques.

L'auteur principal, le Dr Liz Martin-Silverstone, paléobiologiste à l'université de Bristol, a décrit l'excitation suscitée par la découverte d'un plus grand nombre d'os incrustés dans la roche que ce qu'ils avaient pu voir au départ.

"Cela nous rapproche de la compréhension du lieu et de la date d'évolution des ptérosaures les plus avancés", a-t-elle affirmé au NHM.

PUBLICITÉ

Il y avait suffisamment d'os pour que cette créature autrefois libre de ses mouvements soit reconnue comme appartenant à une nouvelle espèce.

Ceoptera doit son nom au mot gaélique écossais signifiant "brume", "ceò", car l'île de Skye est connue sous le nom d'"île de la brume".

Le nom spécifique "evansae", qui apparaît d'après le genre, honore le professeur Susan Evans de l'University College London, qui a présenté à l'équipe la région de Skye où Ceoptera evansae a été repéré. C'est ainsi que l'"aile brumeuse" est entrée dans la liste des espèces.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : une église engloutie datant du XIe siècle découverte "grâce" à la sécheresse

Une chambre surnommée, la "tombe de Cerbère", vieille de 2 000 ans, découverte en Italie

Un squelette composite de T-Rex vendu près de 5,6 millions d'euros