Un cher principe politique

Un cher principe politique
Tous droits réservés © European Union 2019 - Source : EPWT5
Tous droits réservés © European Union 2019 - Source : EP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen a défendu tout au long de la campagne électorale le processus des têtes de liste, ou Spitzenkandidat. Mais les dirigeants de l’UE ont préféré s’affranchir de ce dispositif. Un choix coûteux politiquement et financièrement.

PUBLICITÉ

Le principe des têtes de liste devait apporter de la transparence au processus de désignation de la présidence de la Commission européenne. Ce fut le cas en 2014. Mais cette année les dirigeants de l'Union ont contourné le processus pour désigner Ursula von der Leyen. Peut-on parler dès lors de la fin de ce processus ? Pour le professeur de droit d’HEC Alberto Alemanno l’idée n’est pas morte. "Au contraire il y a enfin une conversation sur le besoin de faire le lien entre le vote des citoyens et la couleur politique de la Commission européenne", explique-t-il.

C'est aussi une histoire de coût. L'une des principales lignes de dépense concerne le débat organisé par l'Eurovision qui a permis aux candidats de confronter leurs programmes. Le Parlement européen a dépensé plus d'un million d'euros pour l'événement. L’institution ajoute que le montant exact est difficile à calculer car les installations mises en place à l’occasion ont aussi été utilisées pour la soirée électorale du 26 mai avec plus de 1 300 journalistes. Le Parlement préfère voir le verre à moitié plein. Il évoque une plateforme pour les partis politiques et donne aussi une dimension européenne de ce scrutin.

Le Parti populaire européen a déboursé plus de 5 millions d'euros autour de ce principe. Les sociaux-démocrates ont consacré un peu moins de deux millions d'euros et les libéraux se sont contentés de 250 000 euros. Ces chiffres apparaissent bien en dessous de ceux déployés lors d'élections nationales. Malgré cette disparité Alberto Alemanno estime que "le fait d'avoir ces candidats a certainement joué un rôle favorable dans la couverture médiatique toujours plus importante en personnalisant et même en humanisant le visage de la prochaine Union européenne".

Les brèves de Bruxelles :

  • Une cyberattaque contre la Bulgarie

La Bulgarie a été la cible d'une cyberattaque. Les hackers ont volé les données personnelles et financières de millions de personnes à travers l'agence fiscale bulgare. Des équipes spécialisées dans la lutte contre la cybercriminalité mènent l'enquête. Les soupçons se portent sur une action menée de l'étranger.

  • Glyphosate : un succès judiciaire pour Bayer

L'entreprise chimique allemande Bayer remporte une manche judiciaire à propos du glyphosate. Un juge américain a décidé de réduire de 71 à 22 millions d'euros les indemnités dues par la société à un citoyen de Californie. Le plaignant estime que l'usage de l'herbicide Roundup est à l'origine de son cancer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les eurodéputés doivent entériner la nomination d'Ursula von der Leyen

State of the Union : quels sont les principaux points à retenir des élections européennes ?

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE