PUBLICITÉ

Rome à la croisée des chemins européens

Les responsables italiens Giuseppe Conte et Luigi Di Maio
Les responsables italiens Giuseppe Conte et Luigi Di Maio Tous droits réservés REUTERS/Yara Nardi
Tous droits réservés REUTERS/Yara Nardi
Par Ana LAZARO
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A travers les négociations gouvernementales, l’Italie pourrait retisser les liens avec l’UE.

PUBLICITÉ

Les négociations gouvernementales en Italie pourraient avoir un impact au-delà des frontières du pays. Un accord entre le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate pourrait réchauffer les relations avec les institutions européennes. Ce compromis pourrait se traduire par la désignation d'un Commissaire pro-européen. Pour Michele Nicoletti, professeur de philosophie politique à l’Université de Trente, ce geste ouvrirait à l’Italie "davantage de responsabilités au sein de la nouvelle Commission européenne".

Les relations entre Rome et l'UE se sont détériorées ces derniers mois. Le ministre italien de l'Intérieur et leader de l'extrême droite, Matteo Salvini, provoque les tensions à leur maximum en matière de politique migratoire. L'autre pomme de discorde concerne le budget italien. L'Union a poussé l'Italie à revoir sa copie. "Matteo Salvini au final a ouvert cette crise (gouvernementale) car il ne voulait pas assumer la responsabilité d'un budget sérieux et responsable face à l'Europe", explique Michele Nicoletti.

Depuis les élections européennes du mois de mai, le Premier ministre italien a changé de cap. Guiseppe Conte a convaincu le Mouvement 5 étoiles de soutenir l'élection d'Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne. Un geste interprété comme une main tendue pour reprendre le dialogue européen.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : Giuseppe Conte au coeur du nouveau paysage politique ?

L'Italie vers une coalition jaune-rose

Italie : la fin du gouvernement Conte