PUBLICITÉ

Marine Le Pen : "l'Union européenne fonce dans le mur"

Marine Le Pen : "l'Union européenne fonce dans le mur"
Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Christophe Garach
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Euronews a rencontré Marine Le Pen pour évoquer notamment le Brexit et les futurs accords commerciaux internationaux.

PUBLICITÉ

Au lendemain de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne, Euronews a rencontré Marine Le Pen. La présidente du Rassemblement National souligne le camouflet que représente le retrait de l'un des poids lourds de l'Union et insiste sur ses envies de changer de l'intérieur l'institution.

"Maintenant il y a deux solutions. Soit l'Union européenne comprend qu'il y a un énorme problème et arrête de foncer dans le mur, écoute les peuples et participe à la création de cette alliance européenne des nations que nous voulons construire, soit elle continue avec ses œillères et d'autres pays quitteront l'Union européenne, c'est une certitude".

Alors que circule au sein de l'Union européenne l'idée d'une taxe aux frontières extérieures de l'Europe, Marine Le Pen pointe toujours du doigt l'ouverture commerciale des 27.

"L'Union européenne se trompe, elle est toujours dans l'ultralibéralisme et le libre-échange quand le monde entier est en train de rompre avec ce modèle économique. Je l'avais dit, cela fait des années que les États-Unis vont revenir au protectionnisme, que la Chine fait du protectionnisme, que l'Inde fait du protectionnisme, et nous on est toujours avec nos accords de libre-échange, cette gigantesque passoire qu'on a construite. Aujourd'hui on se rend compte que oui, il va falloir négocier effectivement et peut-être faire également, nous aussi, une forme de protection économique de nos propres pays, ce qui n'a pas été le cas de l'UE depuis de nombreuses années"

Journaliste • Pierre Michaud

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le groupe ID du Parlement européen (extrême droite) exclut le parti allemand AfD

Le fabricant d'Oreo Mondelez va devoir payer une amende de 337,5 millions d'euros

Ilaria Salis va sortir de prison