EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Une opportunité politique pour l’UE en Syrie

Une opportunité politique pour l’UE en Syrie
Tous droits réservés Ghaith Alsayed/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Ghaith Alsayed/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Elena Cavallone
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’UE et l’ONU organisent à Bruxelles la 4e conférence sur l’aide et l’avenir de la Syrie.

PUBLICITÉ

Après 10 ans de guerre la Syrie est un pays à terre. Le coronavirus rend la situation encore plus difficile. Pour l'Union européenne il faut donner un nouvel élan à la résolution du conflit. 

Les 27 et l'ONU organisent ce lundi et jusqu'à mardi une rencontre internationale pour mobiliser des fonds afin d'aider les Syriens et les pays voisins qui accueillent les réfugiés. Pour certains la pandémie ouvre une nouvelle fenêtre politique que ne doit pas rater l'UE. "A cause de la pandémie, ceux qui tirent les ficelles en Syrie, en particulier l'Iran, sont à court d'argent. Ils ont donc besoin de quelqu'un pour payer l'aide humanitaire. Ils ont besoin de quelqu'un pour payer la reconstruction. Et je pense que l'Union européenne devrait utiliser cette situation pour retourner à la table des discussions et influencer la situation en Syrie", estime Hannah Neumann, eurodéputée les Verts.

L'Union européenne est le principal fournisseur de l'aide humanitaire à destination des Syriens. Avec les Etats-Unis, les 27 réclament des sanctions contre le président Bachar Al-Assad. A cause du coronavirus l'économie syrienne est à l'arrêt. Plusieurs voix demandent donc une levée des restrictions afin de soulager le quotidien des habitants. "Je ne suis pas sûr que sanctionner en ce moment la Syrie soit la meilleure chose mais je pense qu'il y a d'autres raisons politiques pour agir ainsi ", estime le fondateur du Syrian accountability project, David Crane.

C'est aux Etats membres de trouver une position commune afin de pouvoir saisir l'opportunité de jouer à nouveau un rôle dans la résolution du conflit.

Journaliste • Grégoire Lory

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ameer Alhabi, reporter photographe : de la guerre en Syrie aux gilets jaunes en France

"Biens mal acquis": Rifaat al-Assad, l'oncle du président syrien, écope de 4 ans de prison

La sécurité de l'Allemagne est menacée, selon un nouveau rapport du gouvernement