PUBLICITÉ

Cibler les sanctions de l’Union européenne contre les oligarques russes

L'opposant russe Alexeï Navalny
L'opposant russe Alexeï Navalny Tous droits réservés Pavel Golovkin/AP
Tous droits réservés Pavel Golovkin/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’opposant Alexeï Navalny demande aux 27 de viser les oligarques proches du président russe Vladimir Poutine.

PUBLICITÉ

Sanctionner les oligarques en Russie. C’est le message d’Alexeï Navalny aux eurodéputés. Lors d’une réunion virtuelle vendredi l’opposant russe a appelé l’Union européenne à changer son approche à l’égard de Moscou. 

Il invite à renforcer et à réorienter les sanctions européennes afin de fragiliser les proches du président russe, Vladimir Poutine, plutôt que de viser des militaires "qui n’ont sûrement pas de nombreuses propriétés en Europe ou des comptes dans des banques européennes", explique Alexeï Navalny. Il demande de viser les oligarques expérimentés et les plus jeunes. "Ils doivent être les vraies cibles des sanctions", insiste l’opposant.

L’UE a pris des mesures le mois dernier contre des responsables russes soupçonnés d’être liés à l’empoisonnement d’Alexeï Navalny. Mais cette liste ne comptait aucun oligarque. L’opposition politique russe demande déjà à l’UE de rejeter les résultats des élections législatives de l’année prochaine si certains candidats n’ont pas le droit de se présenter. "Si tout le monde peut participer, nous pouvons continuer à discuter. Mais si certaines personnes ne peuvent pas participer, les résultats d’un tel scrutin ne devraient pas être reconnus", lance Alexeï Navalny.

Peu d’eurodéputés ont critiqué les propos de l’opposant. Son intervention devrait en revanche provoquer des récriminations de la part du pouvoir russe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Affaire Navalny : vers des sanctions russes contre Paris et Berlin

Empoisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny : l'UE sanctionne plusieurs proches de Poutine

Affaire Navalny : le ton monte entre Paris, Berlin et Moscou