This content is not available in your region

Une stratégie européenne pour mieux intégrer les personnes handicapées

Access to the comments Discussion
Par Bryan Carter
euronews_icons_loading
Une stratégie européenne pour mieux intégrer les personnes handicapées
Tous droits réservés  OLIVIER HOSLET/AFP or licensors

Thierry a 56 ans. Ce Bruxellois apprécie particulièrement les activités en plein air, la photographie, aller au cinéma ou encore arpenter les musées. Il travaille depuis 20 ans pour une administration publique et semble mener son quotidien comme tout le monde. Pourtant sa  déficience mentale fait de lui un citoyen à part et l’exclut en partie de la société.

Il reconnaît que les personnes en situation de handicap souffrent toujours de discrimination et d’un manque d’accès aux transports, à l’éducation ou encore à la culture. Cela "commence à bouger mais ça devrait encore plus bouger", explique-t-il.

Nouvelle stratégie européenne

Près de 87 millions de personnes dans l’UE vivent avec une forme de handicap. Si leur intégration varie d’un pays membre à l’autre, ils demeurent toujours plus exposés à l’exclusion sociale, à la pauvreté et au chômage.

Pour lutter contre ces discriminations, la Commission européenne a dévoilé sa stratégie décennale en faveur des personnes handicapées. L’objectif est de favoriser leur intégration dans la société mais aussi de faciliter l’accès à l’emploi, à la justice et leur permettre de bénéficier des droits garantis à tous les citoyens de l’UE. 

"La Commission européenne propose une carte du handicap reconnue par tous les Etats membres qui facilitera aux personnes en situation de handicap la possibilité de faire valoir leur droit à la libre circulation", annonce la Commissaire européenne en charge de l’Egalité Helena Dalli.

Ce plan s’inscrit dans la continuité de la stratégie précédente. Mais pour le European Disability Forum les progrès sont encore trop lents. L’organisation regrette le manque de données pour évaluer plus précisément les efforts réalisés par les gouvernements. 

Sans ces informations "nous n'aurons pas assez pour avancer, ce qui ne veut pas dire que les Etats n'avancent pas mais en tout cas moins vite et avec moins de résultats que ce que nous attendons", précise Gisèle Marlière, membre de l’ONG.

A Bruxelles les associations soulignent qu’il est essentiel d’accélérer la mise en place de ces politiques d’inclusion, la pandémie de covid-19 a isolé plus encore les personnes en situation de handicap. "Ils se retrouvent dans un véritable isolement, dans une solitude étant donné qu’ils n’ont pas accès à tous les moyens que les personnes valides utilisent pour avoir des échanges, c’est-à-dire vidéo conférences, téléphones", explique Gilles Bogarts, directeur de l’association Silex.

Cet isolement a augmenté les cas d’alcoolisme, de dépression et de tendances suicidaires. Pour la société civile il est urgent d’écouter et d’agir pour répondre aux besoins des personnes en situation de handicap.

Journaliste • Grégoire Lory