La Commission européenne se fixe un slogan circulaire : récupérer, réutiliser, réparer

La Commission veut pousser les entreprises et les citoyens à privilégier des produits et des pratiques durables
La Commission veut pousser les entreprises et les citoyens à privilégier des produits et des pratiques durables Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/The Associated Press
Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/The Associated Press
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'institution a présenté ses propositions mercredi pour encourager l'économie circulaire et favoriser des produits et des pratiques plus durables.

PUBLICITÉ

Récupérer, réutiliser et réparer. Voilà le triptyque des propositions de la Commission européenne. L'institution a présenté mercredi un paquet de mesures pour pousser l'UE vers une économie plus circulaire. L'objectif est de réduire les dépenses, la dépendance européenne en matière d'énergie et de ressources et enfin d'agir en faveur de l'environnement.

La Commission souhaite voir sur le marché des produits conçus de façon écologique et durable et propose pour cela la mise en place d'un passeport numérique.

"Ce sera un QR code qui apportera les réponses à toutes les questions sur la recyclabilité, les composés recyclés utilisés pour produire le bien, sur la durabilité, sur les possibilités de réparer", explique le Commissaire européen en charge de l’Environnement Virginijus Sinkevičius.

La Commission a aussi présenté une stratégie pour l'industrie textile. Le secteur est la quatrième source d'émissions de gaz à effet de serre dans l’UE. Il est aussi source de pollution chimique et microplastique. L'institution veut donc des vêtements recyclables, avec une plus longue durée de vie et qu'ils soient produits dans le respect des normes sociales.

Le projet est salué au Parlement européen mais avec quelques réserves. "Seulement 1% du textile mondial est recyclé. Le reste est brûlé ou remplit les décharges. C'est bien que la Commission se penche sur le problème du textile. Mais je suis déçue par le fait qu'il s'agisse seulement d'une stratégie. Cela veut dire qu'il n'y a pas d'obligation légale", regrette l’eurodéputée Anna Cavazzini (les Verts), présidente de la commission du Marché intérieur dans l’hémicycle.

La Commission souligne qu'après la pandémie de covid-19 et face à la guerre en Ukraine, l'économie circulaire est aussi l'opportunité de réduire la dépendance européenne sur les matières premières et donc de renforcer l'autonomie stratégique de l'UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Économie circulaire : l'UE mise sur les emballages plastiques durables

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE

Restaurer la crédibilité des systèmes électoraux