This content is not available in your region

Ukraine: l'Union européenne décide d'un embargo sur le charbon russe

Access to the comments Discussion
Par Pedro Sacadura
euronews_icons_loading
Ukraine: l'UE prend des sanctions dans le secteur de l'énergie pour la première fois contre la Russie
Ukraine: l'UE prend des sanctions dans le secteur de l'énergie pour la première fois contre la Russie   -   Tous droits réservés  INA FASSBENDER/AFP

Le charbon. Le pétrole. Le gaz. L'Union européenne frappe les revenus énergétiques de la Russie. À partir du mois d'août, elle cessera ses importations de charbon pour de bon. L'embargo entrera en vigueur dans le cadre du cinquième cycle de sanctions, alimenté par les atrocités de la guerre en Ukraine. Il vient d'être approuvé.

 L'effort est symbolique. Pour les experts, il faut briser les tabous. Toucher véritablement la Russie implique un un embargo sur le gaz et le pétrole. Voici ce que déclare Simone Tagliapietra, Senior Fellow chez Bruegel: "Cette interdiction du charbon ne va pas frapper Poutine [tant que ça]. L'Europe paie, chaque jour, environ 10 millions d'euros pour le charbon qu'elle reçoit de la Russie. Mais d'un autre côté, elle paie 850 millions d'euros par jour pour le pétrole et le gaz qu'elle obtient de la Russie. Il est donc clair que pour avoir un impact, un impact réel, l'Europe doit parler de sanctions sur le pétrole et le gaz, dès maintenant. C'est là que nous devons frapper Poutine. C'est là que se trouvent ses intérêts économiques."

Un gel total des avoirs de quatre banques russes fait également partie de la nouvelle série de sanctions. Les navires battant pavillon russe ne pourront pas entrer dans les ports européens. Et les camions immatriculés en Russie et en Biélorussie ne seront autorisés à circuler dans l'Union que s'ils transportent de la nourriture, de l'aide humanitaire, des médicaments et de l'énergie. Un secteur que l'Ukraine considère comme essentiel pour freiner la volonté de guerre de Poutine. "C'est un très bon signal que la pression sur la Russie augmente. Elle continue d'augmenter. Bien sûr, notre demande à nos partenaires, en particulier en Europe, est très claire. Nous voulons réduire les sources de financement de la guerre par la Russie. Et la Russie reçoit environ 1/3 de ses revenus publics et de ses budgets, de l'exportation du pétrole. C'est pourquoi nous tenons tant à un embargo sur le pétrole, " déclare Taras Kachka_,_ vice-ministre de l'économie de l'Ukraine

Les gouvernements de l'UE ont accepté de commencer à travailler sur le sixième cycle de sanctions, cette fois-ci pour inclure les importations de pétrole. L'Allemagne et l'Autriche se sont fermement opposés à cette idée..Mais certains signes montrent que Berlin l'accepte de plus en plus. La Hongrie, en revanche, s'y oppose ouvertement.

Journaliste • Laura Vandormael