This content is not available in your region

La croissance en 2022 sera plus faible que prévue dans la zone euro

Access to the comments Discussion
Par Maria Psara  & Euronews
euronews_icons_loading
La Commission européenne revoit à la baisse ses perspectives de croissance
La Commission européenne revoit à la baisse ses perspectives de croissance   -   Tous droits réservés  Matthias Schrader/AP

La guerre en Ukraine fragilise l'économie de l'Union européenne. Dans ses prévisions publiées lundi, la Commission européenne évoque un ralentissement de la croissance et une inflation qui poursuit sa progression.

"L'invasion non provoquée de l'Ukraine par la Russie cause des souffrances et des destructions indicibles, mais elle pèse aussi sur la reprise économique de l'Europe. Le fort rebond économique de l'année dernière aura un effet positif persistant sur les taux de croissance de cette année. Mais cela ne doit pas faire oublier l'impact que la guerre a sur nos économies", précise le Commissaire européen en charge de l’Economie Paolo Gentiloni.

Dans ses prévisions de février la Commission anticipait cette année dans la zone euro sur une croissance de 4%. Elle table aujourd'hui sur une hausse du Produit intérieur brut de 2,7%. L'inflation devrait passer de 3,5% à 6,1%.

La consommation privée et les investissements devraient souffrir de la progression des prix et des incertitudes. Selon la Commission la croissance devrait cependant rester positive à la condition que la Russie ne coupe pas ses livraisons de gaz aux Etats membres, faute de quoi la récession menacerait l'UE.

"Une hausse des prix des produits énergétiques de base, c'est le scénario défavorable, comme celui d'une coupure pure et simple de l'approvisionnement en gaz par la Russie. C’est le scénario sévère. Dans ces deux cas, la croissance annuelle sera négative", ajoute Paolo Gentiloni.

La Commission proposera la semaine prochaine des recommandations spécifiques aux Etats membres. Elle se prononcera aussi sur l'extension ou non de la clause de sauvegarde générale afin d'accorder plus de flexibilité budgétaire aux gouvernements.