Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La Belgique manque de place pour accueillir les réfugiés

Access to the comments Discussion
Par Valérie Gauriat  & Euronews
Les demandeurs d'asile doivent passer par de longues files d'attente pour déposer leur dossier
Les demandeurs d'asile doivent passer par de longues files d'attente pour déposer leur dossier   -   Tous droits réservés  AP Photo/Geert Vanden Wijngaert   -  

La Belgique connaît une crise importante de l'accueil des réfugiés. Tous les matins de longues files d'attente de demandeurs d'asile se forment devant le centre d'enregistrement à Bruxelles. Les familles avec enfants sont prioritaires mais cette faveur ne les empêche pas de subir le manque dramatique d'abris.

Ce constat attriste les travailleurs humanitaires.

"Les derniers jours on rencontre de plus en plus de mineurs de 15 ans, des familles avec quatre petits enfants qui n’ont aucune solution", se désole Helene Asselman de l’organisation Vluchtelingenwerk Vlaanderen.

"Je crains vraiment que pour les prochains jours qui viennent on ne va pas pouvoir trouver une solution pour eux", s’inquiète-t-elle.

Le système est débordé et ne peut pas répondre aux nouvelles demandes, et les centres d'accueil n'ont plus de place.

Certains réfugiés dorment dans la rue depuis plusieurs semaines alors qu’ils sont enregistrés depuis longtemps.

"Il n'y a pas de camp, il n'y a pas d'abri. Nous avons des problèmes de vêtements. Et à chaque fois que l'on voit des responsables ils nous disent qu'il n'y a pas de place. Nous dormons dans la rue jour et nuit. Nous ne voyons pas de solution pour nous. Nous rencontrons des problèmes différents où que nous allions", regrette un Afghan qui souhaite rester anonyme.

La Cour européenne des droits de l'homme demande à la Belgique de fournir des logements pour les demandeurs d'asile.

Selon le gouvernement, le pays pourrait compter d'ici la fin de l'année 100 000 réfugiés. Un chiffre en augmentation lié à l'arrivée d'Ukrainiens qui fuient la guerre. Malgré le statut particulier dont ils disposent certains commencent à se retrouver dans la rue.

Les autres demandeurs d'asile viennent principalement d'Afghanistan, de Syrie, du Burundi et d'Erythrée.

Alors que le froid s'installe, la situation pourrait devenir plus difficile encore. Les organisations humanitaires demandent un effort des autorités. De son côté le gouvernement belge se tourne vers l'Union européenne pour plus de solidarité et pour demander une refonte de la politique migratoire.