"Le seul élément surprenant de ce scandale est l'utilisation désuète de valise d'argent liquide"

Access to the comments Discussion
Par Stefan Grobe  & Yolaine de Kerchove (traduction)
Roberta Metsola, présidente du Parlement européen
Roberta Metsola, présidente du Parlement européen   -   Tous droits réservés  Gian Ehrenzeller/ KEYSTONE / Gian Ehrenzeller

Dans l'émission "State of the Union", le journaliste Stefan Grobe revient cette semaine sur les rebondissements dans l'affaire de corruption présumée au Parlement européen.

Parmi les institutions européennes, le Parlement européen est considéré comme le principal défenseur des normes éthiques dans l'Union. C'est pourquoi le scandale de corruption au Parlement, avec des révélations  de valise remplie d'argent liquide, a été un choc.

Cette semaine, il y a eu quelques développements majeurs :

Les députés ont élu un nouveau vice-président pour remplacer son prédécesseur qui a été démis de ses fonctions en raison de son implication présumée dans le scandale.

La chambre a débattu de mesures visant à renforcer ses lignes de défense anti-corruption afin d'éviter de nouveaux dommages à sa réputation. Et Pier Antonio Panzeri, l'ancien député européen soupçonné d'être à l'épicentre du scandale, a conclu un accord avec les autorités belges dans lequel il admet sa participation criminelle et s'engage à partager tout ce qu'il sait avec les enquêteurs.:

"M. Panzeri reconnaît aujourd'hui avoir participé activement à des actes de corruption en lien avec le Qatar et en lien avec le Maroc et donc avoir été corrompu et avoir corrompu d'autres personnes. Et il accepte le terme de chef de l'organisation criminelle.", a déclaré Laurent Kennes, avocat de Pier Antonio Panzeri.

Faire la lumière sur tous les aspects du scandale est une chose, prendre les mesures appropriées pour renforcer la transparence en est une autre.

Cette semaine, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a déclaré rétroactivement plus de 140 cadeaux qu'elle avait précédemment omis de divulguer. Des cadeaux tels que des pièces d'or, un foulard et un saucisson, ce dernier aurait été servi lors d'une réunion officielle. Tout cela vous montre que les règles de transparence au Parlement sont au mieux limitées.

"Je pense que la grande majorité des députés européens travaillent avec une bonne éthique et dans le cadre du service public. Mais le fait est que les règles sont tellement laxistes ou parfois non appliquées que si les gens veulent se comporter mal, ils le peuvent.", explique Emily O'Reilly, Médiateur de l'UE.

L'interview de Nick Aiossa, directeur adjoint de Transparency International UE

Ce scandale ne s'est pas produit dans une république bananière, mais au cœur même des institutions européennes. Et je suis toujours frappé par le fait qu'un groupe de personnes sérieuses pensait pouvoir s'en tirer avec ce type de corruption.

Nick Aiossa :On m'a souvent demandé si cela m'avait surpris. Et ma réponse, malheureusement, est non. Le seul élément surprenant de ce scandale est l'utilisation désuète de valise d'argent liquide. Pendant des années, les députés européens ont bénéficié d'une culture de l'impunité avec des règles éthiques laxistes ou inexistantes, avec peu ou pas de contrôle. Je pense donc que cette culture est l'un des facteurs déterminants de la révélation de ce scandale.

Lorsque le Parlement européen a débattu du scandale cette semaine, la salle était presque vide. Sont-ils vraiment sérieux dans leur lutte contre le lobbying illicite ?

Nick Aiossa : Ils n'ont pas été sérieux par le passé, qu'il s'agisse d'une séance plénière ou non, ce qui sera déterminant pour voir le sérieux des réformes profondes nécessaires qui doivent avoir lieu, c'est de savoir si ce paquet initial est rapidement adopté. Des 14 objectifs proposés par le président et, plus important encore, si l'engagement de constituer un comité spécial chargé d'examiner l'intégrité de l'institution sera formé et s'il s'attaquera aux grandes questions, aux réformes vraiment nécessaires sur les codes de conduite, les régimes éthiques, la gestion financière des indemnités et la protection des dénonciateurs. Et jusqu'à ce que cela se produise, je reste sceptique.

Le président du Parlement a présenté un premier projet de réformes pour s'attaquer à ce problème. Vous l'avez examiné, sont-ils sur la bonne voie ou est-ce trop peu et trop tard ?

Nick Aiossa :C'est très tard, mais nous pensons que c'est un pas dans la bonne direction, mais nous pensons aussi qu'il ne va pas assez loin et qu'il ne s'attaque pas aux grandes questions, en particulier celles qui concernent les faits de l'affaire et la question de savoir si des personnes qui avaient des soupçons auparavant ne se sont pas manifestées parce que le Parlement européen a certaines des pires règles de protection des dénonciateurs de l'Union. Il s'agit donc d'un bon pas. J'attendrai de voir si elle sera adoptée, parce qu'en l'état actuel des choses, il y a 14 engagements et rien n'a encore été fait. Mais oui, c'est un pas dans la bonne direction, mais les grandes questions doivent encore être abordées.

Comment l'UE doit-elle traiter avec le Qatar à l'avenir ?

Nick Aiossa :Je pense que nous devons attendre un peu pour que les autorités belges concluent leur enquête. Mais dans les propositions, je pense qu'il y a quelques mesures intéressantes qui devraient être adoptées qui parlent de la transparence du lobbying par les pays tiers et leur participation obligatoire au registre de transparence. Et donc à court terme, avant que les autorités belges ne présentent tous les faits de l'affaire, il y a des mesures comme celles-ci qui devraient être prises par les institutions.

State of the Union est notre émission hebdomadaire qui vous présente les principaux sujets de la semaine qui ont marqué l'actualité européenne.

Video editor • Vassilis Glynos