L’UE et le G7 renforcent les restrictions sur les produits pétroliers russes

L'UE étend le plafonnement des prix sur les produits pétroliers russes
L'UE étend le plafonnement des prix sur les produits pétroliers russes Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Sandor Zsiros
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ces mesures doivent limiter les ressources financières de Moscou. Mais les experts soulignent qu’il reste encore des failles qui permettent aux autorités russes de faire des bénéfices sur la vente de pétrole.

PUBLICITÉ

L'Union européenne renforce ses représailles économiques contre la Russie. Depuis dimanche de nouvelles restrictions sont mises en place sur les produits pétroliers. Il est désormais interdit d'importer des produits raffinés comme le diesel.

"Jusqu'au 5 février, l'UE importait pour environ 70 millions d'euros par jour de produits pétroliers, en particulier du diesel, en provenance de Russie. L'UE est de loin le plus gros acheteur de produits pétroliers en provenance de Russie. Cela aura donc un impact considérable", explique Lauri Myllyvirta, analyste au Centre de recherche sur l’énergie et l’air propre (CREA - Centre for Research on Energy and Clean Air).

Les experts ne prévoient pas à court terme de risque pénurie de diesel puisque les entreprises ont pris le temps de constituer des stocks, avant l'interdiction mise en place dimanche. En revanche, des questions se posent à plus long terme.

Le même jour, l'Union européenne et les pays du G7 ont décidé d'étendre le plafonnement des prix sur les produits pétroliers en provenance de Russie. Le texte prévoit un seuil de 100 dollars le baril pour les produits les plus chers et une limite de 45 dollars le baril pour les produits moins raffinés.

"Le plafonnement des prix pétroliers est fixé à un niveau élevé qui permet encore à la Russie de tirer profit de ce commerce. Les pétroliers assurés par les Européens continuent donc de transporter du pétrole brut russe, des produits pétroliers russes vers des pays tiers", prévient Lauri Myllyvirta.

Les experts soulignent d’ailleurs que la Russie peut encore contourner ces dernières sanctions. Pour cela, l’UE et le G7 devront combler les failles.

"Par exemple, la Russie exporte maintenant du pétrole brut vers des pays comme la Turquie, les Émirats arabes unis et l'Inde, puis ils raffinent des produits pétroliers à partir de ce pétrole brut. Certains d'entre eux sont réimportés dans l'UE, aux États-Unis, en Australie", explique l’experte.

L'Union travaille aussi sur un nouveau train de sanctions contre Moscou qui devrait entrer en vigueur d'ici le 24 février, date du premier anniversaire de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pétrole russe : le plafonnement des prix à l'épreuve des marchés

Plafonnement des prix du pétrole russe : Moscou critique, Kyiv mitigé

Espagne : les partis d'extrême droite réunis en congrès à Madrid à l'appel du parti Vox