EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La commune belge de Zwijndrecht face aux "polluants éternels"

L'usine 3M à Zwijndrecht
L'usine 3M à Zwijndrecht Tous droits réservés DAVID PINTENS/fotodp.be
Tous droits réservés DAVID PINTENS/fotodp.be
Par Grégoire Lory
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Situé à côté d’une usine chimique, la petite ville flamande demande à ses habitants de nombreuses précautions alimentaires et de faire attention dans leur jardin.

PUBLICITÉ

C'est un titre dont la petite ville de Zwijndrecht aimerait se passer. Cette commune belge située à proximité d'Anvers est l'un des" hot spots" en Europe contaminés aux PFAS, appelés aussi "polluants éternels". Ce surnom vient du fait qu'ils sont indestructibles et qu'ils ne se dégradent pas dans la nature.

Pour les riverains, la contamination de l'usine 3M à proximité est un véritable cauchemar. Il est conseillé de ne plus consommer les fruits, les légumes et les œufs produits sur place. Mais cette prudence dépasse l'alimentation.

"On nous demande par exemple de ne pas travailler avec les mains nues dans la terre. Il y a des gens effectivement comme mon épouse qui travaillent la terre avec des gants. On nous demande aussi : attention les petits-enfants, jouer dans l'herbe, il ne faut pas exagérer, grimper dans les arbres, faites attention ! A la fin on ne peut plus rien faire", explique Vincent Deleu qui vit à Zwijndrecht depuis 40 ans.

En application avec le principe de précaution, Vincent ne vend plus ses œufs. Mais il ne veut pas non plus sacrifier ses 300 arbres fruitiers et ses trois potagers.

Ce sont les travaux en 2021 d’élargissement du périphérique d’Anvers qui ont permis de découvrir l’ampleur de la pollution aux PFAS qui se retrouvent dans l'eau et dans les sols. Ces polluants peuvent entraîner une augmentation des risques de cancer et de maladies de la thyroïde. Ils peuvent aussi provoquer chez les enfants une diminution de la réponse immunitaire aux vaccins.

Pour les habitants, cette contamination invisible, inodore et sans goût est pourtant omniprésente et donc inquiétante. Vincent Deleu explique que certains riverains ne veulent plus sortir dans leur jardin.

"Il y a des gens qui ont eu un burn out, il y a quelques fois le mot de suicide qui est sorti", ajoute-t-il, précisant que personne n’avait décidé de mettre fin à ses jours.

"Mais il y a des gens qui ont vraiment peur".

Les PFAS sont employés par l'industrie textile, automobile ou encore électronique. Ils se retrouvent par exemple dans les revêtements antiadhésif des poêles, les vêtements anti-pluie ou encore les produits anti-incendie.

Pour les habitants, l'entreprise 3M est responsable de cette contamination.

Toon Penen a toujours vécu à Zwijndrecht. "Le site de 3M est en effet le plus pollué, je pense même en Europe (…) les concentrations ici sont du jamais vue".

"Il en va de même pour les concentrations dans le sang des habitants de Zwijndrecht, qui sont également les plus élevées jamais observées par les scientifiques chez un être humain", assure-t-il.

Contactée par Euronews, l'entreprise explique par mail "qu'elle s'efforcera de ne plus utiliser de PFAS dans l'ensemble de son portefeuille de produits d'ici à la fin de 2025. Cela ne change en rien la position de longue date de 3M selon laquelle l'entreprise a agi et continue d'agir de manière responsable".

Le groupe américain a conclu un accord l'année dernière avec le gouvernement flamand pour un montant de 571 millions d'euros en faveur des riverains.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Viktor Orbán en visite à Berlin sans fanfare

Viktor Orbán accuse Manfred Weber, du Parti populaire européen, d'être "anti-hongrois"

Intempéries en France : les fortes pluies menacent les abeilles