PUBLICITÉ

L’Ukraine attend le rapport de la Commission européenne pour poursuivre son avenir européen

Conférence de presse de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et du président ukrainien, Volodymyr Zelensky
Conférence de presse de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et du président ukrainien, Volodymyr Zelensky Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Shona Murray
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne doit publier mercredi son rapport sur l’état d’avancement des réformes en Ukraine afin de lancer d’éventuelles négociations d’adhésion.

PUBLICITÉ

L'Ukraine saura mercredi si elle a franchi une étape pour se rapprocher de l'adhésion à l'Union européenne. La Commission publiera ce jour-là son rapport dans sept domaines clés.

Lors d'un déplacement samedi à Kyiv, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a assuré que le pays avait complété 90% des conditions nécessaires pour lancer formellement les négociations d'adhésion.

L'un des dossiers les plus difficiles concerne le processus de démantèlement de l'oligarchie. Les autorités ukrainiennes doivent prendre des mesures fortes pour éliminer l'influence des puissants oligarques du système politique.

"L'Ukraine était réellement soumise à ces forces prédatrices. Certains oligarques étaient directement liés au Kremlin et, pour beaucoup d'entre eux, des Ukrainiens qui cherchaient essentiellement des mandataires politiques pour pouvoir défendre leurs intérêts commerciaux de cette manière", explique John O'Brennan, professeur à l’université Maynooth en Irlande.

"Je pense qu'il y a encore beaucoup de choses à démêler. Mais je pense que cela a commencé et que l'Ukraine a fait de réels progrès. J'ai été très frappé, par exemple, il y a plusieurs mois, lorsque le président de la Cour suprême d'Ukraine a été arrêté, en possession de millions d'euros. Pour moi, c'était une indication du sérieux du gouvernement ukrainien".

Les droits des minorités représentent l'autre dossier difficile. La Hongrie s'inquiète de la protection des locuteurs hongrois présents en Ukraine. Kyiv assure que Budapest n'a aucune raison de s'inquiéter. En revanche, le sort des russophones pourrait créer des problèmes.

"Une loi a été adoptée pour protéger les langues minoritaires, et le président Zelensky l'a signée. Mais bien sûr, il est question que la langue devienne un outil de propagande, que les gens exigent qu'un certain type de culture soit enseigné dans les écoles, et cela restera une question polarisante pendant un certain temps", reconnaît l’ancien ministre ukrainien de l’Économie, Tymofiy Mylovanov.

Si le rapport de la Commission est une étape essentielle, la décision reviendra au bout du compte aux Etats membres. Les 27 devront lors du sommet de décembre décider à l'unanimité si l'Ukraine peut passer à la prochaine étape vers la voie de l'adhésion.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : début des négociations d'adhésion à l'Union européenne ?

L'Otan évoque une adhésion de l'Ukraine sans calendrier, malgré les appels de Zelensky

Adhésion de l'Ukraine à l'UE : première réunion conjointe des Parlements européen et ukrainien