L'Ukraine optimiste quant à l'ouverture prochaine des négociations d'adhésion à l'UE

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kuleba
Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kuleba Tous droits réservés Thomas Peter/AP
Par Christelle Petrongari avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Ukraine retient son souffle. Dans une semaine, l'exécutif européen doit se prononcer sur l'ouverture ou non de négociations d'adhésion. L'Ukraine se dit confiante.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba s'est déclaré jeudi "optimiste" concernant l'ouverture prochaine par l'Union européenne de négociations d'adhésion de son pays, lors d'une conférence sur l'avenir de l'Europe organisée à Berlin.

"Nous sommes optimistes. Nous avons fait beaucoup de réformes et nous avons adopté les lois nécessaires pour répondre aux recommandations" formulées par Bruxelles, a-t-il déclaré devant la presse.

L'exécutif européen doit rendre un rapport le 8 novembre sur l'état des progrès réalisés par l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, et se prononcer sur l'ouverture ou non de négociations d'adhésion, avant que les 27 ne se saisissent de la question lors d'un sommet à Bruxelles à la mi-décembre.

"Nous attendons avec impatience la présentation de ce rapport et j'ai des raisons de croire qu'il ouvrira la voie à la décision du Conseil européen sur l'ouverture des négociations d'adhésion avec l'Ukraine et d'autres pays", a ajouté M. Kouleba.

En juin 2022, l'UE a accordé à l'Ukraine le statut de candidat, dans un geste hautement symbolique, ainsi qu'à la Moldavie. Elle a en revanche refusé ce statut à la Géorgie, réclamant davantage de réformes de la part de Tbilissi.

Pour passer à l'étape suivante, donc l'ouverture des négociations d'adhésion, la Commission européenne a défini sept critères de référence pour Kyiv. Il s'agit de conditions à remplir notamment en matière de lutte contre la corruption généralisée et de réformes judiciaires.

La présidente de la Commission Ursula von der Leyen avait jugé en septembre que l'Ukraine avait réalisé de "grandes avancées" dans ce sens.

Les négociations peuvent prendre du temps avant de déboucher sur une adhésion.

Cinq pays des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie, Macédoine du Nord, Monténégro, Serbie) ont aussi le statut de candidat. Ils ont pour certains entamé des négociations d'adhésion, depuis parfois plus de dix ans.

A l'invitation de la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock, 17 ministres ou représentants des Affaires étrangères sont à Berlin pour parler élargissement et réforme de l'UE, selon son ministère. La Turquie est également représentée.

Pour garantir à l'UE sa capacité d'agir dans l'optique d'une poursuite de l'élargissement, la ministre allemande a plaidé notamment pour que davantage de décisions soient prises à la majorité des pays membres.

Elle a aussi proposé que les infractions commises par les Etats membres, par exemple en matière d'Etat de droit, soient sanctionnées plus rapidement et que les pays candidats à l'adhésion soient impliqués plus tôt dans les processus décisionnels de l'UE.

Il faudrait aussi selon elle faire en sorte que la Commission européenne et le Parlement européen ne s'agrandissent pas dans ce processus d'élargissement.

"Cela peut aussi vouloir dire qu'un pays comme le mien, l'Allemagne, soit prêt à renoncer temporairement à un poste de commissaire", a-t-elle dit.

"Nous savons bien sûr que cette idée est plus difficile pour les petits Etats, c'est pourquoi nous voulons nous assurer qu'ils ne renoncent pas ainsi à leur droit de parole au sein de la Commission".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine souhaite adhérer à l'UE en même temps que les Balkans

"La guerre est difficile mais pas dans une impasse" affirme le président ukrainien Zelensky

L'Occident est-il fatigué de la guerre en Ukraine ?