Les eurodéputés appellent à lutter contre l’ingérence russe

L'eurodéputée Tatjana Ždanoka est au centre de l'affaire Russiagate
L'eurodéputée Tatjana Ždanoka est au centre de l'affaire Russiagate Tous droits réservés European Union 2024.
Par Sandor Zsiros
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans une résolution adoptée jeudi, le Parlement européen, troublé par l'affaire du Russiagate, demande à l’UE d’agir pour empêcher que le Kremlin s’introduise dans le processus décisionnel européen.

PUBLICITÉ

Le Parlement européen appelle à freiner les tentatives d'ingérence de la Russie dans le processus décisionnel de l'UE. Selon une résolution adoptée jeudi, Moscou cherche à reconstruire son réseau d'alliés en Europe, un mouvement particulièrement dangereux pour la démocratie.

"La Russie est en train de se rétablir. Le Kremlin est en train de se rétablir. Ils essaient de réorganiser leurs mandataires dans différentes zones. Car au tout début, lorsque cette guerre à grande échelle a commencé, nous avons vu que ces mandataires étaient silencieux. Aujourd'hui, ils sont beaucoup plus courageux et parlent", constate l’eurodéputée lituanienne Rasa Juknevičienė (PPE).

L'ingérence du Kremlin dans la politique européenne a connu une nouvelle poussée à travers l'affaire du Russiagate. Un journal d'investigation russe a accusé une eurodéputée lettone russophone, Tatjana Ždanoka, d'être un agent des services secrets russes. Lors de la session plénière du Parlement européen, la parlementaire a démenti les accusations.

"Ils disent que Tatjana Ždanoka est un agent. Oui, je suis un agent, un agent de la paix, un agent pour une Europe sans fascisme, un agent des droits des minorités, un agent pour une Europe unie de Lisbonne à l'Oural", souligne-t-elle

Face au risque, un eurodéputé roumain propose de sanctionner tout parlementaire qui coopérerait avec la Russie.

"Si quelqu'un au Parlement européen travaille manifestement pour et avec Poutine, cela signifie qu'il ne devrait pas avoir la chance de s'exprimer dans cette assemblée, parce que sa voix est la voix de la propagande", précise Vlad Gheorghe (Renew Europe).

Le Parlement européen compte mener une enquête et appelle les autorités lettones à faire de même afin de déterminer les sanctions et les procédures pénales appropriées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nicolas Schmit, candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne

Euronews se déploie en force pour les élections européennes qui s'annoncent décisives

Comment fonctionne le Parlement européen ?