Ursula von der Leyen annonce sa candidature à un second mandat à la tête de la Commission européenne

Ursula von der Leyen est la première femme à présider la Commission européenne.
Ursula von der Leyen est la première femme à présider la Commission européenne. Tous droits réservés European Union, 2024.
Tous droits réservés European Union, 2024.
Par Jorge LiboreiroYolaine de Kerchove
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a confirmé son intention de diriger l'exécutif pour cinq années supplémentaires.

PUBLICITÉ

L'annonce a été faite lundi après-midi à l'issue d'une réunion de son parti, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) allemande, qui a soutenu sa candidature à l'unanimité.

"Le monde d'aujourd'hui est complètement différent de celui de 2019. Nous avons traversé beaucoup de choses ensemble au cours des cinq dernières années, et je pense que l'on peut dire que nous avons accompli plus que ce que nous aurions pu imaginer", a-t-elle déclaré.

"Au cours de ces cinq années, non seulement ma passion pour l'Europe a grandi, mais aussi, bien sûr, mon expérience de tout ce que cette Europe peut accomplir pour ses citoyens", a-t-elle poursuivi.

"Ces cinq dernières années ont été aussi stimulantes qu'extraordinaires".

Dans une allusion à peine voilée à la montée des partis d'extrême droite observée dans plusieurs pays européens, Mme von der Leyen s'est engagée à "rendre le centre fort" et à défendre le bloc "contre les forces de division de l'intérieur et de l'extérieur".

"Je suis fermement convaincue que c'est possible et que nous avons la force de le faire. Et c'est la tâche que je me suis fixée", a-t-elle déclaré.

Cette nouvelle met fin à des semaines de spéculations incessantes à Bruxelles sur son avenir politique, qui a également été lié à l'OTAN, et relance la course à la présidence de la Commission, l'institution la plus puissante de l'Union européenne.

La nomination de Mme Von der Leyen sera confirmée par acclamation début mars, lors du congrès annuel de sa famille politique, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit. Le PPE avait fixé au 21 février la date limite pour le dépôt des candidatures internes.

En jetant officiellement son chapeau dans l'arène, Mme von der Leyen devient immédiatement la favorite, car le PPE est largement pressenti pour obtenir la plus grande part des sièges lors des prochaines élections au Parlement européen.

Le président de la Commission est nommé à la discrétion des dirigeants de l'UE après avoir pris en compte les résultats des élections européennes, ce qui signifie que le parti qui arrive en tête jouit du privilège non écrit de contrôler l'exécutif. Les socialistes et les libéraux se répartissent généralement les autres postes de direction.

Tout au long de son premier mandat, Mme von der Leyen, oratrice douée, négociatrice agile et voyageuse enthousiaste, a noué des liens étroits avec la majorité des chefs d'État et de gouvernement, dont certains, comme le Finlandais Petteri Orpo et le Suédois Ulf Kristersson, ont déjà déclaré qu'ils soutiendraient volontiers sa candidature.

Elle a développé une bonne relation de travail avec l'Italienne Giorgia Meloni, dont le groupe d'extrême droite, les Conservateurs et Réformistes européens (CRE), est prêt à faire des percées lors du scrutin de juin et à influencer davantage l'agenda politique.

Même des hommes politiques progressistes, comme l'Espagnol Pedro Sánchez, l'un des socialistes les plus en vue d'Europe, ont fait part de leur volonté de soutenir Mme von der Leyen pour un second mandat.

A ce jour, le seul premier ministre qui pourrait s'opposer à la candidature de Mme von der Leyen est le Hongrois Viktor Orbán, qui a fait l'objet d'un examen minutieux de la part de la Commission pour avoir organisé le recul démocratique de son pays.

L'exécutif de Mme von der Leyen a gelé des milliards de fonds de cohésion et de relance alloués à la Hongrie en raison de lacunes en matière d'État de droit et a lancé de nombreuses procédures d'infraction afin de mettre la nation égarée en conformité avec la législation européenne. La dernière procédure en date, centrée sur la "loi de souveraineté" controversée, a été lancée au début du mois.

En représailles, M. Orbán a intensifié ses attaques contre Mme von der Leyen et son équipe, allant jusqu'à diminuer son statut d'"employée rémunérée" des dirigeants européens. En décembre, le gouvernement de M. Orbán a été fortement critiqué pour avoir placardé le visage de Mme von der Leyen sur des panneaux d'affichage distribués dans le cadre d'une consultation nationale anti-Union européenne.

"Ne dansons pas sur l'air qu'ils sifflent", pouvait-on lire sur ces panneaux.

Toutefois, selon les traités, le président de la Commission est nommé à la majorité qualifiée par le Conseil européen, une règle qui, en théorie, empêcherait M. Orbán de bloquer à lui seul le second mandat de Mme von der Leyen si les autres chefs d'État et de gouvernement la soutenaient.

PUBLICITÉ

La proposition du Conseil est ensuite transmise au Parlement, où elle doit être adoptée à la majorité absolue. C'est là que les choses pourraient devenir plus délicates pour Mme von der Leyen.

En 2019, la présidente a obtenu 383 voix en sa faveur, soit à peine plus que les 374 voix nécessaires, ce qui illustre l'indignation de l'hémicycle face à sa nomination surprise.

Contrairement à 2024, Mme von der Leyen ne s'est pas présentée en tant que candidate principale du PPE et a été tirée de l'ombre par le président français Emmanuel Macron, qui voyait en elle une politicienne conservatrice aux opinions modérées et flexibles, capable de plaire à la faction de gauche du Conseil européen.

Après ce vote serré, les eurodéputés ont largement accueilli la première femme à la tête de la Commission et l'ont aidée à faire avancer son programme ambitieux et transformateur, y compris le Green Deal européen, le fonds de relance COVID-19, la loi sur l'intelligence artificielle et une réforme complète de la politique d'immigration et d'asile de l'Union.

Les législateurs ont applaudi Mme von der Leyen pour son leadership décisif à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a donné lieu à une série de sanctions sans précédent à l'encontre du Kremlin, à des plans irréversibles visant à éliminer les combustibles fossiles importés et à l'ouverture de négociations d'adhésion avec Kiev. Le capitanat de Mme Von der Leyen a renforcé sa notoriété internationale et lui a valu le titre de femme la plus puissante en 2022 et 2023, décerné par le magazine Forbes.

PUBLICITÉ
Ursula von der Leyen's political response to the Ukraine war has bolstered her international profile.
Ursula von der Leyen's political response to the Ukraine war has bolstered her international profile.Efrem Lukatsky/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Mais ces derniers mois, son héritage, en particulier ses politiques vertes, a été critiqué par sa propre famille conservatrice, qui cherche à ralentir le "Green Deal" afin d'alléger ce qu'elle appelle le fardeau bureaucratique excessif qui pèse sur l'industrie et l'agriculture. Les manifestations d'agriculteurs qui ont éclaté en janvier dans plusieurs pays européens ont renforcé la position antagoniste du PPE et forcé Mme von der Leyen à changer son fusil d'épaule.

"Ce n'est que si nos agriculteurs peuvent vivre de la terre qu'ils investiront dans l'avenir. Et ce n'est que si nous atteignons ensemble nos objectifs en matière de climat et d'environnement que les agriculteurs pourront continuer à gagner leur vie", a déclaré la commissaire ce mois-ci.

"Nos agriculteurs en sont parfaitement conscients. Nous devrions leur faire davantage confiance".

Mme Von der Leyen sera soumise à une pression constante pour embrasser pleinement ce virage à droite, mais cela pourrait lui coûter le soutien clé des socialistes, des verts et même des libéraux, qui craignent que le PPE ne s'approprie les points de discussion et les cris de ralliement de l'extrême-droite.

Néanmoins, le cycle électoral devrait être dominé par des questions qui favorisent les partis conservateurs : le rejet des politiques environnementales, l'immigration irrégulière, la crise du coût de la vie et la perte de compétitivité. Certaines études soulignent toutefois que de nombreux électeurs restent très préoccupés par la crise climatique et les catastrophes naturelles.

PUBLICITÉ

Née en 1958, Mme von der Leyen est la fille d'un des premiers fonctionnaires européens. Elle a vécu à Bruxelles jusqu'à l'âge de 13 ans, puis a déménagé en Basse-Saxe. Elle a étudié la médecine et a rejoint la CDU en 1990. Mme Von der Leyen a été ministre dans tous les cabinets de l'ancienne chancelière allemande Angela Merkel. Son dernier portefeuille était celui de la défense, une mission qui l'a plongée dans un scandale concernant la passation irrégulière de contrats avec des consultants.

Sur les réseaux sociaux, elle se décrit comme "Européenne de cœur".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Autrichien Walter Baier candidat à la présidence de la Commission européenne

Commission von der Leyen : cinq années marquées par la gestion de nombreuses crises

Le réseau social Tik Tok visé par une enquête de la commission européenne