EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le pavillon israélien de la Biennale de Venise restera fermé, en soutien à Gaza

Le pavillon israélien de la Biennale de Venise restera fermé, en soutien à Gaza.
Le pavillon israélien de la Biennale de Venise restera fermé, en soutien à Gaza. Tous droits réservés Luca Bruno/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Luca Bruno/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’artiste qui représente Israël cette année à Venise et les commissaires de l’exposition ont décidé de ne pas ouvrir le pavillon, réclamant un cessez-le-feu dans le conflit qui oppose le pays au Hamas et la libération des otages israéliens.

PUBLICITÉ

Les amateurs d'art ont envahi Venise pour la biennale de cette année. Comme chaque année, la ville accueille des centaines de milliers de visiteurs. Il s'agit de la 60ᵉ édition, et 88 pays ont amené leurs artistes pour montrer au monde leurs productions.

Toutefois, le pavillon israélien ne semble pas près d'ouvrir ses portes. L'artiste Ruth Patir et les commissaires ont annoncé que l'exposition resterait fermée jusqu'à ce qu'il y ait un cessez-le-feu à Gaza et que les otages soient libérés.

"L'art peut attendre, mais les femmes, les enfants et les personnes qui vivent l'enfer ne le peuvent pas", ont-ils déclaré dans un communiqué.

Adriano Pedrosa, principal commissaire du festival, a salué ce geste.

"Je pense que c'est une décision très courageuse. Et je la respecte, bien sûr, énormément. C'est la leur. Et je pense que c'est une décision très sage", a-t-il déclaré.

Avant même le vernissage, des milliers d'artistes, de conservateurs et de critiques avaient signé une lettre ouverte demandant à la Biennale d'exclure le pavillon national israélien de l'exposition de cette année pour protester contre la guerre menée par Israël, à Gaza. Ceux qui s'opposent à la présence d'Israël ont également promis de manifester.

La participation d'Israël était critiquée par des artistes

Le ministre italien de la Culture a fermement soutenu la participation d'Israël, et l'ouverture de la Biennale s'est faite dans un contexte de sécurité inhabituellement élevé.

"Le choix de fermer le pavillon israélien semble être le bon. De nombreuses pressions ont été exercées sur la biennale pour que le pavillon ne soit pas ouvert, une pétition a été signée, et un pavillon national peut souvent être considéré comme un bras armé du gouvernement. La décision de ne pas ouvrir le pavillon tant qu'il n'y a pas de cessez-le-feu et que les otages ne sont pas libérés, semble donc être la bonne", déclare le critique d'art Tabish Khan.

Le thème de cette année est "Étrangers de part le monde", ce qui se reflète clairement dans les artistes sélectionnés. La structure en tissu de l'artiste égyptien Nil Yalter, basé à Paris, accueille les visiteurs dans le pavillon principal. L'idée de ce thème vient d'un groupe turinois qui luttait contre le racisme et la xénophobie en Italie au début du siècle.

Pour le commissaire Pedrosa, cette expression revêt plusieurs significations.

"Les étrangers sont partout. L'expression a plusieurs sens, plusieurs significations. On pourrait dire que, où que l'on aille, où que l'on soit, on est toujours entouré d'étrangers. Il y a toujours des étrangers partout. Et puis, dans une dimension subjective plus personnelle, peut-être psychanalytique, où que l'on aille, on est aussi un étranger, au fond de soi", dit-il.

Les États-Unis sont représentés pour la première fois par un artiste autochtone, l'artiste Choctaw Jeffrey Gibson. Le pavillon britannique est occupé par les installations vidéo de John Akomfrah. Elles retracent l'évolution de la culture britannique au cours des 50 dernières années.

La biennale se déroule sur deux sites principaux : les Giardini et l'Arsenale.

Cependant, tous les pays ne peuvent pas y être accueillis, si bien que certains présentent leurs expositions dans les palais historiques de la ville.

L'exposition de l'Iran, par exemple, s'intitule "La race humaine est d'une seule essence" et se tient au Palazzo Malipiero.

La Biennale de Venise ouvre ses portes au public le 20 avril et se poursuit jusqu'au 24 novembre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Viktor Orbán en visite à Berlin sans fanfare

Viktor Orbán accuse Manfred Weber, du Parti populaire européen, d'être "anti-hongrois"

Intempéries en France : les fortes pluies menacent les abeilles