PUBLICITÉ

Péter Magyar, l'opposant qui défie Viktor Orban

Ex du parti de Viktor Orban, Péter Magyar a lancé son propre parti. Il est devenu l’une des figures les plus en vue en Hongrie.
Ex du parti de Viktor Orban, Péter Magyar a lancé son propre parti. Il est devenu l’une des figures les plus en vue en Hongrie. Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Rita Konya
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ex du parti de Viktor Orban, Péter Magyar a lancé son propre parti. Il est devenu l’une des figures les plus en vue en Hongrie, et espère donner de l'espoir à ceux qui s'opposent au parti de Viktor Orbán.

PUBLICITÉ

Le gouvernement hongrois a lancé une nouvelle campagne contre l'Union européenne à l'approche des élections de juin. Sur les affiches, les principales figures de l'opposition sont représentées comme les serviteurs de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Le visage de Péter Magyar apparaît. Ancien cadre du parti de Viktor Orban, le Fidesz, il a lancé son propre parti, le Tisza. Il est aujourd’hui l’une des figures les plus en vue en Hongrie et espère donner de l'espoir à ceux qui s'opposent au parti de Viktor Orbán.

C'est le cas de cette jeune femme rencontrée durant la campagne de Magyar "Mon mari et moi parlons depuis un an et demi et deux ans de quitter la Hongrie parce que nous ne voyons pas l'avenir, nous ne voyons pas quel type d'éducation nos enfants auront, quel type de soins de santé".

Péter Magyar a déclaré à Euronews qu'il trouvait pathétique que pendant que les hôpitaux publics sont dans un état scandaleux, le gouvernement Orbán ait dépensé plus de 3,5 milliards d'euros d'argent public dans des campagnes de propagande. "Je ris de ces affiches, qui disent que je suis un gauchiste ou une marionnette d'Ursula von der Leyen. Je ne le serai jamais. Le parti Tisza croit en une Union européenne basée sur des Etats membres forts, nous rejoindrons le Parquet européen, et nos représentants siègeront au sein du Parti Populaire Européen, dont Fides a été chassé. Nous recherchons une relation constructive mais critique avec Bruxelles", a-t-il déclaré.

En février il a rompu publiquement avec le gouvernement, peu après la démission de la Présidente de la Hongrie, Katalin Novák, et de l'ancienne ministre de la Justice, son ex-femme, Judit Varga, à la suite d'un scandale de grâce accordée dans une affaire pédocriminelle.

Deux mois et demi se sont écoulés depuis l'éclatement du scandale et le post Facebook qui a suivi les démissions de Katalin Novák et Judit Varga. Au début, Péter Magyar a déclaré qu'il n'avait pas l'intention d'entrer en politique, mais depuis lors, il s'est préparé pour les élections du Parlement européen sous l'égide du parti Tisza. 

C'est sa deuxième semaine dans la campagne hongroise et il prévoit de visiter tous les comtés jusqu'au 8 juin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hongrie : les électeurs sont divisés sur le rôle des élections européennes

Hongrie : l'opposition appelle à des élections anticipées en cas de victoire aux européennes

Accusations de corruption en Hongrie : un enregistrement mettrait en cause le parti de Viktor Orban