Avril 2024 a été le onzième mois consécutif le plus chaud jamais enregistré

Avril 2024 a été le onzième mois consécutif le plus chaud jamais enregistré
Avril 2024 a été le onzième mois consécutif le plus chaud jamais enregistré Tous droits réservés Paul White/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Paul White/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Avril 2024 a été le onzième mois consécutif le plus chaud jamais enregistré, selon le dernier bilan du programme européen Copernicus, avec une température moyenne de l’air de surface à 15,03 °C. C’est 0,67 °C de plus que la moyenne des mois d’avril entre 1991- et 2020 .

PUBLICITÉ

Avril 2024 a été le onzième mois consécutif le plus chaud jamais enregistré, selon le dernier bilan du programme européen Copernicus, avec une température moyenne de l’air de surface à 15,03 °C. C’est 0,67 °C de plus que la moyenne des mois d’avril entre 1991- et 2020 .

C'est également 1,58 % de plus que le point de référence préindustriel estimé lors du sommet de Paris sur le climat.

Il s'agit du deuxième mois d'avril le plus chaud en Europe, avec 1,49 °C de plus que la moyenne calculée entre 1991 et 2020.

Le mois dernier a été plus humide que la moyenne dans la plupart des pays du nord-ouest, du centre et du nord-est de l'Europe. L'Europe du Sud a été plus sèche que la moyenne.

En dehors de l'Europe, d'autres pays ont connu les plus fortes hausses de température. Il s'agit de l'Amérique du Nord, de l'Asie orientale, de certaines parties du Moyen-Orient, de certaines parties de l'Amérique du Sud et de la majeure partie de l'Afrique.

Des températures de plus en plus chaudes

Selon Carlo Buontempo, directeur du service Copernicus sur le changement climatique, cette évolution météorologique devrait tirer la sonnette d'alarme. "Il ne s'agit pas d'une nouvelle normalité. Ce serait bien que ce soit la nouvelle normalité. Ce n'est qu'une étape vers un avenir qui continuera d'évoluer et pour lequel la température continuera d'augmenter.", explique-t-il. 

Pour lui, le temps pluvieux en Europe du Nord reflète "la variabilité plutôt que la tendance", et les données montrent que la trajectoire est claire : les températures seront de plus en plus chaudes.

Il explique également que le monde est passé d'un système météorologique El Niño à un système La Niña depuis décembre. Il s'agit d'anomalies de températures importantes des eaux de surface de l'océan Pacifique sud. Lorsque la température devient particulièrement marquée et positive on assiste à un épisode El Niño, dans le cas contraire il s'agit du phénomène La Niña. 

Selon le chercheur, passer de l’un à l’autre ne suffira peut-être pas à faire baisser la température des océans, et n'aura probablement pas d'effet atténuant sur le réchauffement climatique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine et la Russie échangent des attaques de drones

Le Premier ministre slovaque, blessé par balles, ne se trouve plus dans un état critique (hôpital)

L'accolade du pape François à un Israélien et un Palestinien à Vérone