EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

En France, des soldats ukrainiens apprennent à piloter des avions de combat

Un pilote ukrainien prépare un Alpha Jet au décollage, dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024.
Un pilote ukrainien prépare un Alpha Jet au décollage, dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024. Tous droits réservés Alice Tidey/Euronews
Tous droits réservés Alice Tidey/Euronews
Par Alice Tidey
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Reportage dans le sud-ouest de la France de notre envoyée spéciale Alice Tidey : dix soldats ukrainiens âgés de 21 à 23 ans suivent un cours accéléré de pilotage d'avions de guerre, supervisé par des instructeurs français.

PUBLICITÉ

"Vous êtes sur le point d'entrer en territoire ennemi, descendez à moins de 500 pieds", ordonne un instructeur.

Immédiatement, le rendu 3D des champs, des forêts et des villages de la campagne française s'agrandit devant les deux instructeurs de l'armée de l'air française. Quinze minutes plus tard, ils donnent l'ordre au soldat ukrainien enfermé dans un simulateur d'avion de chasse dans la pièce adjacente de bombarder sa cible.

La mission du jeune pilote, imaginée plus tôt dans la matinée à l'aide de diverses cartes, d'images satellites, de prévisions météorologiques et d'informations inventées sur des zones où de l'équipement ennemi aurait été détecté, consiste à frapper un dépôt de munitions russe.

Un autre des dix soldats participant à cette formation de pilote sur la base du sud-ouest de la France, est chargé de la même fausse mission, mais il a trois minutes de retard sur l'horaire prévu - un écart énorme étant donné que la marge d'erreur autorisée est d'environ 10 secondes - et son approche et son bombardement de la cible ne sont pas non plus à la hauteur.

L'instructeur, dont le nom n'est pas divulgué pour des raisons de sécurité, lui dit : "Ne bougeons plus. Vous revenez une minute en arrière et vous recommencez".

Deux instructeurs de l'armée de l'air française supervisent la formation d'un pilote ukrainien dans un simulateur, dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024
Deux instructeurs de l'armée de l'air française supervisent la formation d'un pilote ukrainien dans un simulateur, dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024Alice Tidey/Euronews

Un programme de formation en trois phases

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé à ses alliés de lui faire don d'avions de guerre et de former des pilotes dans les jours qui ont suivi le lancement de l'invasion totale du pays par la Russie à la fin du mois de février 2022.

Les dix pilotes ukrainiens qui se trouvent actuellement en France sont les premiers à y suivre une formation de six mois. Ils ont débuté leur entraînement au Royaume-Uni et devraient ensuite se rendre en Roumanie pour la troisième et dernière phase.

Pendant les quelques mois qu'ils ont passés au Royaume-Uni, ils ont chacun consacré environ 70 heures à piloter un GROB-115, un avion d'entraînement facile à manier et dont la vitesse maximale est d'environ 220 km/h.

En France, ils sont passés au niveau supérieur avec l'Alpha Jet, un avion d'entraînement avancé à la vitesse maximale de plus de 900 km/h, qu'ils piloteront pendant environ 80 heures en vol et 60 heures supplémentaires en simulateur. En Roumanie, ils peuvent s'attendre à piloter des F-16 - l'avion de chasse supersonique de fabrication américaine avec une vitesse de pointe de 2 100 km/h - pendant 60 heures.

Ils rentreront ensuite chez eux, où l'on espère que leurs compétences nouvellement acquises pourront contribuer à faire basculer la guerre à l'avantage des défenseurs.

Mentalité occidentale contre mentalité soviétique

Le lieu précis de l'entraînement et l'identité des instructeurs sont tenus secrets car "nous avons des avertissements très réels et très clairs concernant des personnes qui tentent d'obtenir des renseignements ou de prendre des mesures fortes contre cet entraînement", a déclaré le colonel Yann Malard, directeur des affaires publiques de l'armée de l'air et de l'espace française, lors d'un voyage d'observation d'une journée organisé pour les médias la semaine dernière.

Euronews n'a pas été autorisée à parler aux soldats ukrainiens, mais "ils sont très réceptifs et motivés", a souligné à Euronews le colonel commandant d'une base de l'armée de l'air française.

Il s'agit notamment d'apprendre à préparer leur mission, à la briefer, à naviguer avec ou sans GPS, y compris à très basse altitude, à larguer des bombes et à voler en formation, ce dernier point étant un principe occidental fondamental.

En fait, l'une des principales tâches des formateurs français - qui comprennent des instructeurs en service actif et d'anciens pilotes aujourd'hui dans l'état-major, ainsi que des réservistes - est de remplacer tout enseignement de type soviétique que ces jeunes pilotes auraient pu recevoir par un modus operandi occidental.

"La façon dont les Ukrainiens ont été formés et la façon dont les missions sont menées du côté occidental sont radicalement différentes. Chez nous, les pilotes disposent d'une grande autonomie pour prendre des décisions et mener à bien leur mission", explique le colonel commandant à Euronews.

PUBLICITÉ

"Dans le monde russe, le pilote est plus un effecteur pour quelqu'un au sol, qui est devant un radar et qui peut lui dire 'va à droite, va à gauche'. C'est un changement assez radical, et lorsque vous êtes habitué à faire les choses différemment, c'est un véritable défi", ajoute-t-il.

Des cartes et des images satellites sont utilisées par les stagiaires ukrainiens pour planifier leurs missions, dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024.
Des cartes et des images satellites sont utilisées par les stagiaires ukrainiens pour planifier leurs missions, dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024.Alice Tidey/Euronews

Préparer les pilotes à une situation de guerre réelle

Reste à savoir si l'armée de l'air ukrainienne conservera ce mode opératoire et, comme il s'agit du premier programme de formation de ce type, les Ukrainiens n'ont pas encore fait part de leurs réactions.

Euronews a contacté le commandement de l'armée de l'air ukrainienne, mais n'a pas reçu de réponse au moment de la publication.

Selon le blog Oryx, qui recense les pertes sur le champ de bataille à l'aide des documents visuels disponibles, Moscou a détruit 75 avions ukrainiens et en a endommagé deux autres depuis le début de son invasion, soit une part importante de la centaine de MiG-29, Su-24 et Su-25 de fabrication soviétique dont disposait le pays avant que la Russie ne lance son attaque non provoquée.

PUBLICITÉ

Kyiv aurait par ailleurs réussi à abattre 92 avions de combat russes et à en endommager quatre autres.

"Ce que nous leur enseignons est intéressant d'un point de vue pédagogique", ajoute le lieutenant-colonel. Cela inclut des exercices de tir, qu'ils pratiqueront bientôt avec des munitions de calibre 30 mm sur un site dédié, de sorte qu'ils soient mentalement préparés si jamais ils sont envoyés en mission pour neutraliser une cible ennemie.

"L'avion vibre de tous les côtés lorsque vous tirez, ils ne seront donc pas surpris", précise le lieutenant-colonel.

Un pilote ukrainien participe à une séance d'entraînement sur simulateur dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024.
Un pilote ukrainien participe à une séance d'entraînement sur simulateur dans le sud-ouest de la France, le 14 juin 2024.Alice Tidey/Euronews

Des avions de guerre français bientôt en route pour l'Ukraine ?

La Pologne et la Slovaquie ont déjà contribué à reconstituer l'arsenal d'avions de guerre de l'Ukraine en faisant don de plusieurs MiG-29. La Belgique, le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège et maintenant la France se sont tous engagés à envoyer des avions de combat occidentaux, des F-16 pour les quatre premiers et des Mirages 2000-5 pour les derniers.

PUBLICITÉ

L'annonce de la France a été faite par le président Emmanuel Macron au début du mois, à la suite des commémorations du jour J en Normandie auxquelles Volodymyr Zelensky a assisté, mais on ne sait pas encore combien d'avions seront donnés.

La France possède 26 Mirages 2000-5, qui ont une vitesse maximale d'environ 2 300 km/h et qu'elle utilise principalement de manière défensive, pour surveiller son ciel et celui de ses alliés. Mais le président français a déclaré qu'une "coalition internationale" de donateurs serait mise en place prochainement.

Une source de l'armée de l'air française a confirmé que la formation et la livraison des Mirage 2000-5 n'étaient pas encore programmées, mais que des discussions entre la France et l'Ukraine étaient en cours.

Si elle est confirmée, cette donation nécessitera une réorganisation de la flotte aérienne française. Les avions Mirage étant actuellement tous déployés, ils devront être remplacés, vraisemblablement par des Rafale plus modernes.

PUBLICITÉ

Mais alors que la France utilise les Mirages à des fins purement défensives depuis des décennies, l'Ukraine pourrait en théorie les utiliser de manière plus offensive.

"Aujourd'hui, il existe des solutions matérielles et logicielles permettant de conférer une capacité d'attaque au sol à nos Mirages", déclare notre source. "Concrètement, cela prendrait quelques semaines ou quelques mois".

"Cela ne veut pas dire que cela se fera, mais des discussions sont en cours", conclut-elle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La sûreté nucléaire et la sécurité alimentaire à l'ordre du jour de la 2e journée du sommet pour la paix en Ukraine

L'OTAN annonce un soutien militaire stable à l'Ukraine

Des combats de tranchées aux tirs de mortier : voici ce que les troupes européennes enseignent aux Ukrainiens