EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La sûreté nucléaire et la sécurité alimentaire à l'ordre du jour de la 2e journée du sommet pour la paix en Ukraine

Des personnes marchent dans le centre des médias avant le sommet de paix sur l'Ukraine en Suisse, le 15 juin 2024.
Des personnes marchent dans le centre des médias avant le sommet de paix sur l'Ukraine en Suisse, le 15 juin 2024. Tous droits réservés Laurent Cipriani/Copyright 2024. The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Laurent Cipriani/Copyright 2024. The AP. All rights reserved.
Par Gavin Blackburn
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

"Je pense que nous verrons ici, lors du sommet, comment l'histoire est en train de se faire", a estimé Volodymyr Zelensky, même si les participants et les experts ne s'attendent pas à des avancées majeures en raison de l'absence de la Russie, non-invitée.

PUBLICITÉ

Des groupes de travail devraient discuter de la sûreté nucléaire et de la sécurité alimentaire et de l'aide humanitaire au cours de la deuxième journée du sommet international pour la paix en l'Ukraine.

Les représentants de plus de 90 pays, ainsi que d'organismes internationaux, participent à ce sommet qui se tient au complexe hôtelier de Bürgenstock, dans le centre de la Suisse.

La sécurité nucléaire est une préoccupation des dirigeants européens depuis les premiers jours de l'invasion russe.

Les forces russes ont pris le contrôle de la centrale nucléaire de Zaporijia en mars 2022 et occupent toujours le site à ce jour.

Il s'agit de la plus grande installation nucléaire d'Europe. Avant la guerre, elle fournissait 30 % de l'électricité ukrainienne, mais elle ne produit plus d'électricité pour le gouvernement national depuis septembre 2022.

Les combats intermittents autour de la centrale se poursuivent et le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a averti en avril qu'un accident était dangereusement proche.

L'AIEA dispose d'une équipe tournante d'inspecteurs sur le site depuis la fin de l'année 2022 et M. Grossi a prévenu que ces "attaques irréfléchies devaient cesser immédiatement".

Il a également déclaré que "deux années de guerre pèsent lourdement sur la sûreté nucléaire de la centrale de Zaporijia" et que "chacun des sept piliers de la sûreté et de la sécurité nucléaires de l'AIEA a été compromis".

En février 2022, les forces russes ont également pris le contrôle de la centrale nucléaire de Tchernobyl - site d'une catastrophe nucléaire en 1986 - mais ont abandonné le site en mars.

Sécurité alimentaire

En février, le Centre d'études stratégiques et internationales a déclaré que "l'invasion de l'Ukraine par la Russie a provoqué la plus forte augmentation de l'insécurité alimentaire mondiale liée à l'armée depuis au moins un siècle".

L'Ukraine a été surnommée le "grenier de l'Europe" et ses sols fertiles la placent parmi les trois premiers exportateurs de céréales au monde, mais ces lignes d'approvisionnement ont été massivement perturbées.

La Russie a souvent pris pour cible le secteur agricole ukrainien, notamment en frappant les infrastructures de production, les terres agricoles, les champs et les entrepôts.

L'initiative de la mer Noire, ainsi que le protocole d'accord visant à faciliter les exportations de produits alimentaires et d'engrais russes, ont été une bouée de sauvetage pour la sécurité alimentaire mondiale et une lueur d'espoir dans un monde troublé.  
Antonio Guterres
Secrétaire général des Nations unies

L'occupation par la Russie de la péninsule de Crimée et la flotte de la mer Noire qui y est basée ont également eu un impact sur les voies d'approvisionnement par voie maritime via le Bosphore et la Méditerranée.

En juillet 2022, la Turquie et les Nations unies ont négocié un accord entre la Russie et l'Ukraine qui a permis d'exporter en toute sécurité des céréales ukrainiennes via trois ports de la mer Noire. Près de 33 millions de tonnes de céréales ont été exportées dans le cadre de cet accord, mais la Russie s'est retirée en juillet de l'année dernière en invoquant son mécontentement à l'égard des conditions régissant ses propres exportations, et l'accord s'est effondré.

L'année dernière, l'Ukraine est devenue le pays le plus miné au monde, les munitions cachées perturbant la productivité agricole.

PUBLICITÉ

En mars dernier, l'Union européenne, l'École d'économie de Kyiv, les Nations unies et la Banque mondiale ont estimé que le coût total des pertes et des dommages subis par le secteur agricole ukrainien s'élevait à 40,2 milliards de dollars (37,5 milliards d'euros).

L'histoire s'écrit

Au premier jour du sommet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a prédit que l'on verrait "l'histoire en train de se faire" lors du sommet, c'est-à-dire faire les premiers pas vers la paix, même si les experts et les critiques ne s'attendent pas à des avancées majeures en raison de l'absence de la Russie.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky participe à une conférence de presse dans le cadre du sommet sur la paix en Ukraine, en Suisse, le 15 juin 2024.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky participe à une conférence de presse dans le cadre du sommet sur la paix en Ukraine, en Suisse, le 15 juin 2024.Laurent Cipriani/Copyright 2024. The AP. All rights reserved.

Dans une brève déclaration aux journalistes, aux côtés de la présidente suisse Viola Amherd, au début du sommet, M. Zelensky a qualifié la réunion de succès : "Nous avons réussi à ramener dans le monde l'idée que des efforts conjoints peuvent mettre fin à la guerre et établir une paix juste".

Bien que son pays n'ait pas participé au sommet, le président russe Vladimir Poutine a pris l'initiative, rare, d'exposer clairement ses conditions pour mettre fin à la guerre. Mais ses propositions ne contenaient aucune nouvelle exigence, et Kyiv les a qualifiées de "manipulatrices" et d'"absurdes".

PUBLICITÉ

Vendredi, M. Poutine a déclaré à des diplomates russes et à des parlementaires de haut rang qu'il ordonnerait "immédiatement" un cessez-le-feu et entamerait des négociations si l'Ukraine renonçait à sa demande d'adhésion à l'OTAN et commençait à retirer ses troupes des quatre régions que Moscou a illégalement annexées en 2022.

Bien que l'Ukraine n'ait aucune intention de donner quelconque suite à ces consignes de Moscou, Kyiv n'est actuellement pas en mesure de négocier en position de force, selon les analystes.

Sources additionnelles • adaptation : Serge Duchêne

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Suisse : le monde entier au sommet sur la paix en Ukraine - sauf la Russie

Suisse : le complexe de luxe Bürgenstock se barricade pour la conférence de paix sur l'Ukraine

Le sommet pour la paix en Ukraine se prépare en Suisse, mais sans grand espoir de changement majeur