EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'Union européenne adopte de nouvelles sanctions contre la Russie

Les ministres des affaires étrangères de l'UE se sont réunis lundi à Luxembourg.
Les ministres des affaires étrangères de l'UE se sont réunis lundi à Luxembourg. Tous droits réservés European Union, 2024.
Tous droits réservés European Union, 2024.
Par Jorge Liboreiro
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Union européenne a adopté de nouvelles sanctions économiques contre la Russie. Elle a également averti qu'elle pourrait mettre fin au processus d'adhésion de la Géorgie.

PUBLICITÉ

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se sont réunis lundi pour débloquer d'urgence une nouvelle aide militaire à l'Ukraine, alors que le Kyiv tente de contenir une nouvelle poussée des troupes russes dans l'est du pays.

Depuis plus d'un an, la Hongrie bloque l'octroi de ce financement pour la Facilité européenne de soutien à la paix (EPF), ce qui a créé un arriéré de 6,6 milliards d'euros. Cela empêche les États membres d'être partiellement remboursés pour les fournitures qu'ils envoient à Kyiv.

Ce blocage prolongé est devenu un embarrassant pour Bruxelles, qui tente à présent de trouver de nouveaux moyens de contourner Budapest.

La solution pourrait se trouver dans les 210 milliards d'euros d'actifs de la banque centrale russe que les sanctions de l'Union européenne ont immobilisés. Malgré leur état, ces actifs continuent de générer des revenus que Moscou ne reçoit pas.

En mars, les pays de l'Union européenne ont décidé de récupérer ces revenus et de les verser directement dans les caisses de l'Ukraine pour financer des équipements militaires et des projets de reconstruction.

Une première tranche de 1,4 milliard d'euros sera disponible la semaine prochaine et devra être transférée rapidement, a déclaré Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l'UE.

"Nous avons décidé de prendre cet argent - nous n'allons pas revenir sur une décision qui a déjà été prise. Nous devons maintenant mettre en œuvre cette décision", a déclaré M. Borrell lundi. "Je ne peux pas garder cet argent dans ma poche, il s'agit d'un soutien militaire à l'Ukraine. La décision doit être prise immédiatement, en évitant toute forme de blocage".

M. Borrell a déclaré que la réunion ministérielle se concentrerait sur la mise au point de la "méthode" d'utilisation de l'argent et sur la protection du système contre les vetos nationaux, comme cela s'est produit avec le FPE.

"L'Ukraine a besoin de plus d'aide, et elle en a besoin maintenant. Maintenant, avant l'été", a-t-il déclaré. "J'espère que les ministres soutiendront la proposition que nous avons présentée."

Le Lituanien Gabrielius Landsbergis s'est dit "optimiste" quant à une décision prochaine des ministres et au déblocage des fonds. "Si ce n'est pas pour l'EPF, peut-être que cela prendra une autre forme, mais je suis sûr que les Ukrainiens recevront l'argent", a-t-il déclaré.

S'assurer que Kyiv reçoive au moins 1,4 milliard d'euros est devenu une priorité urgente pour Bruxelles. Le 1er juillet, la Hongrie prendra la présidence tournante du Conseil de l'UE et aura le pouvoir de fixer l'ordre du jour, en faisant avancer les sujets qu'elle privilégie et en dévalorisant ceux auxquels elle s'oppose.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

UE : l'Ukraine salue l'ouverture des négociations d'adhésion

"Nous devons fermer le ciel de Kharkiv" (entretien avec le maire)

L'Ukraine dans l'impasse pendant la présidence hongroise du Conseil de l'UE