EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Kaja Kallas : le faucon anti-Poutine devient la plus haute diplomate de l'UE

Premier ministre estonien Kaja Kallas
Premier ministre estonien Kaja Kallas Tous droits réservés Petr David Josek/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Petr David Josek/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Mared Gwyn JonesAïda Sanchez Alonso
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Moscou a mis un prix sur sa tête. Kaja Kallas est désormais recherchée... à Bruxelles.

PUBLICITÉ

La Première ministre estonienne Kaja Kallas, l'une des critiques les plus virulentes de l'UE à l'égard de la Russie, va occuper le poste le plus important en matière de politique étrangère à Bruxelles, ce qui pourrait envoyer un signal fort à Moscou.

Les 27 dirigeants de l'Union européenne l'ont choisie, sur la liste des candidats au poste diplomatique le plus élevé de l'UE, pour remplacer l'Espagnol Josep Borrell.

Kaja Kallas, 47 ans, devient ainsi la première Européenne de l'Est à occuper ce poste.

Depuis que la Russie a lancé son invasion massive de l'Ukraine en février 2022, elle a joué un rôle moteur dans les efforts déployés par l'UE pour punir la Russie par des sanctions, envoyer un soutien militaire à l'Ukraine et renforcer les capacités de défense de l'Union.

La vigueur de sa position anti-russe, qui date d'avant la guerre, avait fait naître l'hypothèse que sa candidature au poste de diplomate en chef pourrait être bloquée par crainte de provoquer Moscou.

Sa réponse sans équivoque à l'agression russe a même valu à Mme Kallas le statut de personne recherchée en Russie, en réponse à ses efforts pour retirer les monuments de l'ère soviétique datant de la Seconde Guerre mondiale dans son pays balte, ce que le Kremlin a qualifié d'"action hostile à l'égard de la mémoire historique".

Mais des diplomates ont déclaré à Euronews que sa position impitoyable à l'égard de Moscou n'avait pas été un obstacle majeur à sa nomination. Les diplomates d'Europe de l'Est sont particulièrement favorables à l'idée d'apporter leur propre perspective à une diplomatie européenne qui a été dominée pendant des années par les Européens de l'Ouest.

Sa nomination intervient également malgré le recul du groupe libéral européen auquel elle appartient, qui est devenu la quatrième force politique du Parlement européen à la suite des résultats décevants obtenus lors des élections européennes de juin.

Populaire à l'étranger, mais en perte de vitesse dans son pays

Son déménagement à Bruxelles intervient alors qu'elle est confrontée à une baisse de sa cote de popularité dans son pays, bien qu'elle conserve un profil international fort.

Sa cote de popularité est tombée à 16 % en janvier, après des mois de baisse depuis l'été dernier, lorsque des informations sur les relations d'affaires de son mari avec la Russie ont été divulguées pour la première fois.

En août 2023, il est apparu que le mari de Mme Kallas, Arvo Hallik, détenait une participation dans une entreprise de logistique qui avait poursuivi ses activités en Russie depuis que la guerre en Ukraine avait éclaté plus d'un an et demi auparavant. Depuis, Mme Kallas a nié avoir eu connaissance des liens de l'entreprise avec la Russie et a qualifié la réaction nationale de chasse aux sorcières politique.

Mais le scandale n'a suscité que peu de réactions internationales, à l'exception d'un coup de gueule du ministre hongrois des affaires étrangères, Peter Szijjarto, qui a accusé Mme Kallas d'"hypocrisie" lorsqu'elle a censuré la poignée de main de Viktor Orbán avec Vladimir Poutine lors d'une rencontre en Chine.

La Première ministre estonienne Kaja Kallas, à gauche, et son mari Arvo Hallik posent pour une photo à Tallinn, en Estonie, le 2 mai 2023.
La Première ministre estonienne Kaja Kallas, à gauche, et son mari Arvo Hallik posent pour une photo à Tallinn, en Estonie, le 2 mai 2023.Pavel Golovkin/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Mme Kallas a également fait l'objet d'un examen minutieux en mars lorsque des diplomates de l'UE ont accusé son gouvernement de gonfler artificiellement les remboursements pour les armes envoyées à l'Ukraine dans le cadre de la facilité européenne de soutien à la paix (EPF), qui permet aux États membres d'être partiellement remboursés pour les dons d'armes.

Les montants demandés par l'Estonie dépassent ceux des autres États membres qui ont fait des dons similaires, ce qui suggère que Tallinn a calculé ses remboursements sur la base du prix des nouveaux kits militaires tout en envoyant des équipements plus anciens à Kyiv.

Le ministère estonien des affaires étrangères a réagi à ces rapports, affirmant qu'il avait agi conformément aux règles et que l'Ukraine ne s'était "jamais plainte" de la qualité de l'équipement qu'elle recevait de l'Estonie.

PUBLICITÉ

Une femme politique "pragmatique"

L'un des défis que devra relever Mme Kallas, sera de démontrer ses compétences lorsqu'elle exercera l'influence diplomatique de l'UE dans le monde.

Elle n'est pas considérée comme une voix autoritaire lorsqu'il s'agit d'autres régions, notamment l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Amérique latine. Elle sera chargée de définir la position diplomatique de l'UE sur le conflit qui fait rage à Gaza et sur l'instabilité qui couve dans d'autres régions telles que le Sahel africain.

Mais les diplomates ont déclaré que ses antécédents en matière de politique "pragmatique" signifient qu'elle est bien placée pour négocier les positions de l'UE sur les questions mondiales. Ce rôle est limité par la nécessité pour tous les États membres de l'UE de soutenir unanimement les décisions de politique étrangère. Mme Kallas est considérée comme ayant les compétences nécessaires pour forger un consensus entre les 27 ministères des affaires étrangères, qui sont parfois profondément divisés.

Ces divisions sont apparues au grand jour à la suite de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre et de l'offensive des forces israéliennes dans la bande de Gaza qui s'en est suivie.

PUBLICITÉ
Kaja Kallas et Ursula von der Leyen
Kaja Kallas et Ursula von der LeyenDati Bendo/ EU/Dati Bendo

L'Estonie est considérée comme ayant épousé la ligne bien rodée de l'UE, qui soutient fermement le droit d'Israël à l'autodéfense tout en appelant au respect du droit humanitaire international à Gaza. En bref, Kaja Kallas n'est considérée ni comme la plus pro-israélienne ni comme la plus pro-palestinienne des dirigeants de l'UE.

Mais elle pourrait avoir fort à faire pour exercer une influence diplomatique et s'imposer auprès de ses partenaires dans la région. En fait, elle s'est surtout exprimée sur l'instabilité au Moyen-Orient en établissant des parallèles avec la situation en Ukraine, se demandant pourquoi l'Occident ne pouvait pas repousser les frappes russes sur l'Ukraine de la même manière qu'il l'a fait lorsque l'Iran a lancé sa toute première attaque aérienne sur Israël à la mi-avril.

Une affaire de famille

Mme Kallas n'est pas étrangère aux institutions européennes. Son père, Siim Kallas, a été Premier ministre de l'Estonie entre 2002 et 2003 avant de quitter Tallinn pour Bruxelles en 2004, où il a été commissaire pendant dix ans sous les deux exécutifs de José Manuel Barroso.

Avocate de formation, Mme Kallas s'est lancée dans la politique en 2010 et, un an plus tard, a été élue au parlement estonien, le Riigikogu. Elle est devenue membre du Parlement européen en 2014, où elle s'est intéressée à toute une série de domaines politiques, de la technologie à l'énergie en passant par la politique étrangère.

PUBLICITÉ

Depuis son retour en Estonie et son accession au poste de Première ministre en 2021, elle a contribué à renforcer la stature internationale de son pays, le quatrième plus petit État de l'Union européenne, qui ne compte que 1,4 million d'habitants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

UE : accord sur les "top jobs" pour Costa, Kallas et von der Leyen

L'Europe ne doit pas répéter l'erreur de l'entre-deux-guerres et investir dès maintenant dans la défense, prévient la Première ministre estonienne

L'Allemagne fait fermer le Centre islamique de Hambourg