EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Faire de l'élargissement une expérience transformatrice pour l'Ukraine"

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky (à gauche), aux côtés des dirigeants de l'UE
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky (à gauche), aux côtés des dirigeants de l'UE Tous droits réservés European Union
Tous droits réservés European Union
Par Stefan Grobe
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L’UE a ouvert officiellement les négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie. C’est désormais un long parcours technique et politique qui commence pou les candidats.

PUBLICITÉ

Les négociations d’adhésion entre l’UE et l’Ukraine ont officiellement commencé. Toutefois, le lancement de la procédure n’est qu’une petite étape d’un très long processus.

La présidence belge du Conseil de l’UE a pesé de tout son poids pour lancer ces pourparlers avant la présidence hongroise de l’UE qui débutera le 1er juillet.

Euronews a interrogé Teona Lavrelashvili, politologue à l'Université catholique de Louvain et chercheuse invitée au Centre Wilfried Martens.

Euronews :

L'UE a entamé les négociations d'adhésion avec l'Ukraine et la Moldavie quelques jours avant que la Hongrie ne prenne la présidence tournante du Conseil. Est-ce une coïncidence ?

Teona Lavrelashvili :

Je dirais qu'il ne s'agit pas d'une coïncidence. Nous savons en effet que la priorité de la Hongrie concerne les Balkans occidentaux, et plus particulièrement la Serbie. Je pense donc que les dirigeants de l'UE ont été, disons, suffisamment constructifs et intelligents pour entamer les négociations d'adhésion avec la Moldavie et l'Ukraine avant la présidence hongroise.

Euronews :

L'ouverture des négociations n'étant qu'une petite étape dans le long voyage vers l'adhésion. La Hongrie peut-elle encore faire dérailler le processus ?

Teona Lavrelashvili :

Vous avez très bien remarqué la longévité des étapes. En ce qui concerne le rôle de la Hongrie, nous devons bien sûr voir la situation globale et observer qui prendra en charge le portefeuille de l'Elargissement (dans la prochaine Commission européenne). Mais je dirais que, oui, la Hongrie disposera encore de certains outils pour influencer le processus d'élargissement dans les mois à venir.

Euronews :

Outre la Hongrie, il existe un autre obstacle à l'élargissement, à savoir une certaine lassitude à l'égard de l'Ukraine dans certains pays. Quel est le danger pour Kyiv ?

Teona Lavrelashvili :

Dans une certaine mesure, c'est dangereux à long terme. Mais à court terme, je dirais que les négociations sur l'élargissement, l'ouverture et la fermeture des chapitres, c'est-à-dire le processus bureaucratique et technique, se poursuivront. Et je pense qu'il s'agit d'une énorme opportunité pour l'Ukraine, mais aussi pour la Moldavie, parce que cela donnera et accordera à ces pays une immense fenêtre d'opportunité pour leur rapprochement avec l'Union européenne. Et, bien sûr, nous savons que l'expertise manque. Je pense que nous devons être clairs à cet égard, en particulier en ce qui concerne l'environnement et l'agriculture. Et je pense que Bruxelles devra également aider beaucoup ces pays.

PUBLICITÉ

Euronews :

Quand pouvons-nous raisonnablement espérer que l'Ukraine devienne un État membre de l'UE ?

Teona Lavrelashvili :

C'est une question délicate. Et je pense que nous ne pouvons pas fixer de date limite ou de calendrier à cet égard, car cela dépend de nombreux facteurs. D'une part, nous avons la volonté politique de l'Union européenne, d'autre part, la balle est entre les mains et dans le camp de l'Ukraine. Cela dépend du rythme des réformes, mais aussi de la situation en matière de sécurité, je dirais, comment cela va évoluer parce que nous n'avons pas discuté de l'un des obstacles les plus importants à l'intégration dans l'UE. L'élargissement en tant que tel s'accompagnera de considérations sécuritaires, en plus des considérations budgétaires du côté de l'UE. Il y a donc des défis à relever. C'est pourquoi je dirais qu'il est délicat de fixer une échéance concrète. Mais, encore une fois, le plus important est de tirer le plus grand profit possible du processus de négociations sur l'élargissement lui-même et de faire de l'élargissement une expérience transformatrice pour l'Ukraine, mais aussi pour les autres pays de l'élargissement.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

État de l'Union : emplois de haut niveau dans l'UE et loi sur la restauration de la nature

State of the Union : Ursula von der Leyen est "mieux placée que les autres candidats"

"L'Europe a longtemps oublié la géopolitique"