EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les fans de football peuvent se faire tatouer gratuitement à Berlin

Un tatouage réalisé dans la Fan zone de Berlin
Un tatouage réalisé dans la Fan zone de Berlin Tous droits réservés Donogh McCabe
Tous droits réservés Donogh McCabe
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La marque de sport Adidas offre des tatouages gratuits aux fans de football qui visitent la Fan zone de Berlin, près de la porte de Brandebourg.

PUBLICITÉ

Le football prouve qu'il peut être à fleur de peau : les supporters qui se rendent dans la Fan zone de Berlin pendant l'Euro 2024 peuvent se faire tatouer gratuitement pour garder le souvenir de la compétition.

Obtenir un rendez-vous n'est pas une mince affaire, car le tatoueur Enaitz Greaney ne peut réaliser qu'une dizaine de tatouages par jour, parmi plusieurs motifs.

Selon Enaitz Greaney, qui reçoit des clients de tous âges, les dessins les plus populaires sont l'ours de Berlin et l'indicatif local 030.

"C'est juste une façon amusante de décorer son corps", a-t-il déclaré à Euronews.

Alors que l'ours prend forme sur son épaule, Julia G, responsable des ressources humaines, explique : "J'ai pensé que ce serait un bon souvenir de cette période, de ce bel été. C'est pourquoi j'ai décidé de me faire tatouer aujourd'hui".

Tatouages dans la Fan zone de Berlin
Tatouages dans la Fan zone de BerlinDonogh McCabe

Julia précise que les tatouages réalisés à l'aide d'une seule aiguille étaient moins douloureux que les tatouages classiques réalisés dans les salons.

Les tatouages sont disponibles sur rendez-vous le jour même, mais les files d'attente commencent dès l'ouverture de la Fan zone de Berlin - également connue sous le nom de Fan Mile - à 14 heures.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Euro 2024 : la compétition entachée par des incidents nationalistes et extrémistes

Le Cube : EURO 2024, les fake news se multiplient en marge de la compétition

Euro 2024 : les réseaux sociaux, un casse-tête pour la sécurité des matchs