This content is not available in your region

Technologies : les jeunes Européennes peuvent viser plus haut

Par Damon Embling
euronews_icons_loading
Sci-tech
Sci-tech   -   Tous droits réservés  euronews

Actuellement dans l'Union européenne, les hommes sont beaucoup plus nombreux que les femmes dans les technologies de l'information et de la communication. En 2021, moins d'un spécialiste de ce domaine sur cinq était une femme. Plus largement, dans le monde des affaires et de la finance, moins d'une entreprise sur dix parmi les plus grandes sociétés cotées de l'UE a une femme comme présidente ou PDG.

À Prague, nous rencontrons deux jeunes femmes bien décidées à faire la différence de ce point de vue. Elles sont originaires des deux extrémités de l'Europe et toutes deux se rêvent en futures dirigeantes d'entreprise. "Mon grand centre d'intérêt, c'est le développement durable et j'aimerais travailler dans des entreprises qui agissent pour l'environnement," nous confie la Turinoise Consolata Losana, âgée de 21 ans. Olubukola Adebowale, surnommée Bukky, 23 ans, vient elle de Kildare en Irlande. "Mon grand combat, c'est que les femmes et les personnes de couleur aient accès à tout dans la société," souligne-t-elle.

Actrices du changement dans la "révolution numérique"

Bukky et Consolata sont dans la capitale tchèque, avec 27 autres jeunes étudiantes originaires des pays de l'UE, mais aussi des Balkans occidentaux et d'Ukraine pour participer à un Cours d'été pour le leadership au féminin à l'ère du numérique organisé par l'entreprise de technologie Huawei.

"Ce que nous essayons de faire avec nos Cours," précise Berta Herrero Estalayo, directrice de l'égalité, la diversité et l'inclusion au sein de Huawei EU, "c'est de donner aux femmes, les outils et compétences dont elles ont besoin pour non seulement façonner, mais aussi diriger la révolution numérique."

euronews
Consolata et Bukky ont participé à Prague, à un Cours d'été pour le leadership au féminin à l'ère du numériqueeuronews

Au cours de cette formation, des dirigeantes actuelles du monde de la technologie, des entreprises et de la politique ont fait le déplacement pour mettre au défi ces futures actrices du changement de contribuer à la réduction des inégalités hommes-femmes. Parmi elles, Caroline Ramade, fondatrice et PDG de 50inTech, énumère les axes d'action : "Il faut réduire les écarts de rémunération, aboutir à une évolution professionnelle équitable et à un meilleur équilibre vie professionnelle-vie privée."

"Cette question n'est pas aussi simple que l'on pense," assure Olubukola Adebowale. "Par exemple, quand on examine cette question," poursuit-elle, "on ne considère pas seulement les femmes, mais aussi les femmes de couleur, les femmes handicapées et d'autres encore."

Thèmes de société et prise de parole en public

Changement climatique, développement durable et transition énergétique sont autant de sujets à débattre pour ces jeunes femmes qui cherchent à construire l'Europe de demain.

"La crise climatique doit être considérée comme la première des priorités," assure Consolata Losana, "mais clairement, je ne veux pas oublier que le développement durable comporte un volet social, il faut que personne ne soit laissé de côté."

Lors de leur Cours d'été, l'équipe de Consolata et Bukky a imaginé une plateforme de formation et de réseautage pour aider les PME à s'orienter dans le monde numérique et durable.

Damon Embling
L'équipe de Consolata et Bukky en pleine préparation de la présentation de leur idéeDamon Embling

Elles ont dû vaincre leur stress pour présenter leur idée sur scène. Cette prise de parole est une expérience utile selon Bukky qui était satisfaite de son intervention. Et pour cause, les deux jeunes femmes ont reçu un Prix lors de la cérémonie de clôture du Cours d'été au château de Troja.

Les deux étudiantes ont de l'espoir et de la motivation à revendre pour l'avenir : "Cela m'a donné un regain de confiance pour prendre toutes mes idées et les canaliser vers l'avenir au profit des jeunes générations," reconnaît Bukky. "Je suis extrêmement reconnaissante, je suis triste que ce soit terminé, mais je sais que ce n'est que le début de quelque chose de grand," assure Consolata.

Journaliste • Damon Embling