EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Attachez votre ceinture" : les turbulences en avion se renforcent avec le réchauffement climatique

Les turbulences pendant les vols s'aggravent à mesure que le changement climatique s'accentue.
Les turbulences pendant les vols s'aggravent à mesure que le changement climatique s'accentue. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Luke Hurst
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les avions volent dans un ciel plus agité aujourd'hui qu'il y a quarante ans, ont conclu des scientifiques de l'université britannique de Reading. Leur étude démontre que les turbulences ont augmenté à mesure que le climat s'est réchauffé.

PUBLICITÉ

"Veuillez regagner votre siège et attacher votre ceinture." Attendez-vous à entendre ce message plus souvent en avion ! Avec ses collègues de l’Université de Reading au Royaume-Uni, Paul Williams, professeur de sciences atmosphériques, travaille depuis bientôt dix ans sur le lien entre le changement climatique et le phénomène des turbulences en avion.

Et leurs conclusions sont sans appel. "Nous avons effectué des simulations informatiques et nous avons constaté que les fortes turbulences pourraient doubler, voire tripler dans les décennies à venir", estime-t-il.

Depuis 40 ans, les turbulences pendant les vols ont augmenté en intensité, en fréquence et en durée dans diverses régions du monde, y compris dans le ciel européen.

Publiant leurs découvertes dans la revue Geophysical Research Letters, les chercheurs ont déclaré que les augmentations sont cohérentes avec les effets du changement climatique. 

"Après une décennie de recherches montrant que le changement climatique augmentera la turbulence en air clair à l'avenir, nous avons maintenant des preuves suggérant que l'augmentation a déjà commencé", a déclaré le professeur Paul Williams"Nous devrions investir dans des systèmes améliorés de prévision et de détection des turbulences, afin d'éviter que l'air plus agité ne se traduise par des vols plus cahoteux dans les décennies à venir", a-t-il ajouté.

Augmentation de 55 % des turbulences

L'étude montre comment l'une des routes de vol les plus fréquentées au monde au-dessus de l'océan Atlantique Nord a connu une augmentation de 55 % de la durée annuelle des fortes turbulences.

En 1979, la durée enregistrée était de 17,7 heures, alors qu'en 2020, elle était de 27,4 heures. La turbulence modérée a quant à elle augmenté de 37 %, passant de 70 heures à 96,1 heures. La turbulence légère a augmenté de 17 %.

La raison de cette augmentation est due à l'air plus chaud dû aux émissions de CO2, qui augmentent le cisaillement du vent - un changement soudain de la vitesse ou de la direction du vent - dans les courants-jets.

Les turbulences en air clair sont des courants d'air erratiques dans l'air sans nuages, et sont les plus sévères au-dessus des zones montagneuses et également à proximité des orages. Ces conditions, à première vue "idéales" et "sans danger", qui ne sont liées à aucun indice visuel tel que des tempêtes ou des nuages, ont causé des dommages aux avions et des blessures aux passagers.

"Les turbulences rendent les vols dangereux. Les compagnies aériennes devront commencer à réfléchir à la manière dont elles géreront l'augmentation des turbulences, car cela coûte à l'industrie 150 à 500 millions de dollars (140 à 465 millions d'euros) par an rien qu'aux États-Unis", a déclaré le chercheur Mark Prosser"Chaque minute supplémentaire passée à voyager dans des turbulences augmente l'usure de l'avion, ainsi que le risque de blessures pour les passagers et les employés de bord".

Bien que les États-Unis et l'Atlantique Nord aient connu les plus fortes augmentations de turbulence, l'étude a révélé que les itinéraires de vol très fréquentés au-dessus de l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Atlantique Sud ont également connu des augmentations significatives.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Évacuation d'avion : une hôtesse de l'air révèle ce qu'il en est réellement

Fin du mode avion pendant un vol : bonne ou mauvaise nouvelle ?

Rome : une ligne de métro sous le Colisée