PUBLICITÉ

Les vols pas chers, plus qu'un souvenir ? Les voyages en avion plus chers cet été

Le prix moyen des billets d'avion a augmenté d'environ 20% en Europe en 2023
Le prix moyen des billets d'avion a augmenté d'environ 20% en Europe en 2023 Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Angela Symons avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les prix des billets d'avion montent en flèche en Europe et au-delà, ce qui amène beaucoup de potentiels voyageurs à se demander si l'époque des vols bon marché a touché à sa fin.

PUBLICITÉ

Les prix des billets d'avion montent en flèche en Europe et au-delà, ce qui amène beaucoup de voyageurs nous à se demander si l'époque des vols bon marché est révolue.

Les vols long-courriers et court-courriers sont concernés, les prix des billets en France ayant bondi de 23,6 % par rapport à l'année dernière, selon les statistiques du ministère de la Transition écologique. Les prix des vols internationaux au départ du Royaume-Uni ont quant à eux augmenté d'environ 18 % par rapport à l'année dernière, selon le site de réservation de voyages Kayak.

"Il y a encore beaucoup de demandes de voyages refoulées depuis la pandémie", explique Evan Kaya. "Cette demande, combinée à la hausse de l'inflation et au coût élevé du carburant, a maintenu les prix des vols à un niveau élevé.

Qu'est-ce qui explique la flambée des prix des vols ?

À la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les sanctions sur les importations de carburant ont fait grimper les prix en flèche. "En raison de l'augmentation de 71 % des prix du pétrole d'une année sur l'autre, notre tarif moyen a augmenté de 31 %", avance Johan Lundgren, PDG d'Easyjet. Le carburant représente une part très importante des coûts des transporteurs, environ 30 %.

Une forte augmentation des coûts de maintenance liée à la raréfaction de certains métaux et à la perturbation des chaînes d'approvisionnement a également contribué au phénomène, indique Marc Rochet, dirigeant des compagnies françaises Air Caraïbes et French Bee. Il évoque également les répercussions des augmentations de salaires dans le secteur aérien. Pourtant, malgré la hausse des prix et l'inflation qui pèsent également sur le porte-monnaie des consommateurs, la demande de vols ne diminue pas.

La demande de vols est supérieure à la disponibilité

Malgré l'assouplissement des restrictions et l'ouverture du monde l'année dernière, les grèves et les annulations ont perturbé de nombreux voyages attendus de longue date. Cette situation n'a fait qu'attiser le désir de voyager.

Certains aéroports, comme Schiphol à Amsterdam et Heathrow à Londres, ont plafonné le nombre de passagers afin de réduire l'impact des pénuries de personnel. Cela a contraint les compagnies aériennes à réduire leurs horaires.

Des compagnies aériennes comme Flybe et Flyr ont fait faillite, tandis que d'autres sont confrontées à des difficultés financières après avoir été clouées au sol pendant des années à cause de COVID. Cette situation a ralenti la croissance, empêché les compagnies aériennes de retrouver leur pleine capacité et les a plongées dans un besoin urgent de liquidités supplémentaires. Avec moins de places disponibles qu'avant la pandémie, la demande dépasse l'offre.

Et comme le travail à distance conserve son emprise, les voyages d'affaires n'ont pas réussi à rebondir, ce qui signifie une plus grande dépendance à l'égard des recettes provenant des sièges en classe économique.

Dans le même temps, Airbus et Boeing peinent à livrer de nouveaux avions dans les délais. Les compagnies aériennes disposeront donc de moins d'avions que prévu cette année.

Le PDG de Boeing a déclaré lors d'une réunion au début du mois que les retards de fabrication se traduiraient par environ 9 000 sièges en moins cet été, ce qui pourrait obliger les compagnies aériennes à réduire le nombre de vols et les itinéraires.

Frank Augstein/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Files d'attente à l'aéroport d'Heathrow de Londres en juin 2022.Frank Augstein/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Les vols resteront-ils chers ?

Des signes montrent que les compagnies aériennes commencent progressivement à se remettre de la pandémie. Le secteur de l'aviation "est en très bonne forme, en plein rebond", selon Pascal Fabre, spécialiste de ce domaine au sein de la société de conseil financier AlixPartners.

Dans ce contexte de hausse des prix, de nombreuses compagnies aériennes "ont réalisé en 2022 un chiffre d'affaires supérieur à celui d'avant la crise, alors que les capacités restent faibles", note-t-il.

C'est le cas d'Air France-KLM, qui a annoncé au début du mois avoir "intégralement remboursé" l'aide accordée par l'État français pour lui permettre de survivre à COVID-19.

Cependant, les prix du carburant restent élevés et le risque de nouvelles grèves menace cet été. Le PDG d'Eurowings, Jens Bischof, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les prix des vols augmentent encore en raison de la hausse des coûts du carburant, du personnel et des aéroports, selon un rapport du groupe de médias allemand Funke. "Voler pour un prix de taxi n'est plus possible", a déclaré M. Bischof à Funke. Il a prédit que les vols seraient environ 20 % plus chers en haute saison cette année qu'en 2022.

L'UE introduisant une législation de plus en plus stricte pour réduire les émissions des avions, les exploitants d'aéronefs pourraient également être amenés à investir dans des appareils plus performants. Ils devront également acheter des quotas d'émission pour compenser leur empreinte carbone. Le coût de ces mesures pourrait entraîner de nouvelles hausses du prix des billets à l’avenir

Est-il encore possible d'obtenir des vols bon marché ?

Bien que les prix des vols soient plus élevés que la normale, ils restent au moins stables. "Nos données montrent que les prix des vols sont restés pratiquement stables au cours des six derniers mois", explique Evan.

PUBLICITÉ

Toutefois, vous avez peut-être remarqué que réserver à l'avance n'est plus un moyen sûr d'obtenir une bonne affaire. Cela peut s'expliquer par le fait que l'incertitude liée à la pandémie s'est dissipée et que de plus en plus de gens préfèrent cette technique à une réservation tardive risquée.

Evan suggère d'utiliser l'outil de prévision basé sur des données de Kayak pour obtenir des "alertes de prix" sur les vols.

Un nouvel outil "Générateur d'économies" sur le site de comparaison de vols Skyscanner - actuellement en mode bêta - pourrait également vous aider à déterminer le jour le moins cher pour prendre l'avion.

Au-delà de la possibilité actuelle de rechercher le "mois le moins cher", cet outil utilise des données pour vous aider à déterminer combien de temps à l'avance vous devez réserver pour votre itinéraire spécifique, quels jour et heure sont les moins chers, et comment le prix de votre vol se compare à la moyenne.

Si vous avez la liberté de choisir vos dates de voyage, voler plus tôt en été est un bon moyen d'économiser de l'argent. Selon les données de Kayak, la fin du mois de juillet est la période la plus chère pour voyager au départ du Royaume-Uni, et le samedi est le jour le plus cher de la semaine.

PUBLICITÉ

En prenant l'avion au début du mois de juin, vous pourriez économiser jusqu'à 44 % sur les vols et 15 % sur les hôtels. Kayak révèle que le dimanche est le jour le plus avantageux pour les vols intérieurs britanniques, le mardi pour les vols européens et le mercredi pour les vols internationaux long-courriers. Le fait de renoncer à des suppléments tels que les bagages en soute peut également vous aider à réduire le prix de votre voyage.

Où se trouvent les destinations les moins chères en 2023 ?

Cela peut sembler évident, mais les vols vers des lieux moins touristiques sont souvent moins chers, surtout si l'on tient compte de l'hébergement et des repas. 

Si vous voulez absolument aller plus loin, vous pouvez jeter votre dévolu sur les États-Unis, dit Evan. "Les prix des vols sont encore au niveau de ceux de l'année dernière pour plusieurs villes américaines". Pour obtenir les meilleurs tarifs, pensez à des villes comme Dallas (Texas), Atlanta (Géorgie), Orlando (Floride) et Tampa (Floride).

Quelles sont les alternatives à l'avion ?

Les investissements européens dans les infrastructures ferroviaires rendent les voyages en train plus économiques et plus faciles que jamais. Des sociétés comme NightJet et European Sleeper proposent de nouveaux trains de nuit sur le continent, qui rivalisent avec la commodité de l'avion. L'Espagne et l'Italie adoptent les nouvelles règles de l'UE en matière de libéralisation des chemins de fer, ouvrant ainsi le marché à des opérateurs ferroviaires à bas prix tels que Ouigo et Iryo.

Adopter le train dès maintenant pourrait également vous protéger des hausses de prix des vols liées aux émissions à l'avenir - et vous aidera à réduire l'impact de vos vacances sur la planète. "Nous devons tous repenser notre façon de voyager et la manière dont nous pouvons avoir un impact plus positif lorsque nous le faisons", déclare Justin Francis, PDG et cofondateur de l'entreprise de vacances militantes Responsible Travel.

PUBLICITÉ

"Une partie de ce travail - aussi difficile que cela puisse paraître - consiste à prendre moins l'avion. Cela peut vouloir dire faire un seul voyage plus long cette année avec un vol. Cela peut aussi signifier se lancer dans une aventure ferroviaire ou rester près de chez soi", conseille-t-il.

Justin cite les croisières en micro-bateau de Responsible Travel en Écosse, les aventures en canoë sur la Dordogne en France et les excursions à vélo dans les vignobles italiens du Chianti comme preuve que "prendre moins l'avion n'est pas forcément synonyme de manque".

Découvrez ici quelques-uns des meilleurs nouveaux itinéraires ferroviaires d'Europe (article à lire en anglais).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Et si vos photos de vacances côtoyaient celles des grands maîtres ?

Un mort sur un vol de Singapore Airlines en provenance de Londres

Voici les 10 aéroports les plus propres au monde : seulement un se trouve en Europe