EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

IA : ChatGPT consomme plus d'énergie qu'une recherche internet classique

es data centres, essentiels pour l’entraînement des IA, représentent près d’1% de l’énergie utilisée dans le monde. Un nombre qui devrait grimper dans les prochaines années.
es data centres, essentiels pour l’entraînement des IA, représentent près d’1% de l’énergie utilisée dans le monde. Un nombre qui devrait grimper dans les prochaines années. Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Margaux Racaniere
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Trois clics pour écrire une pièce de théâtre ou créer un site internet, les systèmes intelligences artificielles (IA) peuvent sembler magiques, mais leur fonctionnement n'est pas neutre pour l’environnement. Ils restent très gourmands en eau et en électricité.

PUBLICITÉ

Bien que les IA ne boivent pas d'eau, les centres de données, où les systèmes d'intelligence artificielle sont entraînés, en consomment énormément pour refroidir leurs serveurs. Cela s'inscrit dans le cadre plus large de la consommation d'eau due à l'utilisation du numérique.

Des IA telles que ChatGPT et Bard consomment beaucoup plus d'eau et d'énergie que votre recherche internet classique. Selon une prépublication de l’université de Riverside en Californie, une conversation avec ChatGPT consommerait environ 50 cl d'eau, l'équivalent d'une petite bouteille en plastique. Avec près d'1,5 milliard d'utilisateurs par mois, cela s'additionne rapidement.

Des émissions de CO2 très variables

Les centres de données, essentiels pour l’entraînement des IA, représentent près d’1% de l’énergie utilisée dans le monde. Un nombre qui devrait grimper dans les prochaines années.

Mais les émissions de CO2 liées à ces centres de données varient grandement, selon si le pays d’entrainement produit son électricité à partir de charbon ou de gaz par exemple, ou plutôt d’énergies renouvelables. Dans un papier financé par Microsoft et le Allen Institute for Artificial Intelligence, des chercheurs ont montré qu’en modifiant le lieu d’entrainement d’une IA, il était possible de réduire de 75% les émissions de CO2 de l’opération.

En modifiant le lieu d'entrainement d'une IA, on peut réduire de 75% les émissions de CO2 de l'opération.

Il est aussi beaucoup question dans les entreprises du numérique de “suivre le soleil”, c’est-à-dire de changer le lieu d’entraînement des IA au fil de la journée afin de pouvoir utiliser de l’énergie solaire en continu. Optimiser les lieux d’entraînements des IA serait un levier important pour limiter leur impact sur l’environnement.

Plus concrètement, une IA comme Bloom, un équivalent de ChatGPT complètement en source ouverte développé dans le cadre du projet de recherche BigScience a généré 25 tonnes d’équivalent CO2 durant son entraînement. Et ce, alors que l’énergie utilisée provenait en majorité du nucléaire et donc décarbonée. Pour GPT-3, qui fait tourner ChatGPT, l’empreinte estimée est 20 fois plus élevée, soit environ 300 allers-retours Paris-New York en avion.

Les IA au service du climat

Malgré leur impact environnemental, les IA ont un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elles peuvent par exemple aider les météorologues à prévoir des phénomènes météorologiques extrêmes ou optimiser la production industrielle pour réduire les émissions de CO2.

L’enjeu aujourd’hui du côté des développeurs est surtout celui de la transparence. La plupart des modèles d’IA disponibles au public ne rendent pas visibles le lieu d’entraînement des modèles ou le coût en carbone de leur utilisation.

En sachant cela, l’utilisateur peut faire ses choix. Par exemple, avant de bombarder ChatGPT avec des questions basiques, on peut juste faire une petite recherche sur navigateur, c'est moins gourmand en énergie.

Pour plus d'informations sur ce sujet, consultez notre vidéo ci-dessus.

Video editor • Margaux Racaniere

Sources additionnelles • Motion designer: Matthew Ash; Suivi Editorial: Thomas Duthois

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Internet : quel pays européen a la connexion la plus rapide ?

ChatGPT a un an : un triste anniversaire pour la culture et la créativité ?

X a enfreint le règlement sur les services numériques, estime la Commission européenne