La découverte de la structure "Big Ring on the Sky" remet en question la compréhension de l'univers

Une impression artistique de ce que le Grand Anneau (en bleu) et l'Arc géant (en rouge) ressembleraient dans le ciel.
Une impression artistique de ce que le Grand Anneau (en bleu) et l'Arc géant (en rouge) ressembleraient dans le ciel. Tous droits réservés Credit: Stellarium
Par Lauren Chadwick
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Un astronome affirme, à Euronews Next, que cette nouvelle découverte d'une structure ultra-large appelée "Big Ring" s'ajoute aux "preuves de plus en plus nombreuses" qui remettent en question ce que nous savons de l'univers.

PUBLICITÉ

Des scientifiques ont découvert une structure ultra-large dans l'univers lointain qui remet en question notre compréhension du cosmos.

Le "Big Ring on the Sky" récemment découvert est la deuxième structure ultra-large identifiée par Alexia Lopez, étudiante en doctorat à l'université du Lancashire central, au Royaume-Uni.

Cette structure est située à 9,2 milliards d'années-lumière de la Terre et a un diamètre de 1,3 milliard d'années-lumière.

Elle se trouve également dans le même voisinage que le très grand "Arc géant sur le ciel", découvert par Alexia Lopez, il y a deux ans.

"Aucune de ces deux structures ultra-larges n'est facile à expliquer dans le cadre de notre compréhension actuelle de l'univers", **confie**Alexia Lopez dans un communiqué.

Ses conclusions ont été présentées lors de la 243e réunion de la Société américaine d'astronomie, le 10 janvier.

Les astronomes affirment qu'elles remettent en question le principe cosmologique, qui est à la base de notre compréhension actuelle de l'univers.

"Le principe cosmologique est une idée philosophique très ancienne. C'est l'idée que l'univers à grande échelle est plus ou moins le même partout", explique, à Euronews Next, Matt Bothwell, astronome public à l'université de Cambridge, qui n'a pas été associé à la recherche.

"À petite échelle, l'univers est très grumeleux. Il y a des étoiles, des planètes et des galaxies, mais l'idée est que si l'on fait un zoom arrière et que l'on regarde l'univers à la plus grande échelle, il devrait être sans caractéristiques et lisse, ce que nous appelons homogène ou le même partout", ajoute-t-il. 

Mais cette dernière découverte vient s'ajouter aux "preuves de plus en plus nombreuses" que les astronomes doivent "repenser le fonctionnement de l'univers", affirme Matt Bothwell, car la structure n'est pas celle à laquelle on pourrait s'attendre sur la base des hypothèses actuelles des astronomes concernant l'univers.

Alexia Lopez précise, dans un communiqué, que les cosmologistes "calculent que la limite théorique actuelle de la taille des structures est de 1,2 milliard d'années-lumière, alors que ces deux structures sont beaucoup plus grandes - l'Arc géant est presque trois fois plus grand et la circonférence du Grand Anneau est comparable à la longueur de l'Arc géant".

Des "voisins cosmologiques"

Les deux structures découvertes par Alexia Lopez se trouvent également dans le même voisinage, qu'elle qualifie de "fascinant".

Elles se trouvent à la même distance de nous, ce qui signifie qu'elles ont existé à la même époque cosmique et qu'elles se trouvent dans la même région du ciel.

Cela "soulève la possibilité qu'elles forment ensemble un système cosmologique encore plus extraordinaire".

Alexia Lopez, Roger Clowes de l'université de Central Lancashire et Gerard Williger de l'université de Louisville (États-Unis) ont examiné les données du Sloan Digital Sky Survey (SDSS), qui dispose de télescopes aux États-Unis et au Chili, pour faire cette découverte.

D'autres structures géantes ont été identifiées par les scientifiques et remettent en question le principe cosmologique, comme la grande muraille Hercule-Corona Borealis, qui mesure 10 milliards d'années-lumière de diamètre, ce qui en fait la plus grande structure connue dans l'univers.

Bien que Matt Bothwell pense qu'il est trop tôt pour affirmer que le principe cosmologique est erroné, il est "vraiment génial de découvrir qu'une hypothèse que l'on a faite sur l'univers peut s'avérer fausse".

"Je pense que c'est une période très, très excitante, et je pense qu'elle va conduire à des découvertes très intéressantes", affirme-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un drone sous-marin a-t-il résolu le mystère de la disparition d'Amelia Earhart ?

La fusée Starship décolle puis explose après la séparation des deux étages

La Russie a obtenu une nouvelle arme antisatellite "inquiétante", selon le renseignement américain