EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un drone sous-marin a-t-il résolu le mystère de la disparition d'Amelia Earhart ?

Amelia Earhart avec son avion Lockheed Electric à bord duquel elle a disparu en tentant de faire le tour du monde en juillet 1937.
Amelia Earhart avec son avion Lockheed Electric à bord duquel elle a disparu en tentant de faire le tour du monde en juillet 1937. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Euronews and AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le drone sous-marin Hugin 6000, à la pointe de la technologie, a repéré ce qui semble être la silhouette de l'avion emblématique d'Amelia Earhart sur le fond marin de l'océan Pacifique.

PUBLICITÉ

Un drone sous-marin ultramoderne pourrait avoir résolu l'un des plus grands mystères de ces 100 dernières années : qu'est-il arrivé à l'aviatrice Amelia Earhart, lorsque son avion a disparu lors de son vol autour du monde en 1937 ?

De nombreuses expéditions n'ont rien donné, se contentant de confirmer que des pans entiers du plancher océanique ne contenaient aucune trace de son monoplan à deux queues.

Mais aujourd'hui, le pilote privé, Tony Romeo, pense que sa nouvelle société d'exploration maritime, basée en Caroline du Sud aux Etats-Unis, peut apporter de nouvelles preuves alléchantes dans la quête d'Amelia Earhart, après qu'une image sonar granuleuse a capturé ce qu'il pense être la silhouette de l'emblématique Lockheed 10-E Electra de l'Américaine.

Les archéologues et les explorateurs ont bon espoir. Mais il reste à savoir si l'avion de la pilote aux cheveux ébouriffés se trouve à une profondeur d'environ 4 800 mètres.

Et les débats abondent quant à la manipulation adéquate de l'objet découvert, quel qu'il soit.

Les archivistes espèrent que le projet "Deep Sea Vision" de Tony Romeo est sur le point de résoudre l'énigme, ne serait-ce que pour attirer à nouveau l'attention sur les exploits d'Amelia Earhart.

Quoi qu'il en soit, la recherche de la première femme à avoir traversé l'océan Atlantique en avion se poursuit.

Découverte à l'aide du drone Hugin 6000

Comment Deep Sea Vision a-t-il détecté l'objet qui pourrait être l'avion d'Amelia Earhart ?

Tony Romeo voulait plus d'aventure que sa carrière dans l'immobilier commercial. Son père a volé pour Pan American Airlines, son frère est pilote de l'armée de l'air et il a lui-même une licence de pilote privé. Issu d'une "famille d'aviation", il s'intéressait depuis longtemps au mystère Amelia Earhart.

Tony Romeo a déclaré avoir vendu ses intérêts immobiliers pour financer les recherches de l'année dernière et acheter un drone sous-marin d'une valeur de 9 millions de dollars à une société norvégienne. Cette technologie de pointe a été baptisée Hugin 6000, en référence à sa capacité à pénétrer dans la couche la plus profonde de l'océan, à 6 000 mètres d'altitude.

En septembre 2023, une équipe de 16 personnes a entamé des recherches qui ont duré une centaine de jours, parcourant plus de 13 468 kilomètres carrés de fonds marins.

Ils ont limité leur recherche à la zone entourant l'île Howland, un atoll situé au milieu du Pacifique, entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Hawaï.

Mais ce n'est qu'après avoir examiné les données sonar en décembre que l'équipe a vu le contour jaune flou de ce qui ressemble à un avion.

"En fin de compte, nous avons obtenu l'image d'une cible que nous croyons fermement être l'avion d'Amelia", affirme Tony M. Romeo à l'Associated Press.

La prochaine étape consistera à utiliser une caméra sous-marine pour mieux examiner l'objet non identifié. Si les images confirment les plus grands espoirs des explorateurs, Tony Romeo confie que l'objectif serait de retrouver l'Electra, disparu depuis longtemps.

PUBLICITÉ

La tentative d'Amelia Earhart de faire le tour du monde

En fin de compte, Tony Romeo a déclaré que son équipe avait entrepris cette aventure coûteuse pour "résoudre le plus grand mystère non élucidé de l'aviation".

Une trappe ouverte pourrait indiquer qu'Amelia Earhart et son compagnon de vol ont pu s'échapper après l'impact initial, a expliqué Tony Romeo, et un cadran dans le cockpit pourrait permettre de comprendre ce qui s'est exactement passé.

"Il pourrait s'agir d'un avion. Cela y ressemble certainement. Il pourrait s'agir d'un élément géologique qui ressemble à un avion.
David Jourdan
Co-fondateur et président, Nauticos

Amelia Earhart et son navigateur, Fred Noonan, ont disparu alors qu'ils volaient de la Nouvelle-Guinée à l'île Howland, dans le cadre de sa tentative de devenir la première femme pilote à faire le tour du monde.

Elle avait signalé par radio qu'elle manquait de carburant.

PUBLICITÉ

La marine américaine a effectué des recherches, mais n'a trouvé aucune trace. La position officielle du gouvernement américain est qu'Amelia Earhart et Fred Noonan se sont écrasés avec leur avion.

Depuis lors, les théories sont allées jusqu'à l'absurde, y compris l'enlèvement par des extraterrestres, ou le fait qu'Amelia Earhart vivait dans le New Jersey sous un faux nom. D'autres supposent qu'elle et Fred Noonan ont été exécutés par les Japonais ou qu'ils sont morts comme des naufragés sur une île.

"Amelia est la personne disparue préférée des Américains", assure Tony Romeo.

L'archéologue maritime, James Delgado, a confié que la découverte potentielle de Tony. Romeo changerait la donne, mais qu'il fallait "en voir plus".

PUBLICITÉ

"Larguons des caméras et jetons un coup d'œil", lance James Delgado, vice-président de la société d'archéologie "SEARCH Inc".

James Delgado a précisé que l'expédition de Tony Romeo utilisait une technologie de pointe de classe mondiale, autrefois classifiée, et qu'elle "révolutionnait notre compréhension des profondeurs océaniques".

Mais il a ajouté que l'équipe de Tony Romeo devait fournir "un niveau de documentation médico-légale" pour prouver qu'il s'agit bien du Lockheed d'Amelia Earhart. Il pourrait s'agir des motifs de l'aluminium du fuselage, de la configuration de la queue et des détails du cockpit.

David Jourdan a déclaré que sa société d'exploration "Nauticos" a cherché en vain lors de trois expéditions distinctes entre 2002 et 2017, sondant une zone de fond marin de la taille du Connecticut.

PUBLICITÉ

Il se serait attendu à voir des ailes droites et non des ailes en flèche, comme le suggère le nouveau sonar, ainsi que des moteurs. "Mais cela pourrait s'expliquer par des dommages subis par l'avion ou par des réflexions qui déforment l'image", a-t-il reconnu.

"Il pourrait s'agir d'un avion. Cela y ressemble en tout cas. Il pourrait s'agir d'un élément géologique qui ressemble à un avion", avance-t-il.

Dorothy Cochrane, conservatrice en aéronautique au Musée national de l'air et de l'espace, a affirmé que l'équipage de Tony Romeo avait cherché au bon endroit, près de l'île Howland.

C'est là qu'Amelia Earhart cherchait désespérément une piste d'atterrissage, lorsqu'elle a disparu lors de la dernière étape de son vol.

PUBLICITÉ

Si l'objet est bien l'avion historique, la question qui se pose à Dorothy Cochrane est de savoir s'il est possible de le remonter en toute sécurité. Le degré d'intégrité de la machinerie sera déterminé en partie par la "douceur" de l'atterrissage d'Earhart, a-t-elle ajouté.

"C'est là qu'il faut vraiment regarder cette image et se demander ce que l'on a là", précise Dorothy Cochrane.

Et si le Lockheed Electra d'Amelia Earhart avait été retrouvé ?

Si les images floues du sonar s'avèrent être l'avion, les normes internationales en matière d'archéologie sous-marine suggèrent fortement que l'avion reste là où il est, affirme Ole Varmer, avocat retraité de la National Oceanic and Atmospheric Administration et chercheur principal à la Fondation pour l'océan.

Des recherches non intrusives peuvent encore être menées pour révéler les raisons pour lesquelles l'avion s'est peut-être écrasé, souligne Ole Varmer.

PUBLICITÉ

"Vous préservez autant que possible l'histoire", avance Ole Varmer. "Il ne s'agit pas seulement de l'épave. Il s'agit de l'endroit où elle se trouve et de son contexte sur le fond marin. C'est une partie de l'histoire qui explique comment et pourquoi elle est arrivée là. En récupérant l'épave, on détruit une partie du site, qui peut fournir des informations", précise-t-il. 

Remonter l'avion et le placer dans un musée coûterait probablement des centaines de millions de dollars, selon Ole Varmer. Et si Tony Romeo pourrait éventuellement déposer une demande de sauvetage devant les tribunaux, le propriétaire de l'avion a le droit de la rejeter.

Amelia Earhart a acheté le Lockheed avec de l'argent collecté, au moins en partie, par la "Purdue Research Foundation", selon un billet de blog de l'université de Purdue dans l'Indiana. Elle avait l'intention de rendre l'avion à l'école.

Tony Romeo a affirmé que l'équipe pensait que l'avion devait être conservé au musée Smithsonian. Reconnaissant le "territoire inexploré" des problèmes juridiques potentiels, il a affirmé que sa société d'exploration "s'occupera de ces problèmes au fur et à mesure qu'ils se présenteront".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La découverte de la structure "Big Ring on the Sky" remet en question la compréhension de l'univers

Rétromachine : disparition de l'aviatrice Amelia Earhart

Tentative d'assassinat de Trump : Comment la désinformation, dans chaque camp, jette de l'huile sur le feu