Selon le ministre ukrainien du numérique, l'Ukraine pourrait vaincre la Russie plus rapidement si les poids lourds de la tech joignaient leurs efforts

Mykhailo Fedorov, 33 ans, ancien expert en marketing numérique devenu vice-premier ministre ukrainien chargé du numérique.
Mykhailo Fedorov, 33 ans, ancien expert en marketing numérique devenu vice-premier ministre ukrainien chargé du numérique. Tous droits réservés Efrem LukatskySource:APCopyright
Par Pascale Davies
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Euronews Next a interviewé le ministre ukrainien du numérique et vice-premier ministre Mykhailo Fedorov, stratège de la contre-offensive numérique du pays.

PUBLICITÉ

C'est une autre arme, elle aussi utilisée au quotidien dans le conflit qui oppose Moscou à Kyiv : le numérique.

De la consitution d'une armée de drones qui destinée à protéger les frontières de l'Ukraine, aux messages du Président Volodymyr Zelensky qui inondent chaque jour les réseaux sociaux, les nouvelles technologies contribuent à sauver des vies et à tenir tête aux forces russes.

Un homme se cache derrière les stratégies mises en place dans cet affrontement qui sévit aussi sur la toile : Mykhailo Fedorov, un ancien expert en marketing numérique de 33 ans, devenu vice-premier ministre et ministre de la transformation numérique de l'Ukraine.

"Nous n'avons pas autant d'habitants que la Fédération de Russie, et c'est une question purement arithmétique ", explique-t-il à Euronews Next, lors d'un entretien via Zoom réalisé depuis Kyiv.

"C'est pourquoi les nouvelles technologies constituent un avantage concurrentiel très spécifique, qui nous permettent d'arrêter l'ennemi là où il se trouve, et d'enclencher une réponse asymétrique".

"Les aéronefs sans pilote changent la donne", poursuit-il. "Les drones autodétonants de l'Ukraine constituent une arme efficace et bon marché en temps de guerre afin de recueillir des renseignements et de détruire les équipements militaires onéreux de la Russie".

Ces dernières semaines, les drones ukrainiens ont attaqué des installations pétrolières russes et traqué des navires de Moscou en haute mer, ainsi que sur des bases navales.

Une guerre électronique

Les drones autodétonants de l'Ukraine constituent un élément essentiel de son arsenal. Mais la Russie dispose d'une contre-offensive efficace, en raison de son expertise en la matière.

It's a technology war which is evolving very rapidly
Mykhailo Fedorov
Ukrainian Vice Prime Minister for Innovations — Minister of Digital Transformation of Ukraine

La Russie dispose d'importants équipements de brouillage qui peuvent neutraliser les signaux ukrainiens, en bloquant ou en faisant des interférences avec les systèmes de communications utilisés par ses drones.

Selon Mykhailo Fedorov, l'école d'ingénieurs du pays forme une cohorte d'ingénieurs capables de faire du codage et tenir la dragée haute à Moscou. L'Ukraine a, selon le ministre, ouvert le marché et créé une forte concurrence avec le secteur privé spécialisé dans la sécurité numérique.

Il est donc essentiel de rester à la pointe en la matière, car "il s'agit d'une guerre technologique qui évolue très rapidement", explique-t-il.

Le brouillage des systèmes GPS par les forces russes a également été signalé dans l'extrême nord de l'Europe, dans la région du cercle polaire arctique, où la Norvège et la Finlande disposent de frontières avec la Russie.

A Ukrainian soldier prepares a drone to launch on the front line in the village of Robotyne, Zaporizhzhia region, Ukraine, Friday, March 1, 2024
A Ukrainian soldier prepares a drone to launch on the front line in the village of Robotyne, Zaporizhzhia region, Ukraine, Friday, March 1, 2024AP Photo/Andriy Andriyenko

À la question de savoir si les pays de l'OTAN devraient s'inquiéter du brouillage russe, Mykhailo Fedorov répond : "Nos partenaires devraient suivre ce qui se passe en Ukraine, car les choses évoluent à un rythme incroyable".

"Si vous n'êtes pas proactifs pour vous adapter en permanence en temps de guerre, et si votre production n'arrive pas à suivre ce rythme et cet impératif d'adaptabilité, ce sera très difficile à rattraper plus tard", ajoute-t-il.

D'autres défis émergent également, comme la saturation des défenses aériennes, en particulier l'utilisation par la Russie de drones iraniens "Shahed", qui volent vers leur cible et explosent à l'impact.

L'Ukraine offre donc à ses alliés et aux entreprises spécialisées dans la défense un terrain de test grandeur nature pour valider leurs équipements, en conditions réelles.

L'IA, dernière arme de guerre

L'une des dernières technologies à avoir investi le champ de bataille, c'est l'intelligence artificielle (IA), qui joue un rôle crucial dans la guerre numérique. Il s'agit en effet d'une guerre centrée sur les réseaux, incluant une large part de technologie numérique, à l'instar des capteurs utilisés en temps réel, et des systèmes de reconnaissance du champ de bataille.

"L'intelligence artificielle permet d'identifier les événements sur le champ de bataille et de réagir en conséquence, ce qui signifie que nous devons nous attendre à une utilisation accrue des systèmes basés sur l'intelligence artificielle à l'avenir", explique Mykhailo Fedorov.

PUBLICITÉ

Cependant, les drones dotés d'IA n'en sont qu'à leurs débuts et ne peuvent pas guider un drone vers sa cible sur l'intégralité d'une trajectoire.

Pour remédier à ce problème, Mykhailo Fedorov explique que les données relatives au terrain de guerre sont analysées en permanence, et que de nouvelles technologies sont testées directement sur le champ de bataille numérique.

La Russie, quant à elle, utilise des drones assistés par l'IA , et l'Intelligence Artificielle est aussi utilisée par les dispositifs de visualisation pour identifier des cibles.

La valeur ajoutée des technologies de pointe sur le champ de bataille

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine opérée par les forces russes en février 2022, Mykhailo Fedorov a demandé aux leaders de la Tech de soutenir l'Ukraine dans l'effort de guerre, en exhortant les dirigeants de YouTube, Apple, Google et Netflix à bloquer ou à limiter leurs services à destination des Russes.

If they [Big Tech companies] made a comparable effort in defence tech and support for Ukraine we would be much, much more powerful than Russia.
Mykhailo Fedorov
Ukrainian Vice Prime Minister for Innovations — Minister of Digital Transformation of Ukraine

Sur X (anciennement Twitter), le ministre ukrainien en charge de la transformation numérique a aussi sollicité Elon Musk, en lui demandant d'activer son réseau Starlink en Ukraine afin de fournir un accès à internet par satellite.

PUBLICITÉ

"Pendant que vous essayez de coloniser Mars, la Russie essaie d'occuper l'Ukraine!", avait alors tweeté Mykhailo Fedorov, le 26 février 2022.

"Nous vous demandons de fournir à l'Ukraine des stations Starlink".

Mykhailo Fedorov avait obtenu gain de cause, et les terminaux satellites se sont avérés essentiels à la réalisation des opérations militaires, mais aussi au fonctionnement des hôpitaux et des entreprises.

D'autres géants de la tech comme Microsoft et IBM ont également apporté leur soutien à l'Ukraine.

Si Mykhailo Fedorov affirme que le pays est reconnaissant de ce soutien, il ajoute qu'il a "certainement besoin de davantage d'aide" de la part des entreprises du secteur, car leur temps de réaction et de réponse serait aujourd'hui "légèrement inférieur" à ce qui a été  observé depuis le début de l'invasion, selon le ministre ukrainien.

PUBLICITÉ
Mykhailo Fedorov, Ukrainian Vice Prime Minister for Innovations, Development of Education, Science & Technologies
Mykhailo Fedorov, Ukrainian Vice Prime Minister for Innovations, Development of Education, Science & TechnologiesEfrem Lukatsky- The Associated Press. All rights reserved.

"Nous comprenons que la vie continue et que l'Ukraine fait parfois les gros titres, mais en même temps, nous devons nous rappeler que les frappes russes se poursuivent, que des gens continuent de mourir et qu'il s'agit d'une guerre épouvantable", poursuit-il.

"Si [les poids lourds de la tech] faisaient un effort comparable en matière de technologie de défense et de soutien à l'Ukraine, nous serions beaucoup plus puissants que la Russie", ajoute-t-il.

Selon lui, le pays a besoin d'aide en matière de serveurs, de clouds, et pour ouvrir des centres de recherche et de développement qui pourraient permettre le développement de technologies à double emploi, constituant ainsi un lieu d'échange d'expertises et de ressources.

"Il faut s'impliquer davantage et comprendre que nous sommes confrontés à une guerre majeure qui concerne tout le monde", a fait savoir le ministre à l'endroit des géants de la tech. "Si nous nous unissons, nous pourrons y mettre un terme bien plus rapidement. Mais nous devons nous unir".

Une guerre de l'information

Une autre façon pour les acteurs de la tech de soutenir l'Ukraine consisterait à lutter contre la désinformation et les fausses informations.

PUBLICITÉ
After the war, we want to cement our status as the coolest state in terms of digital transformation.
Mykhailo Fedorov
Ukrainian Vice Prime Minister for Innovations — Minister of Digital Transformation of Ukraine

"Nous travaillons avec des multinationales qui nous aident à bloquer les réseaux des bots et les canaux russes", explique Mykhailo Fedorov, ajoutant que le pays pourrait aussi bénéficier de l'aide d'entreprises de la tech du monde entier pour limiter les capacités de nuire de la Russie.

Pour l'heure, Mykhailo Fedorov indique que l'Ukraine dispose d'instances gouvernementales officielles qui réagissent rapidement face à la désinformation, afin d'empêcher "la propagande russe de s'implanter".

Les citoyens ukrainiens sont également très mobilisés pour contrer la désinformation, qui reste néanmoins massive et évolue rapidement.

Toutefois, selon lui, l'élément le plus important dans cette guerre de l'information demeure la communication au sein du pays réalisée via le Président Volodymyr Zelensky, qui "est un communicant très efficace".

In this March 6, 2022, image from video provided by the Ukrainian Presidential Press Office, Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy speaks in video in Kyiv.
In this March 6, 2022, image from video provided by the Ukrainian Presidential Press Office, Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy speaks in video in Kyiv.Ukrainian Presidential Press Office via AP

"Chaque jour, le président s'adresse à ses concitoyens et leur parle de ce qui s'est passé.

PUBLICITÉ

Zelensky n'est pas le seul à être devenu une icône mondiale, connue pour sa fermeté et  son leadership lors de l'invasion du territoire réalisée par l'un des pays les plus puissants du monde.

Mykhailo Fedorov a lui aussi pris du galon, et est passé du statut de plus jeune ministre ukrainien à celui d'architecte de la stratégie de défense numérique de l'Ukraine.

Il avait fait parler de lui avant la guerre, en lançant Diia, une application destinée à créer un système de gestion plus efficient.

L'application fournit aux citoyens un identifiant numérique et leur permet d'enregistrer une entreprise ou d'obtenir de nombreux autres services gouvernementaux.

Mais l'application a créé d'autres fonctionnalités pendant la guerre, comme la possibilité de déposer une demande d'indemnisation si les maisons sont endommagées par les bombardements russes, celle d'obtenir une aide à l'évacuation et de soumettre des rapports et des vidéos sur les mouvements des troupes russes.

PUBLICITÉ

Elle a même été utilisée pour diffuser la finale de la Coupe du monde de football pendant une panne d'électricité.

"Après la guerre, nous voulons consolider notre statut d'État le plus avancé en termes de transformation numérique", explique Mykhailo Fedorov.

"Mais nous voulons aussi devenir un précurseur en matière de défense et de technologie militaire pour les décennies à venir, car notre expérience est inestimable pour les autres pays du monde, pour chaqueEtat". "Et cela peut représenter une fraction importante de notre économie à l'avenir".

Video editor • Roselyne Min

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Julian Assange bientôt libre ?

Passeport numérique des produits de l'UE : quelle définition et quel impact ?

Pourquoi, Grok, le chatbot d'IA d'Elon Musk, ne peut être qualifié d'IA open source ?