Les drones navals, armes clefs de l'Ukraine contre la flotte russe en mer Noire

Un bateau de surface sans pilote polyvalent Magura V5 de fabrication ukrainienne.
Un bateau de surface sans pilote polyvalent Magura V5 de fabrication ukrainienne. Tous droits réservés Daniyar Sarsenov/ministère ukrainien de la Transformation numérique, archive via AP
Tous droits réservés Daniyar Sarsenov/ministère ukrainien de la Transformation numérique, archive via AP
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des drones ukrainiens auraient coulé un nouveau navire de guerre russe en mer Noire mardi, dernier épisode en date d'une série de frappes qui ont paralysé les capacités navales de Moscou et limité ses opérations.

PUBLICITÉ

Selon le renseignement militaire ukrainien, les drones navals ukrainiens ont attaqué le navire de patrouille Sergueï Kotov, au large de la ville de Feodosia en Crimée, près du détroit de Kertch qui relie la mer Noire à la mer d'Azov. L'attaque, qui n'a pas pu être vérifiée de manière indépendante, a tué sept membres de l'équipage russe et en a blessé six autres, tandis que 52 personnes ont été secourues, toujours selon Kyiv.

Le ministère russe de la défense n'a pas commenté cette affirmation, mais certains blogueurs militaires russes ont confirmé la perte du navire et affirmé que son équipage avait été secouru.

Cette attaque, si elle est vérifiée, marquerait la dernière utilisation réussie des drones Magura produits en Ukraine, ces bateaux agiles sans équipage, devenus un fléau pour la marine russe. Le mois dernier, des drones ont coulé le Tsezar Kounikov navire de débarquement amphibie russe et la corvette lance-missiles Ivanovets. L'armée russe n'a pas non plus reconnu ces pertes, mais elles ont été rapportées par des blogueurs militaires russes et certains médias.

Série d'attaques navales ukrainiennes

Lors d'une autre attaque fin décembre, l'Ukraine a déclaré avoir détruit le navire de débarquement Novocherkassk dans le port de Feodosia, en Crimée, à l'aide de missiles de croisière à longue portée. Le ministère russe de la défense a déclaré que le navire avait été endommagé lors de l'attaque, mais les blogueurs de guerre russes ont affirmé qu'il avait été perdu.

L'armée ukrainienne a également lancé une série de frappes persistantes de missiles de croisière et de drones sur les installations radar, les moyens de défense aérienne et les bases aériennes russes en Crimée, près de 10 ans après l'annexion illégale de la Crimée rattachée à Moscou le 18 mars 2014. Les troupes ukrainiennes ont également abattu deux avions russes d'alerte et de contrôle au-dessus de la mer d'Azov en janvier et février, privant ainsi l'armée russe de certains de ses moyens de collecte de renseignements les plus précieux.

Ces frappes font suite à d'autres attaques ukrainiennes très efficaces menées plus tôt dans la guerre, notamment le naufrage, en avril 2022, du croiseur lance-missiles Moskva, fleuron de la flotte de la mer Noire, et un tir de missile, en septembre dernier, sur le quartier général de la flotte dans le port de Sébastopol.

L'utilisation efficace de bateaux-drones télécommandés chargés d'explosifs a permis à l'Ukraine de faire pencher la balance de la guerre navale en sa faveur, malgré l'énorme supériorité de la Russie en termes de puissance de feu. Les drones Magura sont équipés d'un GPS avancé et de caméras, et leur faible signature radar les rend difficilement détectables.

Arsenal maritime

Sa dernière version, le Magura V5, mesure 5,5 mètres de long, pèse jusqu'à 1 000 kilogrammes et a une portée de 800 kilomètres, une autonomie de 60 heures et une charge utile de 200 kilogrammes, selon les autorités ukrainiennes. Il transmet également des images vidéo en direct aux opérateurs.

L'Ukraine s'est également appuyée sur des missiles de croisière fournis par le Royaume-Uni et la France pour frapper les installations russes en Crimée. Ces missiles, produits conjointement par la Grande-Bretagne et la France et baptisés Storm Shadow par le Royaume-Uni et SCALP-EG par la France, sont lancés à partir d'avions de guerre ukrainiens de l'ère soviétique et ont une portée de plus de 250 kilomètres.

Les responsables occidentaux saluent l'efficacité des attaques ukrainiennes, notant que Kiev a intelligemment utilisé ses ressources limitées pour vaincre des forces russes bien plus puissantes et détruire entre 20 et 30% de la flotte de la mer Noire, réduisant ainsi efficacement la domination navale de Moscou.

Le nouveau drone "Sea Baby Avdiivka" navigue lors de sa présentation dans la région de Kiev, en Ukraine, le mardi 5 mars 2024.
Le nouveau drone "Sea Baby Avdiivka" navigue lors de sa présentation dans la région de Kiev, en Ukraine, le mardi 5 mars 2024.Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved

Les frappes réussies sur les moyens navals russes ont permis à l'Ukraine d'augmenter ses exportations de denrées alimentaires et d'autres produits de la mer Noire, malgré le retrait de la Russie, l'été dernier, d'un accord qui garantissait la sécurité de l'expédition des céréales ukrainiennes.

Le retrait de Moscou de cet accord s'est accompagné d'attaques contre des navires transportant des céréales ukrainiennes et d'autres produits, ce qui a constitué une menace pour l'économie ukrainienne et la sécurité alimentaire mondiale.

La flotte russe sur le reculoir en mer Noire

Malgré les dommages causés par les attaques ukrainiennes, la flotte russe de la mer Noire reste puissante et toujours capable de lancer des missiles de croisière à longue portée sur l'Ukraine. Les bases aériennes russes en Crimée restent également opérationnelles, accueillant des avions de guerre actifs pour soutenir les opérations terrestres dans la région.

Mais la série régulière d'attaques ukrainiennes réussies contre des navires de guerre russes et d'autres moyens militaires dans la région a mis la flotte russe sur la défensive, limitant ainsi sa capacité offensive.

Bien que le ministère russe de la défense ait pour l'essentiel gardé le silence sur les attaques de drones et de missiles ukrainiens contre ses ressources navales, les blogueurs et commentateurs militaires russes ont sévèrement critiqué l'état-major pour la lenteur et le manque de rigueur de sa réaction face à la menace.

Les frappes ont contraint la marine russe à prendre des précautions qui ont affecté ses opérations, notamment en déplaçant certains de ses navires des ports de Crimée plus à l'est vers Novorossiysk afin de mieux les protéger.

Signe d'une certaine fébrilité, des blogueurs militaires russes ont rapporté que le chef de la flotte de la mer Noire, l'amiral Viktor Sokolov, avait été démis de ses fonctions le mois dernier à la suite des dernières pertes de navires de guerre, sans que cela n'est été officiellement confirmé. Ce haut gradé fait l'objet de poursuites de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour son implication dans la campagne de frappes russes contre des infrastructures civiles, notamment les centrales électriques lors de l'hiver 2022/2023.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Kyiv a plus que jamais besoin du soutien de l'Allemagne

Le procureur général de l'Ukraine promet que Vladimir Poutine sera jugé pour crimes de guerre

Guerre en Ukraine : le dilemme allemand sur l'envoi de Taurus