EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Lancement d'Ariane 6 : comment le regarder et pourquoi il est important pour les ambitions spatiales de l'Europe

Vue d'artiste d'Ariane 6 s'envolant vers l'espace avec la livrée prévue pour sa première mission, avec des marqueurs noirs et blancs.
Vue d'artiste d'Ariane 6 s'envolant vers l'espace avec la livrée prévue pour sa première mission, avec des marqueurs noirs et blancs. Tous droits réservés ESA - D. Ducros
Tous droits réservés ESA - D. Ducros
Par Pascale Davies
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Beaucoup de choses peuvent mal tourner lors d'un lancement d'essai. En 1996, la première Ariane 5 a explosé au bout de 40 secondes.

PUBLICITÉ

La position de l'Europe dans l'espace est en jeu alors que le lanceur lourd Ariane 6 s'apprête à effectuer son voyage inaugural mardi.

Ariane 6 est en développement depuis près d'une décennie et vise à placer l'Europe sur la carte du lancement de satellites et à lui donner accès à l'espace. Mais face à la rude concurrence de SpaceX d'Elon Musk, y a-t-il vraiment de la place dans l'espace pour Ariane 6 ?

Voici tout ce qu'il faut savoir sur le décollage.

Quand est-il et comment le regarder ?

Le décollage aura lieu le 9 juillet depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane française. Vous pouvez le suivre en direct sur la chaîne YouTube de l'Agence spatiale européenne (ESA) à partir de 19 h 30 (heure de Paris).

Le décollage est prévu à 20h00 CEST et la mission doit s'achever dans un délai de quatre heures.

Quels sont les risques ?

Beaucoup de choses peuvent mal tourner lors d'un lancement test. En 1996, la première Ariane 5 a explosé au bout de 40 secondes.

Ces lancements d'essai ont un taux d'échec élevé.

"Statistiquement, il y a 47 % de chances que le premier vol ne réussisse pas ou ne se déroule pas exactement comme prévu", a déclaré Josef Aschbacher, directeur général de l'ESA, en mai.

Pourquoi ce retard ?

Le lancement initial était prévu pour 2020, mais des problèmes techniques l'ont retardé et la pandémie COVID-19 a encore compliqué les choses, tout comme la guerre en Ukraine, l'Europe ayant des liens spatiaux avec la Russie.

Qu'est-il arrivé à Ariane 5 et en quoi Ariane 6 est-elle différente ?

Ariane 5 a été retirée du service en juillet 2023 après 27 ans de bons et loyaux services. Elle a effectué les premières missions de l'ESA vers une comète (Rosetta), vers Mercure et vers Jupiter.

Ariane 6 devrait prendre sa place, avec pour objectif d'être nettement moins chère que son prédécesseur. Cependant, elle a été critiquée pour son caractère non réutilisable, contrairement à SpaceX qui dispose d'un système de lancement réutilisable afin de réduire les coûts et d'être plus durable.

"Toute fusée qui n'est pas ou peu réutilisée ne survivra pas", a déclaré Elon Musk lors de la conférence Viva Tech à Paris en mai, expliquant qu'il n'est pas rentable pour une entreprise de ne pas le faire.

La fusée Ariane 6 sera produite en deux versions principales. La première version est Ariane 62, de poids moyen. Elle peut transporter 10,3 tonnes de fret en orbite basse et 4,5 tonnes en géotransition. Son coût est de 75 millions d'euros.

La deuxième version est Ariane 64, qui pèse 870 tonnes et peut lancer 21,6 tonnes en orbite basse et 4,5 tonnes en géotransition. Elle coûte 115 millions d'euros, ce qui est beaucoup plus cher que le lancement du Falcon 9 de SpaceX, qui coûte 67 millions de dollars (près de 62 millions d'euros).

Qu'est-ce qui sera lancé dans l'espace ?

Ce mardi aura lieu le lancement d'Ariane 62, qui transportera neuf CubeSats (petits satellites), fournis par des entreprises et des instituts de recherche européens.

PUBLICITÉ

L'Europe à l'honneur

Treize pays européens, dont la France, ont collaboré au développement d'Ariane 6.

Les entreprises aérospatiales italiennes ont fourni les systèmes de propulsion. Le bureau de la politique scientifique belge, BELSPO, et des entreprises belges ont apporté leur expertise dans des domaines tels que les télécommunications et la technologie des satellites.

Les entreprises espagnoles ont participé à la fourniture de composants structurels et d'équipements de soutien au sol.

Les entreprises suisses ont contribué à l'ingénierie de précision et aux composants du programme Ariane 6, en particulier dans des domaines tels que les systèmes de guidage et de navigation.

PUBLICITÉ

Les entreprises néerlandaises ont apporté leur expertise dans des domaines tels que l'avionique et l'intégration de charges utiles pour les missions Ariane 6.

Ariane 6 pourrait-elle effectuer des vols spatiaux avec équipage ?

Bien que ce ne soit pas l'objectif actuel d'Ariane 6, Toni Tolker-Nielsen, directeur du transport spatial à l'ESA, a déclaré dans une interview que c'était possible.

"Ariane 6 peut être un lanceur habité avec quelques modifications. Mais nous pouvons également investir dans un système de sécurité pour la capsule afin de garantir la sécurité de l'équipage en cas d'échec du lancement", a-t-il déclaré à SpaceNews.

"Nous avons un contrat pour trouver le meilleur compromis entre ces deux options au cours de l'année prochaine. La décision de poursuivre ces options incombe aux États membres de l'ESA", a-t-il ajouté.

PUBLICITÉ

Sources additionnelles • adaptation : Serge Duchêne

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espace : Ariane 6 approche de son premier lancement

Ariane veut combler son retard et rêve de concurrencer... SpaceX

Concurrencé par SpaceX, ArianeGroup va supprimer 600 emplois