Un hôpital volant pour évacuer les blessés ukrainiens en Europe

Cet hélicoptère de sauvetage norvégien dépose des soldats ukrainiens blessés dans des hôpitaux en Europe
Cet hélicoptère de sauvetage norvégien dépose des soldats ukrainiens blessés dans des hôpitaux en Europe Tous droits réservés AFP
Par Roselyne Min avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Depuis un an déjà, un programme européen a permis à 2000 patients ukrainiens, blessés de guerre ou atteints de maladie grave, de s'envoler vers le Vieux Continent à bord d'un avion médicalisé.

PUBLICITÉ

D'habitude, les avions de Scandinavian Airlines (SAS) transportent à bord de ses avions des vacanciers et des voyageurs d'affaires enthousiastes. 

Mais l'équipage du vol SK718, qui relie la capitale norvégienne Oslo et Rzeszow en Pologne, a accueilli des passagers inhabituels au cours de l'année écoulée : des soldats blessés et des patients ukrainiens gravement malades.Située à 70 km de la frontière ukrainienne, Rzeszow est une plaque tournante stratégique où les échanges se multiplient entre l'Ukraine et le reste du monde.

L'avion est un vol de mission spéciale en collaboration avec l'Union européenne, avec des passagers à bord récupérés à Rzeszow et envoyés dans des hôpitaux à travers l'Europe. Le Boeing 737 effectuant la mission a été reconverti en ambulance volante, équipée de ventilateurs, de matériel de transfusion sanguine et d'antibiotiques.

"Dans cet avion, nous avons un respirateur sous le sol, nous avons des pousse-seringues, et nous avons un moniteur, une aspiration et de l'oxygène, tout l'équipement pour pouvoir traiter un patient d'une unité de soins intensifs élevés. Et c'est, en termes simples , c'est un petit hôpital dans les airs", déclare Håkon Asak, lieutenant-colonel du Corps médical de l'armée norvégienne.

Les deux tiers des sièges de l'avion ont été remplacés par des lits d'hôpitaux et des médecins et infirmières des forces armées norvégiennes continuent de surveiller les patients à bord.

Mykola Fedirko a été blessé dans les tranchées de la région de Donetsk il y a deux mois. Il a été transporté par avion à Copenhague pour y être soigné. "C'est la première fois que je monte dans un avion. J'aurais aimé aller au Danemark dans des circonstances normales, en vacances par exemple, pour ne pas aller à l'hôpital à cause d'un traumatisme", a déclaré le soldat ukrainien de 22 ans.

Fedirko a été déposé au Danemark et une trentaine d'autres patients ont atterri aux Pays-Bas, en Allemagne et en Norvège en deux jours.

"Ça devient personnel"

Mise en place au début de la guerre, l'opération a été menée 52 fois l'an dernier. Selon la chaîne de télévision norvégienne TV2, plus de 630 patients ukrainiens ont été évacués. Oslo vient d'annoncer que le programme se poursuivra au moins jusqu'en août.

Le projet est "sans précédent au niveau continental" et a été monté "en un temps record""Nous avons mis en place ce programme à la demande de l'Ukraine (...) pour alléger la surcharge dans les hôpitaux ukrainiens", a déclaré Juan Escalante du Centre de coordination de la réaction d'urgence de l'UE.

Le caractère extraordinaire de cette mission a marqué le personnel à bord."C'est assez soulageant de laisser les patients à l'aéroport et d'avoir des équipes sur place qui s'en occupent. Parce que pour nous tous, c'est assez difficile de transporter les patients dans ces conditions tout le temps, ça devient personnel", expliqueHåkon Asak.

Les pilotes dans le cockpit gardent la porte de la cabine ouverte pendant les vols pour rester accessibles aux passagers. Ils disent apprécier les rencontres avec ceux qui ont survécu à la guerre. "C'est une chose d'avoir des soldats blessés mais des enfants qui souffrent... ça fait toujours une forte impression sur les gens", se confie Arve Thomassen, pilote chez SAS.

"Lorsque vous transportez des passagers vers la Méditerranée pour un bain de soleil [sic], c'est une activité normale et c'est très courant de le faire. Et notre mission actuelle donne une perspective beaucoup plus difficile de l'ensemble de l'opération. Et nous rend également un peu humbles à faire cette mission. Et en fait, je suis très fier de le faire", ajoute t'il.

Les bombardements d'hôpitaux, de maternités et d'entrepôts médicaux signifient que près d'un demi-million de personnes par mois sont privées de soins médicaux, estiment les autorités norvégiennes.

Plus de 859 établissements de santé en Ukraine ont été attaqués depuis l'invasion russe, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pour en savoir plus sur ce reportage, regardez la vidéo sur le lecteur multimédia ci-dessus.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bakhmout : Wagner affirme avoir pris l'hôtel de ville, aucune confirmation de Moscou

Guerre en Ukraine : la situation au 3 avril, carte à l'appui

En Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître