La clé de l'allongement de la durée de vie humaine découverte

Des scientifiques font une découverte "très importante" qui permettra d'allonger la durée de vie des êtres humains et de lutter contre le cancer.
Des scientifiques font une découverte "très importante" qui permettra d'allonger la durée de vie des êtres humains et de lutter contre le cancer. Tous droits réservés Euronews
Par Camille Bello
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les chercheurs visent à réduire les risques de récidive du cancer, à renforcer les cellules tueuses de cancer et à explorer le potentiel d'allongement de la durée de vie humaine.

PUBLICITÉ

Alors que des progrès remarquables ont été accomplis au cours des dernières décennies pour trouver des moyens d'allonger la durée de vie des êtres humains en bonne santé, une percée récente marque une nouvelle étape "très importante".

Des scientifiques de l'université médicale de Taipei, à Taïwan, ont découvert une modification génétique chez la souris qui permet de multiplier par deux à sept la puissance des cellules tueuses de cancer et d'allonger leur durée de vie jusqu'à 20 %.

Pour amplifier encore les résultats de l'étude révolutionnaire de l'année dernière, ils ont maintenant réussi à reproduire les mêmes résultats extraordinaires de leur recherche précédente sur des souris ordinaires grâce à une seule greffe de cellules souches sanguines.

Les nouveaux résultats, publiés dans la revue scientifique Cold Spring Harbor Protocols, sont "très importants", a déclaré Che-Kun James Shen, chercheur principal de l'étude, qui pense que cela pourrait avoir de profondes implications pour la santé humaine. "Nous espérons les appliquer dans un avenir proche, et je pense que si cela fonctionne, ils pourront faire l'objet d'essais cliniques probablement l'année prochaine ou d'ici la fin de l'année".

Les chercheurs ont d'abord identifié un acide aminé - une protéine appelée KLF1 - qui, lorsqu'il est modifié, "maintient toutes les caractéristiques saines du jeune âge".

Cela inclut "une meilleure fonction motrice, une amélioration de l'apprentissage et de la mémoire, mais aussi de meilleures cellules anticancéreuses", avance M. Shen, ajoutant que les cheveux des souris "étaient également beaucoup plus foncés et brillants".

L'une des marques critiques du vieillissement, la fibrose - un processus caractérisé par l'accumulation de tissu fibreux qui entraîne une altération du fonctionnement des organes - s'est également avérée être réduite de manière significative.

Mais les derniers résultats montrent que l'équipe de recherche a maintenant réussi à transférer les avantages de l'acide aminé KLF1 - qui joue un rôle important dans la transcription des gènes de différents types de cellules sanguines - à des souris non mutantes grâce à des greffes de cellules souches.

Réduire le risque de cancer et combattre les cellules cancéreuses

Les greffes de cellules souches constituent une approche thérapeutique standard pour certains types de cancers du sang. S'appuyant sur cette première avancée, l'équipe de scientifiques de M. Shen espère réduire le risque de résurgence du cancer et renforcer la puissance des cellules tueuses de cancer en modifiant génétiquement les cellules souches humaines avec le KLF1.

Si l'élimination du cancer est en soi une perspective prometteuse, l'intervention génétique de M. Shen pourrait également permettre d'allonger la durée de vie humaine.

Les chercheurs ont déjà identifié de nombreuses variantes génétiques qui augmentent la durée de vie des souris. Néanmoins, une grande partie de ces variantes ne profitaient qu'aux souris femelles et il n'existait aucune méthode connue pour transférer les avantages des souris mutantes aux souris sauvages (normales).

"Les femelles ont toujours ce genre d'avantages, mais dans ce modèle de souris, il n'y a pas de biais lié au sexe", explique M. Shen.

Plus important encore, ajoute-t-il, "de nombreux modèles de souris précédents présentaient des effets secondaires, mais avec nos souris, nous n'en avons vu aucun".

Les essais avec le KLF1 se sont avérés fructueux lorsqu'ils ont été menés sur différents fonds génétiques de souris, ce qui indique qu'aucun fonds génétique spécifique n'a influencé les résultats.

En d'autres termes, les avantages de la recherche pourraient être universels, ce qui laisse présager un impact plus large. "Je pense que le modèle fonctionnera probablement sur tous les humains", espère M. Shen.

"Et il n'est pas nécessaire de procéder à une transplantation complète de moelle osseuse, il suffit d'une substitution partielle de 30 ou 20 % pour rendre les souris résistantes au cancer".

Les capacités accrues de destruction des cellules cancéreuses observées chez les souris mutantes sont dues à divers changements biologiques qui se produisent après la manipulation du gène.

Mais les chercheurs ont constaté que la capacité de certaines cellules à tuer le cancer, telles que les cellules T et les cellules tueuses naturelles (NK) portant la substitution de l'acide aminé "ont toutes une capacité de tuer les cellules cancéreuses plus élevée, de 2 à 7 fois plus élevée, que les souris de type sauvage [souris normales]".

PUBLICITÉ

Lorsque l'équipe a réalisé que la modification génétique de l'acide aminé n'était "exprimée que dans les cellules sanguines", elle a essayé d'injecter certains types de cellules sanguines des souris mutantes à des souris sauvages, avec des résultats prometteurs.

Cela signifie-t-il que des greffes de moelle osseuse anticancéreuses pourront bientôt être réalisées chez l'homme ? M. Shen a bon espoir que cela devienne bientôt une réalité.

"Je pense que d'un point de vue éthique, il faut s'en préoccuper, mais oui, c'est ce que nous essayons de faire", déclare Shen, ajoutant qu'ils travaillent déjà à capitaliser sur leurs découvertes pour améliorer les thérapies anticancéreuses chez l'homme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les cancers chez les moins de 50 ans en hausse de près de 80 % ces 30 dernières années

La dépression touche davantage les habitants des banlieues pavillonnaires que les centres-villes

Le patient porteur de la puce cérébrale Neuralink capable de déplacer une souris d'ordinateur par la pensée, selon Elon Musk