EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Alzheimer : un 2e médicament prometteur, mais encore risqué pour les patients

Un deuxième médicament contre la maladie d'Alzheimer pourrait recevoir une autorisation de la FDA
Un deuxième médicament contre la maladie d'Alzheimer pourrait recevoir une autorisation de la FDA Tous droits réservés Manuel Balce Ceneta/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Manuel Balce Ceneta/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un deuxième médicament contre la maladie d'Alzheimer en cours de développement peut ralentir la maladie de quelques mois, mais ce n'est pas sans risque.

PUBLICITÉ

Un espoir pour les patients atteint d'Alzheimer ? Un nouveau médicament expérimental semble ralentir légèrement (de quatre à sept mois) l'aggravation inévitable de la maladie, ont rapporté des chercheurs ce lundi.

"Il y a enfin un espoir dont nous pouvons parler", a déclaré le Dr John Sims, du groupe pharmaceutique Eli Lilly and Company, en marge de la conférence internationale de l'Association Alzheimer à Amsterdam.

"Nous ne guérissons pas la maladie", a-t-il ajouté. "Le diabète ne se guérit pas non plus, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de traitements très utiles pour les patients."

Le groupe Eli Lilly and Co cherche à obtenir l'approbation de la Food and Drug Administration pour le "donanemab". S'il est autorisé, il s'agira du deuxième traitement de la maladie d'Alzheimer dont il a été démontré de manière convaincante qu'il pouvait retarder l'évolution de cette maladie dévastatrice, après le "Leqembi" récemment approuvé, du fabricant japonais de médicaments Eisai.

Les chercheurs ont publié les résultats complets d'une étude portant sur 1 700 patients ont été publiés dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Le donanemab et Leqembi sont tous deux des anticorps fabriqués en laboratoire, administrés par voie intraveineuse, qui ciblent l'un des responsables de la maladie d'Alzheimer, l'accumulation d'amyloïde collante dans le cerveau. 

Mais ces deux médicaments peuvent entraîner un risque grave pour les patients : le gonflement ou le saignement du cerveau. Dans l'étude de Eli Lilly and Co ces risques ont entraîné la mort de trois patients.

Les scientifiques affirment que si ces médicaments peuvent marquer une nouvelle ère dans le traitement de la maladie d'Alzheimer, d'énormes questions subsistent quant aux patients qui devraient les essayer et aux bénéfices qu'ils en retireront réellement.

"Les avantages modestes ne seraient probablement pas remis en question par les patients, les cliniciens ou les payeurs si les anticorps amyloïdes étaient peu risqués, peu coûteux et simples à administrer. Or, ce n'est pas le cas", a écrit le Dr Eric Widera, de l'Université de Californie à San Francisco, dans un éditorial du JAMA accompagnant les résultats de l'étude médicale.

L'étude sur le donanemab a porté sur des personnes âgées de 60 à 85 ans qui en étaient aux premiers stades de la maladie d'Alzheimer. La moitié d'entre elles ont reçu des perfusions de donanemab une fois par mois et l'autre moitié des perfusions fictives pendant 18 mois.

L'étude a connu quelques rebondissements. Les patients passaient aux perfusions factices si l'amyloïde disparaissait en quantité suffisante, ce qui s'est produit pour environ la moitié d'entre eux en l'espace d'un an. Et comme l'amyloïde n'est pas la seule cause de la maladie d'Alzheimer, les chercheurs ont également suivi les niveaux d'un autre coupable dans le cerveau : la protéine "tau" anormale. Une plus grande quantité de tau indique un stade plus avancé de la maladie.

Quelle différence cela fait-il ? Cela signifie que le donanemab a ralenti l'aggravation de la maladie de quatre à sept mois, conclut le rapport du JAMA.

Une autre façon de mesurer : Parmi les patients ayant reçu le donanemab et dont le taux de tau était inférieur, 47 % étaient considérés comme stables un an après le début de l'étude, contre 29 % de ceux qui avaient reçu la version factice.

Le principal problème de sécurité est le gonflement ou le saignement du cerveau, qui ne provoque souvent aucun symptôme mais peut parfois être grave, voire fatal. Environ un quart des patients ayant reçu le donanemab ont montré des signes de gonflement et environ 20 % ont présenté des micro-saignements.

Les scientifiques savent déjà que les patients recevant un traitement ciblant l'amyloïde doivent subir des scanners cérébraux répétés pour vérifier l'absence de ces effets secondaires, ce qui constitue un obstacle coûteux et chronophage.

PUBLICITÉ

Le Dr Eric Widera a noté que la possibilité d'arrêter le traitement au donanemab, au moins temporairement, chez les personnes qui répondent bien, permettrait de limiter certains de ces défis.

Il est trop tôt pour savoir si certains patients pourraient avoir besoin de reprendre le donanemab, a déclaré le Dr Mark Mintun de Lilly. Mais l'amyloïde "ne revient pas avec une sorte de vengeance", a-t-il dit, spéculant que cela pourrait prendre plusieurs années.

Un autre problème se pose : plus de 90 % des participants à l'étude étaient blancs, ce qui laisse peu de données sur la façon dont d'autres populations pourraient réagir, a écrit Jennifer Manly, spécialiste de la maladie d'Alzheimer à l'université de Columbia, dans le JAMA.

Les scientifiques ont longtemps essayé, sans succès, de ralentir la maladie d'Alzheimer avec des médicaments ciblant l'amyloïde - et l'approbation conditionnelle controversée de la FDA en 2021 d'un médicament appelé Aduhelm s'est rapidement évanouie en raison du manque de preuves de son efficacité réelle. 

PUBLICITÉ

L'approbation de Leqembi et les données prometteuses concernant le donanemab ont ravivé l'intérêt pour la lutte contre l'accumulation d'amyloïde.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le TDAH, possible facteur de "risque accru de démence"

Un spray nasal révolutionnaire pourrait éliminer les protéines cérébrales responsables de la maladie d'Alzheimer

Covid-19 : la Cour de justice de l'UE épingle la Commission européenne pour manque de transparence