Maladie de Parkinson : un nouveau test pourrait permettre sa détection précoce

Les échantillons de sang des volontaires sont traités dans le laboratoire de l'Imperial College à Londres.
Les échantillons de sang des volontaires sont traités dans le laboratoire de l'Imperial College à Londres. Tous droits réservés Kirsty Wigglesworth/AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des chercheurs ont mis au point un test PCR permettant de détecter des niveaux élevés de lésions de l'ADN mitochondrial dans les cellules sanguines.

PUBLICITÉ

Un nouveau test sanguin pourrait permettre de détecter plus tôt la maladie de Parkinson, et de déterminer qui pourrait bénéficier de traitements spécifiques.

La maladie de Parkinson est une affection cérébrale progressive qui provoque des tremblements, des mouvements lents ou involontaires et une rigidité musculaire.

Elle peut également entraîner des troubles cognitifs et mentaux et s'aggraver avec le temps.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 8,5 millions de personnes sont touchés par la maladie de Parkinson dans le monde.

"Actuellement, la maladie de Parkinson est diagnostiquée en grande partie sur la base de symptômes cliniques, après que des dommages neurologiques importants se sont déjà produits", avance, dans un communiqué, l'auteure principale de ce test, Laurie Sanders, professeure associé à la faculté de médecine de l'université Duke.

"Un simple test sanguin pourrait nous permettre de diagnostiquer la maladie plus tôt et de commencer les thérapies plus tôt".

Les chercheurs ont mis au point un test PCR pour détecter des niveaux plus élevés de lésions de l'ADN mitochondrial chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, par rapport aux personnes qui n'en sont pas atteintes.

Les mitochondries, en particulier, jouent un rôle clé dans la production d'énergie dans les cellules et leur dysfonctionnement a été associé à la maladie de Parkinson, dans des études antérieures.

Selon l'étude publiée dans la revue Science Translational Medicine, le test sanguin expérimental des chercheurs a permis de détecter une augmentation des lésions de l'ADN mitochondrial chez les personnes présentant une mutation génétique associée à la maladie de Parkinson.

Les chercheurs ont également examiné si le test pouvait déterminer l'impact de certaines thérapies ciblant cette mutation.

Ils ont constaté que leur test détectait moins de dommages à l'ADN mitochondrial dans les cellules traitées avec l'inhibiteur de la mutation.

"Nous espérons que ce test permettra non seulement de diagnostiquer la maladie de Parkinson, mais aussi d'identifier des médicaments qui inversent ou stoppent les lésions de l'ADN mitochondrial et le processus de la maladie", écrit Laurie Sanders.

"Cette maladie fait des ravages et nous nous contentons encore d'en traiter les symptômes. Il est important que de nouveaux traitements efficaces franchissent la ligne d'arrivée", conclut-elle.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Diagnostic des maladies rares : beaucoup d'inconnues et des avancées

Santé : bientôt un nouveau traitement contre la maladie d'Alzheimer ?

Pourquoi la maladie de Parkinson est-elle si difficile à diagnostiquer ?