Un nouveau virus découvert dans la partie la plus profonde de l'océan

Vue du ROV Deep Discoverer explorant la fosse des Mariannes à une profondeur de 6 000 mètres en 2016.
Vue du ROV Deep Discoverer explorant la fosse des Mariannes à une profondeur de 6 000 mètres en 2016. Tous droits réservés Image courtesy of the NOAA Office of Ocean Exploration and Research, 2016 Deepwater Exploration of the Marianas
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon les chercheurs, le nouveau virus découvert dans la fosse des Mariannes pourrait être le bactériophage le plus profond découvert dans l'océan.

PUBLICITÉ

Une équipe de scientifiques a identifié ce qui pourrait être le virus le plus profondément localisé dans les océans de la Terre.

Ils ont découvert un nouveau virus dans des sédiments prélevés à 8 900 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes, dans l'océan Pacifique.

Cette fosse est l'endroit le plus profond de la Terre, atteignant un point bas de 11 000 mètres près des îles Mariannes.

"À notre connaissance, il s'agit du phage isolé le plus profond connu dans l'océan mondial", affirme Min Wang, virologue marin, dans un communiqué.

L'équipe de l'Ocean University of China a publié ses résultats la semaine dernière dans la revue Microbiology Spectrum.

Le virus des profondeurs récemment découvert, appelé vB_HmeY_H4907, est un bactériophage, ce qui signifie qu'il infecte et se réplique à l'intérieur des bactéries.

Ce bactériophage infecte des bactéries appelées Halomonas, qui abondent dans la fosse des Mariannes, et dans les cheminées hydrothermales - des fissures au fond de la mer par lesquelles de l'eau chauffée est libérée.

L'analyse génomique du virus suggère qu'il est similaire à son hôte bactérien et qu'il est répandu dans l'océan.

Les chercheurs affirment que le nouveau bactériophage appartient à une nouvelle famille virale appelée Surviridae.

Le virus a été découvert dans la zone hadale de l'océan, qui se situe à une profondeur comprise entre 6 000 et 11 000 mètres et qui porte le nom du dieu grec des enfers, Hadès.

"Des recherches récentes ont révélé l'énorme diversité, la nouveauté et l'importance écologique des virus hadal. Cependant, seules deux souches de virus hadal ont été isolées", indiquent les chercheurs dans leur étude.

L'identification de ce nouveau bactériophage permet de mieux comprendre comment les virus de cette partie de l'océan se comportent dans des environnements difficiles, notamment grâce à la coévolution avec des hôtes bactériens.

La zone hadale abrite plusieurs organismes uniques capables de s'adapter aux conditions extrêmes de basse température, de haute pression et de manque de lumière qui règnent dans les profondeurs de la mer.

Les virologues marins sont maintenant à la recherche d'autres nouveaux virus dans des endroits extrêmes.

"Les environnements extrêmes offrent des perspectives optimales pour la découverte de nouveaux virus", assurent Min Wang.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

OceanXplorer : à bord du navire de recherche d'un milliardaire qui explore les abysses

En images : découvrez les lauréats de l'édition 2023 d'Ocean Art

Costa Rica : des scientifiques découvrent quatre nouvelles espèces de pieuvres