EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Selon les scientifiques, l'évolution de l'homme pourrait nous empêcher de résoudre le problème du changement climatique

Jusqu'à récemment, l'homme n'avait pas à se préoccuper de l'espace sur Terre et des limites de la planète.
Jusqu'à récemment, l'homme n'avait pas à se préoccuper de l'espace sur Terre et des limites de la planète. Tous droits réservés Cleared
Tous droits réservés Cleared
Par Aylin Elci
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

En étudiant l'évolution humaine pour trouver des solutions à la crise climatique croissante, des chercheurs ont trouvé un mélange de résultats encourageants et déprimants.

PUBLICITÉ

Comment l'homme en est-il arrivé là ? Telle est la question à laquelle Tim Waring, professeur associé à l'université du Maine (États-Unis), s'est efforcé de répondre dans un récent article consacré au changement climatique.

"Si nous comprenons les processus qui nous ont permis d'avoir un impact aussi important sur la biosphère mondiale, nous pourrons tenter de résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés", a-t-il déclaré à Euronews Next.

Tim Waring étudie le changement climatique sous l'angle de l'évolution culturelle, un domaine d'étude à l'intersection de la biologie et de "toutes les sciences sociales". Son dernier article analyse comment l'évolution humaine pourrait nous empêcher de résoudre le problème du changement climatique.

Le professeur et ses collègues Eörs Szathmáry et Zach Wood ont publié le rapport dans la plus ancienne revue scientifique du monde, Philosophical Transaction.

"Je veux donner de l'espoir à l'humanité, mais le but de cet article n'est pas d'être artificiellement positif, il s'agit de décrire avec précision le défi auquel nous sommes confrontés", a déclaré Tim Waring.

Les solutions doivent être mondiales

Le chercheur et son équipe ont analysé les ressources utilisées par les humains, l'impact qu'ils ont eu sur leur environnement et l'évolution de leurs traits culturels au cours des 100 000 dernières années.

Ils ont constaté que les humains ont systématiquement trouvé des solutions aux problèmes auxquels ils étaient confrontés.

"Beaucoup de gens pensent actuellement que nous finirons par résoudre le problème du changement climatique, et ils ont de bonnes raisons de le croire, car l'homme n'a pratiquement jamais rencontré de problème qu'il n'ait pu résoudre jusqu'à présent", a déclaré M. Waring.

Cependant, nos antécédents ne suffiront pas à nous sauver à long terme.

Les auteurs de l'article ont constaté que l'une des raisons pour lesquelles nous sommes si doués pour résoudre les problèmes est que nous utilisons les ressources plus intensément et à plus grande échelle chaque fois que nous en avons besoin. Leur analyse a également mis en évidence le fait que l'homme ne trouve des solutions qu'une fois que les problèmes ont déjà été maîtrisés.

Dans le contexte du changement climatique, ces approches pourraient ne pas fonctionner car nous n'avons qu'une seule planète.

Si l'universitaire a loué les efforts internationaux tels que le protocole de Montréal pour protéger la couche d'ozone, il a également souligné que nombre de ces efforts étaient en faveur de groupes locaux et sous-mondiaux tels que les pays et les entreprises.

Notre évolution montre que nous avons su résoudre des problèmes entre groupes, mais jamais à cette échelle et avec cette complexité.

Les solutions doivent être véritablement mondiales, "même si cela va à l'encontre des intérêts des groupes existants", affirment les auteurs.

"Je pense que nous devrions être très heureux que le changement climatique soit notre premier défi, parce qu'il est plus facile à résoudre et parce qu'il est très clair qu'il sera douloureux pour chacun d'entre nous. Nous devrions donc nous estimer heureux", a déclaré l'expert, en le comparant à d'autres défis, tels que l'effondrement des écosystèmes, qui se produiront ultérieurement.

PUBLICITÉ

"Nous éliminons des espèces, nous empoisonnons et nous modifions l'environnement partout dans le monde depuis longtemps, et nous ne savons pas comment cela peut influencer la stabilité du système écologique", a-t-il expliqué.

L'homme devra s'attaquer à la compétitivité et aux conflits

Mais même si nous parvenons à résoudre le problème du changement climatique, nous devrons faire attention à nos traits d'évolution, car les humains ont tendance à être compétitifs pour les ressources, selon ces experts.

Auparavant, les conflits causés par notre compétitivité étaient gérables parce que la planète était plus saine. Mais à l'heure où nous testons les limites de la planète, les chercheurs craignent qu'il n'y ait aucun moyen de contourner ce comportement destructeur, qui a contribué à faire de nous l'une des espèces les plus avancées de la planète.

"Il n'y a pas de solution à long terme pour l'évolution humaine sur la planète qui n'implique pas de conflit désagréable, et nous devons essayer de résoudre ce problème", a expliqué Tim Waring, soulignant que le modèle de coopération et de coordination que nous avons appliqué au cours des derniers millénaires n'est pas durable.

PUBLICITÉ

En substance, l'homme doit changer son mode d'évolution s'il veut survivre.

L'une des pistes évoquées dans le document est la mise en place de systèmes d'autolimitation et de régulation du marché, afin de "lier de plus en plus étroitement les groupes humains de la planète pour en faire une unité fonctionnelle".

Mais des solutions concrètes doivent encore être explorées à mesure que se développe le domaine "très mal compris" de l'évolution culturelle.

"Nous n'avons pas encore pensé à beaucoup de politiques intéressantes parce que nous n'avons pas encore vraiment considéré la nature du changement climatique dans une perspective évolutionniste", conclut Tim Waring.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : la pêche interdite à une catégorie de bateaux afin de préserver les dauphins

Covid-19 : la Cour de justice de l'UE épingle la Commission européenne pour manque de transparence

Selon une nouvelle étude, 40 % des cas de cancer sont liés à des facteurs évitables