Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Randonnée et découverte des traditions rurales dans le nord de l'Azerbaïdjan

Randonnée et découverte des traditions rurales dans le nord de l'Azerbaïdjan
Tous droits réservés  euronews   -  
Par Monica Pinna

Nous partons en randonnée dans l'une des régions les plus reculées dans le nord de l'Azerbaïdjan, entourés du décor spectaculaire des montagnes du Grand Caucase. Occasion pour nous de traverser des villages et des canyons et de découvrir la vie rurale.

Dans l'une des régions les plus sauvages dans le nord de l'Azerbaïdjan, nous arrivons au village de Khinalig, situé au sommet d'une montagne à 2 350 m d'altitude. 

Khinalig est entouré de quelques-uns des plus hauts sommets d'Azerbaïdjan appartenant au massif du Grand Caucase, leur altitude la plus élevée étant de 4 400 mètres. Des falaises escarpées de calcaire et de granit ont isolé le village pendant des siècles. De nos jours, il reste difficile d'accès.

Les habitants, comme Rahman Sarkarov qui est guide de montagne, ont l'habitude d'accueillir les visiteurs et de leur faire découvrir les lieux.

"Le village de Khinalig date de 5 000 ans et aujourd'hui, environ 2 100 personnes y résident," nous explique-t-il. "Depuis l'Antiquité, les villageois vivent principalement de l'agriculture et de l'élevage de moutons," précise-t-il.

L'isolement de Khinalig a préservé le mode de vie traditionnel de ses habitants. Les cérémonies s'y déroulent selon les coutumes transmises de génération en génération. C'est le cas du mariage qui par hasard, est célébré le jour de notre visite.

Des maisons de pierre construites en terrasse

L'une des particularités de Khinalig, ce sont ses maisons anciennes en pierre construites en terrasse. "Khinalig est situé sur une colline et les habitations sont construites de manière à ce qu'elles soient la continuation les unes des autres : le toit de l'une sert de balcon pour l'autre au-dessus," indique Rahman Sarkarov. "C'est pour cela que le village ressemble à une forteresse," fait-il remarquer.

Euronews
Le village de Khinalig construit en terrasseEuronews

Rahman nous emmène voir l'une des plus anciennes maisons du village. En chemin, nous nous arrêtons fréquemment pour admirer la vue.

Une fois sur le pas de la porte, nous sommes accueillis par Mushtakh Agayev, 80 ans. Il a vécu toute sa vie dans cette maison qu'il partage aujourd'hui avec la famille de son fils. "J'ai toujours connu cette maison, tous mes ancêtres ont vécu ici, je crois qu'elle a 500 ans," dit le vieil homme.

Des tapis aux motifs spécifiques selon les familles

Dans les maisons traditionnelles de Khinalig, les sols et les murs sont couverts de tapis, chaque famille ayant ses motifs spécifiques.

Autrefois, les filles apprenaient à les tisser dès l'enfance pour réaliser des pièces alimentant leur dot. 

Mushtakh Agayev nous fait visiter une vaste pièce aux nombreux tapis et teintures. "Ici, on dort et on se repose," décrit-il.

 "Ma sœur était tisseuse de tapis, c'est ma mère qui lui a appris : c'est une tradition ancienne chez nous," souligne-t-il.

Euronews
Dans la famille de Mushtakh Agayev, le tissage de tapis est une tradition ancienneEuronews

Canyon et cascade de Griz

Nous quittons à présent, Khinalig pour entamer notre ascension sur le sentier de Griz. Le village nous apparaît après deux heures de marche parmi les paysages spectaculaires de cette région de l'Azerbaïdjan dominés par la terre et la roche. 

"Nous avons grimpé jusqu'à 3 000 m d'altitude et maintenant, nous sommes de nouveau à 2 000 m," indique Rahman Sarkarov. "Il n'y a que 200 personnes qui vivent ici, elles ont leur propre langue et l'histoire du village remonte à 4 000 ans," nous informe-t-il.

Euronews
La cascade de Griz au sommet du mont Ag DaghEuronews

Nous poursuivons notre randonnée et profitons de la vue sur l'impressionnant canyon de Griz. Nous l'observons d'au-dessus alors que la hauteur de ses falaises est d'environ 400 m.

La cascade de Griz se trouve au sommet du mont Ag Dagh et marque la fin de notre randonnée. C'est l'un des trésors cachés de cette région.

Journaliste • Monica Pinna