EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Quand les nouveaux systèmes de contrôle aux frontières de l'UE entreront-ils en vigueur ?

Le nouveau système d'entrée/sortie de l'UE (EES) a été reporté à la fin de l'année 2023\. - Copyright Canva
Le nouveau système d'entrée/sortie de l'UE (EES) a été reporté à la fin de l'année 2023\. - Copyright Canva Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Angela Symons
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Un nouveau calendrier pour le système d'entrée et de sortie de l'UE après le Brexit devrait être publié le mois prochain.

PUBLICITÉ

Le système d'entrée et de sortie de l'UE post-Brexit devait à l'origine être lancé en 2022. Cependant, il a connu de nombreux retards.

Il a d'abord été reprogrammé pour mai 2023, puis repoussé jusqu'à la fin de l'année.

Aujourd'hui, certains médias rapportent qu'il ne sera pas effectif avant 2025. Contactée par Euronews Travel, la Commission européenne n'a pas confirmé cette nouvelle.

"La Commission ne commente pas les spéculations", a déclaré Anitta Hipper, porte-parole de la Commission européenne pour les affaires intérieures, dans un courriel. " La Commission reste déterminée à rendre l'ETIASopérationnel dès que possible".

Lorsqu'il entrera finalement en vigueur, les voyageurs non européens entrant dans l'espace Schengen seront confrontés à de nouveaux contrôles aux frontières. Certains s'attendent à un chaos lors du lancement du système, tandis que d'autres espèrent que les retards répétés donneront aux pays suffisamment de temps pour se préparer au changement.

Qu'est-ce que le système d'entrée et de sortie (EES) ?

Le système d'entrée et de sortie est un système d'enregistrement automatisé pour les voyageurs britanniques et les voyageurs non ressortissants de l'espace Schengen qui n'ont pas besoin de visa pour entrer dans l'UE.

Les voyageurs devront scanner leur passeport ou tout autre document de voyage à une borne libre-service chaque fois qu'ils franchiront une frontière extérieure de l'UE. Le système ne s'appliquera pas aux résidents légaux ni aux titulaires d'un visa de long séjour.

Le système enregistrera le nom du voyageur, ses données biométriques, ainsi que la date et le lieu d'entrée et de sortie. Les scanners faciaux et les empreintes digitales seront conservés pendant trois ans après chaque voyage.

Ce système s'appliquera à l'entrée dans tous les États membres de l'UE, à l'exception de Chypre et de l'Irlande, ainsi que dans quatre pays non membres de l'UE faisant partie de l'espace Schengen : l'Islande, le Lichtenstein, la Norvège et la Suisse.

Il est introduit pour renforcer la sécurité aux frontières et identifier les voyageurs qui dépassent la durée de séjour autorisée dans l'espace Schengen (90 jours au cours d'une période de 180 jours).

Comment l'industrie du voyage a-t-elle réagi aux retards ?

L'industrie du transport aérien a soutenu les retards, car ils donnent plus de temps pour les préparatifs.

"Le système européen d'asile changera la donne en ce qui concerne la gestion des frontières de l'Union européenne. Toutefois, un certain nombre de questions doivent être résolues pour garantir un déploiement et un fonctionnement sans heurts du nouveau système, afin que les passagers aériens ne subissent pas de perturbations", indique une déclaration commune de la région européenne du Conseil international des aéroports (ACI), d'Airlines for Europe (A4E), de l'Association des compagnies aériennes des régions d'Europe (ERA) et de l'Association internationale du transport aérien (IATA).

La coalition a souligné la nécessité d'une "adoption plus large et d'une mise en œuvre efficace de l'automatisation aux points de passage frontaliers nationaux par les autorités nationales, d'un financement par les États membres afin de garantir un nombre suffisant de personnel formé et de ressources déployées pour gérer les frontières extérieures de l'UE, en particulier dans les aéroports". Elles ont également déclaré que les compagnies aériennes et les aéroports devraient recevoir des "ressources suffisantes" pour faciliter l'application des nouvelles règles.

Les organisations ont également déclaré qu'une campagne de communication publique était nécessaire pour informer les voyageurs des changements.

L'ETIAS est-il toujours d'actualité ?

Le système d'entrée et de sortie (EES) est lié au système européen d'information et d'autorisation de voyage (ETIAS). Ce nouveau système oblige les citoyens non européens qui n'ont pas besoin d'un visa européen à obtenir une autorisation de voyage pour entrer dans l'Union. L'exemption de visa sera obligatoire pour toute personne souhaitant se rendre dans l'espace Schengen pour une courte durée.

PUBLICITÉ

L'ETIAS devait à l'origine être opérationnel à partir de novembre 2023. Toutefois, sur son site web, la Commission européenne indique désormais qu'il entrera en vigueur en 2024. Bien qu'une date exacte ne soit pas fournie, l'UE a précédemment indiqué qu'il serait introduit cinq à six mois après le système d'entrée et de sortie (EES). Il se peut qu'il y ait une période de mise en œuvre au cours de laquelle il sera progressivement introduit parallèlement au système d'entrée et de sortie.

Les voyageurs pourront demander l'ETIAS en ligne avant leur voyage pour un coût de 7 euros. Une fois approuvée, l'autorisation de voyage électronique sera liée électroniquement à leur passeport et durera trois ans.

Pourquoi la mise en œuvre du EES a-t-elle été retardée ?

Les difficultés rencontrées par les entrepreneurs pour respecter les délais ont été invoquées pour justifier le report de la mise en place du EES. 

Des barrières automatisées doivent être installées à toutes les frontières terrestres, maritimes et aériennes de l'espace Schengen. Les voyageurs pourront enregistrer leurs coordonnées à des kiosques en libre-service et sur des applications mobiles dans certains pays, après quoi les gardes-frontières ou les portiques électroniques procéderont aux vérifications.

PUBLICITÉ

On ne sait pas exactement quand le système sera introduit, mais un nouveau calendrier devrait être publié en octobre.

"Comme mentionné dans les résultats du Conseil Justice et Affaires intérieures de juin, un calendrier actualisé pour l'entrée en service du système d'entrée/sortie devrait être présenté lors du Conseil Justice et Affaires intérieures d'octobre 2023, affirme Anitta Hipper à Euronews Travel, après quoi le début des opérations sera annoncé par le biais des canaux de communication officiels de l'UE.

Quel sera l'impact du EES sur les voyages ?

Au Royaume-Uni et ailleurs, on craint que le système d'entrée et de sortie (EES) n'augmente les retards aux points de contrôle frontaliers.

Dans un rapport du Conseil européen publié par l'organisation à but non lucratif Statewatch, plusieurs pays expriment leur inquiétude quant aux délais de mise en œuvre du EES. Ils affirment que le temps dont ils disposeront pour tester le système avant son lancement diminue rapidement.

PUBLICITÉ

Les autorités françaises effectueront les contrôles frontaliers du système d'entrée et de sortie au port de Douvres, à l'Eurostar et à l'Eurotunnel. Elles travaillent actuellement avec le gouvernement britannique pour minimiser l'impact du système sur les flux frontaliers et le trafic, mais se disent préoccupées par les temps d'attente potentiels.

D'autres pays travaillent encore sur des plans de mise en œuvre du système d'entrée et de sortie (EES). La Commission européenne a suggéré que le système devrait être introduit de manière progressive et flexible afin de réduire la probabilité de longs temps d'attente aux frontières.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Immigration : l'Allemagne renforce ses contrôles aux frontières avec Pologne et République Tchèque

UE: accord des pays membres sur une réforme du système d'asile (présidence suédoise de l'UE)

Contrôles post-Brexit en Irlande du Nord : un accord proche, selon Dublin