EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Israël-Hamas : les rues de Bethléem et de Jérusalem se vident alors que la guerre s'intensifie

Des personnes entrent dans la vieille ville de Jérusalem par la porte de Jaffa, alors que le conflit fait des ravages dans le secteur du tourisme 11 octobre 2023\.
Des personnes entrent dans la vieille ville de Jérusalem par la porte de Jaffa, alors que le conflit fait des ravages dans le secteur du tourisme 11 octobre 2023\. Tous droits réservés REUTERS/Sinan Abu Mayzer
Tous droits réservés REUTERS/Sinan Abu Mayzer
Par Euronews Travel avec Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des vols et croisières annulés aux hôtels vides, quel est l'impact du conflit sur le secteur du tourisme dans la région ?

PUBLICITÉ

Il y a deux semaines, la place principale et les rues autour de l'église de la Nativité de Bethléem grouillaient de touristes.

Aujourd'hui, elles sont vides après l'attentat perpétré par le groupe militant palestinien, Hamas, en Israël le 7 octobre.

"Les affaires sont au point mort depuis le début de la guerre", confie Essa Abu Dawoud, guide touristique dans la ville palestinienne. " Les routes ont été coupées, personne ne vient".

En Israël et dans les Territoires palestiniens occupés par Israël, les hôtels se sont vidés et au moins six compagnies ont interrompu les voyages vers les destinations les plus prisées, comme Jérusalem et Tel-Aviv, à la suite de l'escalade du conflit.

Deux voyagistes ont annulé leurs voyages jusqu'à l'année prochaine.

Les bateaux de croisière évitent les côtes israéliennes, autrefois très fréquentées, et les principales compagnies aériennes ont cessé de desservir Israël, tandis que les gouvernements s'efforcent de ramener leurs ressortissants dans leur pays.

"EasyJet" a annoncé l'annulation de tous les forfaits à destination de Tel Aviv dont le départ était prévu avant le 22 octobre, tandis que "Virgin Atlantic Holidays" a permis aux vacanciers de réserver à des dates ultérieures ou de se faire rembourser s'ils voyagent avant le 18 octobre.

L'assaut du Hamas - désigné comme organisation terroriste par les États-Unis, l'Union européenne et d'autres gouvernements - contre les communautés israéliennes le 7 octobre a fait plus de 1 400 morts.

En représailles, Israël a intensifié ses frappes sur Gaza, bastion du Hamas, faisant près de 2 700 victimes.

Les hôtels et les lieux de pèlerinage sont-ils toujours ouverts en Palestine et en Israël ?

La zone déserte à l'extérieur de l'église de la Nativité à Bethléem, alors que le conflit fait des ravages dans le secteur du tourisme, en Cisjordanie occupée par Israël
La zone déserte à l'extérieur de l'église de la Nativité à Bethléem, alors que le conflit fait des ravages dans le secteur du tourisme, en Cisjordanie occupée par IsraëlAMMAR AWAD/REUTERS

"InterContinental Hotels" a indiqué que deux de ses hôtels, "Six Senses Shaharut" et "Hotel Indigo Tel Aviv - Diamond District", étaient temporairement fermés. L'entreprise a enregistré quelques annulations et certains clients ont reporté leurs réservations à plus tard dans l'année.

La plupart de ses hôtels étant vides, l'une des principales chaînes israéliennes, "Isrotel", était "sur le point" de fermer temporairement certains d'entre eux, a déclaré un porte-parole.

L'exode des visiteurs étrangers est un coup dur pour la lucrative industrie du tourisme en Israël, l'une des plus importantes du pays, qui se remettait à peine de la pandémie de COVID-19. Le secteur représente 2,8 % du PIB et environ 3,5 % de l'emploi total.

Les mois à venir sont les plus chargés de l'année pour les pèlerinages chrétiens en provenance des États-Unis, du Royaume-Uni et d'autres pays d'Europe.

"Nous dépendons du tourisme pour vivre. Nous avons connu la crise du COVID et nous étions encore en train de nous remettre et d'attendre lentement le retour des touristes", explique Khader Hussein, 30 ans, vendeur de souvenirs à Bethléem, le lieu de naissance traditionnel de Jésus.

"Aujourd'hui, le secteur du tourisme est mort".

PUBLICITÉ

Attirés par les sites historiques de Jérusalem et de Bethléem, ainsi que par les plages de sable blanc de Tel Aviv, quelque trois millions de touristes ont afflué en Israël au cours des neuf premiers mois de cette année, selon le Bureau central des statistiques d'Israël.

Ce chiffre est proche des niveaux antérieurs à la pandémie et comprend environ 800 000 Américains.

Les hôtels offrent des chambres aux touristes en fuite

Au lendemain de l'attentat, le ministère israélien du tourisme a annoncé qu'il fallait éviter les excursions et que les touristes devaient rester dans leurs hôtels ou sur les bateaux de croisière.

Mercredi, il a affirmé que les touristes pouvaient se déplacer dans le pays en cas de besoin. Plus de 90 000 touristes se trouvaient en Israël et des milliers d'entre eux avaient visité des sites nationaux au cours de la semaine écoulée.

PUBLICITÉ

Le même jour, cependant, le gouvernement américain a relevé son avertissement aux voyageurs pour Israël et la Cisjordanie au niveau 3 qui incite à "reconsidérer le voyage", son deuxième niveau le plus élevé.

Le Royaume-Uni déconseille à tous les voyageurs de se rendre en Israël et dans les territoires palestiniens, sauf en cas de nécessité.

Elias al-Arja, directeur de l'Association des hôtels arabes, a expliqué que la plupart des hôtels de Cisjordanie avaient passé la semaine dernière à aider les touristes à fuir après le début des violences.

Environ 90 % des hôtels de Cisjordanie sont vides.

PUBLICITÉ

Les hôtels "Dan" et "Isrotel" ont indiqué qu'ils fournissaient des chambres aux personnes fuyant la frontière de Gaza. L'hôtel "Dan" offre également des réductions de 50 % sur les chambres pour les locaux.

Conflit prolongé

Aucune résolution du conflit n'étant en vue, on ne sait pas quand les visiteurs étrangers pourront revenir.

Le tour operator "Authentic Israel" a demandé aux touristes qui avaient réservé un voyage finalement annulé de faire un don de 150 dollars (142 euros) chacun pour soutenir son personnel pendant la crise.

Le tour operator australien "Intrepid Travel" a annulé ses voyages en Israël et dans les Territoires palestiniens jusqu'à la fin de l'année.

PUBLICITÉ

"Odysseys Unlimited" a suspendu ses voyages en Israël jusqu'au 31 mars. La société américaine a expliqué qu'elle poursuivrait ses voyages en Égypte et en Jordanie, mais elle a donné à ses clients la possibilité de reporter leur voyage à une date ultérieure ou à une autre destination.

Certains reportent leur voyage à l'année prochaine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les voisins d'Israël ne peuvent pas faire face à une arrivée massive de réfugiés (Jordanie)

Guerre Israël-Hamas : les hôpitaux de Gaza au bord de la rupture

Plus d'un million d'habitants de Gaza déplacés, Israël se prépare à l'offensive