EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Réfugiés : accueil limité aussi en Autriche

Réfugiés : accueil limité aussi en Autriche
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après la Suède, le Danemark, ou encore l’Allemagne, hier, c’est l’Autriche qui a décidé de plafonner à 1,5 % de la population le nombre de demandeur

PUBLICITÉ

Après la Suède, le Danemark, ou encore l’Allemagne, hier, c’est l’Autriche qui a décidé de plafonner à 1,5 % de la population le nombre de demandeur d’asile qui arrivent sur son territoire par le poste-frontière de Spielfeld, via la Slovénie voisine.

Une nouvelle décision unilatérale qui fait craindre le pire à la Commission européenne, la fin de l’Espace Schengen. Inacceptable pour Angela Merkel, qui refuse de changer de politique migratoire après avoir enregistré, en 2015, plus d’un million de demandes d’asile.

Idem pour le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, qui était hier à Davos. “Fermer les frontières de l’Europe engendrerait une véritable catastrophe économique. Nous sommes au forum économique mondial, et il serait facile de comptabiliser le nombre d’emploi qui seraient perdus avec un retour aux frontières closes. Mais l’Autriche a lancé un appel à l’aide à l’Europe, et c’est plus que justifié”, a insistant le social-démocrate.

Les États membres ferment leurs frontières les uns après les autres et c’est la Grèce qui se retrouve en première ligne avec 31 000 réfugiés débarqués sur ses îles au péril de leur vie depuis le début de l’année. C’est vingt et une fois plus qu’en janvier 2015. La plupart sont arrivés de Turquie, très critiquée pour son manque de fermeté envers les passeurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

FMI : l'afflux de migrants théoriquement positif pour la croissance

L'OTAN va ouvrir un centre de commandement pour l'Ukraine en Allemagne

L'Allemagne "ne se laissera pas intimider" par les menaces russes après la découverte d'un complot