DERNIERE MINUTE

Russie : Poutine optimiste sur l'économie

Russie : Poutine optimiste sur l'économie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L‘économie a constitué le morceau de choix de la séance annuelle de questions-réponses au Kremlin. La chute des cours du brut et l’embargo occidental lié à la crise ukrainienne ont plongé la Russie dans une profonde récession. L’inflation a frôlé les 13% l’an dernier, affectant d’autant le pouvoir d’achat. Mais le Président russe, Vladimir Poutine, s’est voulu rassurant. “J’espère – et j’en suis quasi convaincu – que cette crise économique est temporaire. Peu à peu, alors que les marchés s’approvisionnent en produits alimentaires locaux, les prix vont baisser,“ a-t-il estimé.

La situation ne s'est pas encore rétablie, mais la tendance est positive.

Vladimir Poutine a assuré que le pays disposait de suffisamment de liquidités pour faire face à une crise de longue durée. Il a toutefois précisé tabler sur un retour de la croissance dès l’an prochain. “La situation ne s’est pas encore rétablie, mais la tendance est positive. Le PIB s’est contracté de 3,7% l’an dernier. Cette année, le gouvernement s’attend à ce que l‘économie continue de décliner légèrement,“ a-t-il expliqué.

Le ministère russe de l‘économie prévoit une décroissance de 0,3% cette année. Une projection cinq à six fois plus optimiste que celles de la Banque centrale de Russie (-1,5%) et du Fonds monétaire international (-1,8%).

Elle repose sur un baril de brut autour de 40 dollars, son prix actuel. Moscou a d’ailleurs rendez-vous avec l’OPEP dimanche à Doha, au Qatar, pour tenter de stabiliser les cours.

Pour autant, Vladimir Poutine a rappelé la nécessité de réformer la structure de l‘économie russe, actuellement trop dépendante des hydrocarbures.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.