EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La coopération UE-Turquie relancée

La coopération UE-Turquie relancée
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Mais il reste encore beaucoup de doutes et d'impatience à l'ordre du jour.

PUBLICITÉ

Malgré les doutes et les incompréhensions, les Européens ont repris le chemin d’Ankara vendredi pour relancer la coopération avec la Turquie. Un pays stratégique pour l’Europe face à la question des migrants. Federica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne a fait montre de bonne volonté.

Federica Mogherini: “Notre travail va continuer dans tous les domaines sur une voie constructive pour la libéralisation des visas, la mise à jour de l’union douanière y compris sur la question du soutien de la Turquie qui accueille un grand nombre de réfugiés syriens et qui cible sont soutien sur l‘éducation des enfants.”

Mais pour la Turquie le compte n’y est pas. Les négociations piétinent. Et Ankara ne se prive pas pour le souligner.

Mevlüt Çavuşoğlu, ministre des Affaires étrangère turc : “Le processus de paiement des 3+3 milliards d’euros promis par l’UE devrait s’accélérer.
Bien sûr cela doit se faire dans la transparence car tout le monde doit savoir comment l’argent est dépensé mais nous devrions avancer plus rapidement.
Face à ces personnes qui vivent dans des conditions difficiles, nous devrions en faire plus.”

A noter que la Commission européenne est arrivée à Ankara avec un chèque de 348 millions d’euros qu’elle versera aux ONG pour venir en aide aux réfugiés syriens.

Turquie: l'UE va fournir des cartes de paiement pour les réfugiés syriens vulnérables https://t.co/eViVczMItE

— RTBF info (@RTBFinfo) 8 septembre 2016

Mais la poignée de main finale, plutôt froide, entre Federica Mogherini et son homologue turc en atteste : il reste beaucoup à faire pour tenter d’arrondir les angles.

Même sur la Syrie, la vision semble diverger. Alors que l’armée turque mène des incursions en Syrie pour chasser Daesh et les rebelles kurdes de sa frontière, Federica Mogherini a souligné qu’aucune solution militaire n’avait d’avenir en Syrie.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

Le Royaume-Uni cherche à rétablir ses relations avec l'UE

La présidence hongroise de l'UE divise Bruxelles et les Hongrois