Aux Etats-Unis, Jeff Sessions se récuse de l'enquête sur les ingérences russes

Aux Etats-Unis, Jeff Sessions se récuse de l'enquête sur les ingérences russes
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministre de la Justice tente d'apaiser la situation alors que les Démocrates demandent sa démission.

PUBLICITÉ

Journée mouvementée aux Etats-Unis pour Jeff Sessions : quelques heures après avoir dû admettre qu’il avait bien rencontré l’ambassadeur russe pendant la campagne présidentielle, le ministre américain de la Justice a fait un geste pour tenter d’apaiser la situation et sauver son poste.

Il a annoncé se récuser de toute enquête sur les ingérences russes présumées.

.RepGoodlatte</a> Statement on Attorney General Sessions’ Decision to Recuse Himself <a href="https://t.co/kd00RlaGsb">https://t.co/kd00RlaGsb</a> <a href="https://t.co/Z4Tno5wXrm">pic.twitter.com/Z4Tno5wXrm</a></p>&mdash; House Judiciary ⚖ (HouseJudiciary) March 2, 2017

L’ancien sénateur de l’Alabama est dans l’oeil du cyclone car en tant qu’Attorney General, il est censé superviser le FBI et donc l’enquête sur le cyberpiratage durant la campagne.

Jeff Sessions est accusé d’avoir menti sur ses contacts avec la Russie lors de son audition sous serment devant le Sénat avant sa prise de fonction.

Il avait nié tout contact avec les Russes alors que le Washington Post a révélé qu’il avait rencontré l’ambassadeur russe par deux fois.

Analysis: Jeff Sessions’s puzzling press conference https://t.co/KWyot630zE

— Washington Post (@washingtonpost) March 2, 2017

Le lieutenant de Donald Trump a, depuis, déclaré qu’il n’avait pas été question de politique lors de ces entretiens.

L’opposition démocrate exige sa démission, deux semaines après celle de Michael Flynn conseiller à la sécurité nationale, auteur d’un mensonge similaire.

De nombreux parlementaires demandent, également, la nomination d’un procureur indépendant pour enquêter sur la campagne d’ingérence et de piratage attribuée à Moscou en 2016 dans le but d’aider Donald Trump à remporter la Maison Blanche.

Avec AFP.

AG #Sessions’ sorry attempt to explain away his perjury is totally inadequate. He must resign immediately. https://t.co/2GtkcEJXkV

— Nancy Pelosi (@NancyPelosi) March 2, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le ministre américain de la Justice va-t-il devoir démissionner ?

Trump et la Russie : chronologie d'une connivence présumée

Donald Trump : "je ne serai pas un dictateur, sauf le premier jour"