Rohingyas : les naufrages de l'exil

Rohingyas : les naufrages de l'exil
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Ce jeudi, les corps de 26 Rohingyas ont été retrouvés sur les côtes du Bangladesh. Les trois bateaux qui les transportaient ont chaviré, alors qu’ils tentaient de fuir les persécutions dont ils font l’objet au Myanmar.
Les dépouilles de onze femmes et quinze enfants ont été découvertes par des villageois de l‘île de Shah Porir Dwip, près de l’estuaire de la rivière Naf qui sépare les deux pays, mais d’autres personnes pourraient être portées disparues.
Cette minorité musulmane, marginalisée et rendue apatride par la junte militaire il y a une trentaine d’années, est considérée comme l’une des plus persécutées au monde par l’ONU. Mais la lauréate du prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi , qui a accédé au pouvoir, garde le silence sur ce dossier.

“Les Bouddhistes nous tuent en nous tirant dessus”, explique Noor Symon, une jeune femme rohingya. “Ils brûlent nos maisons et essaient de nous abattre, ils ont tué par balle mon mari”.

Violences contre les #Rohingya: je vous invite à relire mon reportage chez le prêcheur de haine Wirathu (LePoint</a>).<a href="https://t.co/LDOIS1gPSY">https://t.co/LDOIS1gPSY</a></p>— Nicolas Henin (N_Henin) 31 août 2017

En moins d’une semaine, près de 30 000 Rohingyas ont rejoint à pied ou par la mer au Bangladesh, qui bloque désormais ses frontières. Plus de 20 000 autres sont bloqués dans des camps de déplacés dans l’Arakan, au nord-ouest du Myanmar, privés d’accès aux soins et de nourriture.

Despite intense violence against them in Myanmar, Bangladesh is blocking entrance to thousands of Rohingya Muslims. https://t.co/9pYgJFU2LUpic.twitter.com/5Fr1f2OJ8y

— Kenneth Roth (@KenRoth) 31 août 2017

Pris pour cible par des bouddhistes ultraradicaux , ils subissent un regain de violences depuis cinq ans. Après le soulèvement de groupes de civils contre les forces de l’ordre, l’armée birmane durcit le ton, et dit mener des opérations anti-terroristes.

#Burma must let #UN HRC appointed Fact Finding Mission in to investigate fires, rights abuses in #Rakhine state https://t.co/MvtK2rO1Wdpic.twitter.com/dJDeNy5IYH

— Phil Robertson (@Reaproy) 30 août 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Birmanie : Aung San Suu Kyi a été partiellement graciée

No Comment : en Birmanie, la drogue par en fumée

Cyclone Mocha en Birmanie : au moins 65 morts dans l'État Rakhine